Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
8 0
MessagesAbonnés
Inscrit depuis le 07-01-2020
Nbr de réac. publiés 0
Nbr de reco. reçues 1
Nbr de reco. données 3
Qui le recommande le + razorfish
Qui lui répond le + maldoror
Il recommande le + maldoror
Il répond le + à
Adresser un message à ObiBourse
Publier
loader
ObiBourse dans GENERAL - Il y a 2 mois arrow option
Rebonjour,
Une dernière question de débutant qui me tracasse depuis un moment sur le Money Management et les ETFs.
Partout, il est dit que pour ouvrir une position, le money management est la clé à respecter pour durer.
Ce que je comprends tout à fait.
Je m'intéresse principalement aux ETfs, comme le S&P500, pour plutot du Buy and Old ... et la ... pour ce genre de position longue, on lit partout que la perte vient souvent de la panique à vendre trop tôt, car il faut garder, garder, ... et ne pas paniquer !
J'imagine bien que tout n'est pas noir ou blanc mais quel est votre avis sur le Stop Loss et le suiveur sur un ETF d'indice comme le S&P500 ?
Est-ce une question de durée de garde ? Swing Trading, ou Buy and Old ?
Merci à vous et bonne journée.
  • 3
  •   
  •   
razorfish et 2 autres membres participent à cette discussion
razorfish - Il y a 2 mois arrow option
@ObiBourse

Il y a deux écoles. Celle du "Buy & Hold" et celle du "stoploss". Celle du "Buy & Hold" te dira que historiquement les indices ont toujours dépassé leurs plus hauts. Je rajouterai "jusqu'à aujourd'hui". Autrement dit leurs dires se basent sur le passé mais quid du futur... Les "stoplosseurs" plus prudents préfèrent une gestion active c'est à dire se couper une main plutôt qu'hypothétiquement un bras...
1
  
maldoror - Il y a 2 mois arrow option
L'investisseur qui a simplement fait preuve d'un minimum de bon sens et a juste pris en compte les alertes majeures comme l'arrivée du virus en Italie en liquidant ses positions moyen-long terme a réussi à sauver une grande partie des gains acquis au cours des années précédentes.
Ceux qui sont restés en position en s'accrochant à des postulats balayés par le marché en 2 mois comme "pas vendu pas perdu" ou celui mis en avant par ZoneBourse "le market timing est contre-productif à long terme" vont au mieux mettre 5 à 10 ans pour se remettre de ce krack majeur et encore c'est le plus favorable des scénarios.
2
  
Runurdead - Il y a 2 mois arrow option
Oui ce n'était pas le bon moment de dire que la bourse c'est comme l'immobilier, ça monte tout le temps.
Quant à la recovery c'est encore assez incertain, économiquement ça reprend assez rapidement en Chine.
  
  
Voir les 3 réponses suivantes
  • Publier
    loader
ObiBourse dans GENERAL - Il y a 2 mois arrow option
Bonjour,

une autre question de débutant, quelle peut-être la fiabilité d'une analyse technique sur un indice, genre CAC40, qui n'est pas tradé mais dépend du trading de 40 actions en sous-jacent ?
En d'autres termes, je ne vois pas le trader ne pas acheter du Total ou du Sanofi, parce que le CAC40 approche des 4000 points par exemple ...
Encore pire pour le S&P500 qui est la résultante de 500 actions différentes ...

Si l'indice est la résultante de multiples trades différents, avec des spécificités différentes, comment son analyse pourrait avoir un sens pour le trader ?

Un avis sur la fiabilité de l'analyse technique d'un indice ?
Elle ne sert qu'après coup pour les journaliste ?

Merci a vous. Thierry.
  • 1
  •   
  •   
razorfish participe à cette discussion
razorfish - Il y a 2 mois arrow option
Salut ObiBourse !

L'analyse technique des indices est tout à fait valable.

Un indice est indirectement tradé via les ETFs qui achetés impliquent l'achat des actions de l'indice et vendus en provoquent la vente.

Les indices influencent le trading sur actions et inversement...
  
  
Voir la réponse suivante
  • Publier
    loader
ObiBourse - Il y a 2 mois arrow option
Bonjour,

question de débutant, quelle peut-être la fiabilité d'une analyse technique sur un indice, genre CAC40, qui n'est pas tradé mais dépend du trading de 40 actions différentes en dessous ?
En d'autre termes, je ne crois pas que les traders qui tradent Total, ou Sanofi, ... se soucient que le CAC40 dépasse ou pas les 6000 points par exemple ...
Ou le S&P500, avec ses 500 cotations ...

Avez vous un avis sur la question ?

Merci à vous. Thierry.
  •   
  •   
  • Publier
    loader
ObiBourse dans GENERAL - Il y a 2 mois arrow option
Bonjour les traders,

j'ai une petite question de débutant que j'ai déjà posé à différents endroits sans succès, comme à la salle des marchés de Bourse Direct par exemple ...

Je cherche à comprendre le réel lien qui existe entre le contrat à terme futur d'un indice et l'indice lui-même.
Pour plus de clareté, prenons l'exemple du S&P500.
Le S&P500 varie suivant son sous-jacent, les achats/ventes des différentes actions qui le compose.
Son contrat à terme, futur, lui colle aux basques ...
La bourse ferme, le contrat S&P500 futur continu toute la nuit à varier ... normalement, suivant l'orientation du cours donné par les traders, et pas par les actions sous-jacentes du S&P500.
Le lendemain, la bourse ouvre, et miracle, le S&P500 'vrai', qui résulte des actions sous-jacentes tradées, démarre presque pile poil au cours du S&P500 Futur ...

Je ne comprends donc pas, comment la corrélation peut-être si forte entre le S&P500 'réel', résultant de son sous-jacent, et son contrat à terme 'Futur' qui, à priori, dépend des traders qui parient sur sa valeur à terme ...

Quelqu'un saurait-il m'expliquer ce qui m'échappe ?

Merci à vous.

Thierry.
  • 9
  •   
  •   
maldoror et 1 autre membre participe à cette discussion
maldoror - Il y a 2 mois arrow option
C'est le job des arbitragistes, si le cours du contrat futur est sous-évalué (cours de l'indice réel diminué du coût de portage monétaire jusqu'à l'échéance du contrat et de l'impact des dividendes détachés d'ici à l'échéance du contrat futur) ils achètent le contrat futur et vendent les actions composant l'indice (et inversement en cas de sur-évaluation) réalisant un gain limité mais certain.
  
  
maldoror - Il y a 2 mois arrow option
D'autres acteurs comme les scalpers ou le trading haute fréquence peuvent également exploiter ces écarts même encore plus réduits que celui nécessaire pour justifier l'intervention des arbitragistes en se positionnant uniquement sur les futures (courtage très faible) dès que les cours des futures s'éloignent de l'indice temps réel actualisé. Dans ce cas le gain des scalpers n'est pas certain mais il est statistique sur un grand nombre d'opérations et ce sont l'ensemble de tous ces intervenants qui explique que le cours du futur colle aussi parfaitement à celui de l'indice pendant les heures d'ouverture des marchés cash.
  
  
ObiBourse - Il y a 2 mois arrow option
Génial, tu es le premier à me donner une réponse qui tient la route :-)
Tu veux donc dire, qu'à l'ouverture de la bourse, c'est le contrat Futur qui mène la barque et ce sont les actions réelles qui sont ajustées ?
Si c'est bien ca, cela m'amène une autre question, quelles actions sont ajustées ? Apple, Google, ...,un peu de chacune des 500 ... (pour le S&P500 par exemple) ?
Si cette 2eme question est ridicule, c'est que je n'ai pas compris :-)
  
  
maldoror - Il y a 2 mois arrow option
Ce n'est pas un ajustement "automatique" mais plutôt en moyenne car le cours d'ouverture des actions sur le marché cash est influencé entre autres facteurs par la variation des cours des contrats futurs mais ce n'est qu'un des importants paramètres mais pas le seul il y a également l'impact propre au secteur de l'entreprise et des news spécifiques à l'entreprise.
De plus aux US l'écart est généralement assez réduit entre les anticipations déduites des contrats futurs et le niveau réel calculé juste après l'ouverture car de nombreux poids lourds comme Apple, Alphabet, Amazon, Tesla,.. cotent déjà plusieurs heures avant l'ouverture sur des marchés secondaires importants comme en Allemagne et le niveau des futures en tiennent compte et réciproquement.
1
  
ObiBourse - Il y a 2 mois arrow option
Ok, j'en déduis donc que ma précédente remarque est fausse, c'est bien toujours le contrat à terme qui suit l'indice et jamais l'inverse. Il s'ajuste en permanence, et avant l'ouverture par divers moyens pour s'aligner au cours qui devrait débuter ?
  
  
ObiBourse - Il y a 2 mois arrow option
En fait, le but de ma question est de savoir qui pilote l'autre, j'en déduis, si j'ai bien compris, que la journée de cotation, c'est obligatoirement l'indice lui-même. Et que au court de la nuit, le contrat à terme navigue avec de moins en moins d'info, de plus en plus à vue, puis, à mesure que les actions sont à nouveau côtés, dans les autres bourses, et en préouverture, il recolle au plus près du cours qui devrait débuter ?
  
  
maldoror - Il y a 2 mois arrow option
Pendant la nuit (aux US) alors que les actions ne sont pas cotées, d’autres marchés sont ouverts notamment le Nikkei, le pétrole,... et leurs évolutions peuvent avoir une influence plus ou moins importante sur l’évolution Des futures. En fait tout ce qui côté futures, actions sur les marchés secondaires est plus ou moins corrélé à des degrés divers selon les périodes (actuellement le pétrole a un poids important). Il n’y a que pendant la période de cotation du cash que la corrélation est quasiment égale à 1 entre l’indice et le future correspondant.
2
  
razorfish - Il y a 2 mois arrow option
Salut maldoror ! Salut ObiBourse !

Je pense que bien plus que la cotation des big caps à l'étranger, les calculs tiennent tout simplement compte du Pre-Market car contrairement à Euronext où les cours de préouverture dépendent des carnets d'ordres, aux US ils sont le fruit de vraies transactions. Alors que la grande majorité des gens pensent que les bourses US ouvrent à 9h30, en réalité elles sont ouvertes bien avant puisque le NYSE permet de trader à 8h tandis que le Nasdaq permet de trader dès 4h. De fait lorsque de grosses news tombent, les transactions explosent en Pre-Market. Donc les gros décalages se font avec d'énormes volumes de Pre-Market ce qui donne du crédit à ces cotations en temps réel pré ouverture-officielle tandis que les valeurs sans news attirent moins de volumes Pre-Market mais elles sont moins susceptibles d'être volatiles à 9h. Un bon programme permet donc de coller à l'indice bien avant l'ouverture officielle.

Idem après la clôture avec l'After-Market. Au final tout ça réduit le nombre d'heures sans cotations réelles.

Tous les brokers ne permettent pas l'accès aux Pre-market et After-Market.
3
  
Voir les 8 réponses précédentes
ObiBourse - Il y a 2 mois arrow option
Super, merci à vous pour ces informations.
1
  
  • Publier
    loader
Voir la suite