Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

PÉTROLE BRENT (LONDON BRENT OIL)

(XBNT)
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésDérivésCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéAutres languesAnalyses Zonebourse

Pétrole : Nouveau souffle en raison des tensions sur l'offre

22/09/2021 | 10:41

Le coup de mou des marchés pétroliers n’aura pas duré longtemps. Le déclin de la production américaine, temporairement affectée par l’ouragan Ida, a compensé la hausse des extractions décidée par l’OPEP+, l’organisation suivant à la lettre sa politique d’un relèvement graduelle de ses capacités de production. Selon les données de l’Agence américaine de l’énergie (EIA), 96% de la production de pétrole du Golfe du Mexique a été mise en arrêt lors du passage de l’ouragan, soit une baisse de l’offre de près de 1.7 million de barils par jour (mbj). Au niveau des prix, cela s’est traduit par un « V-bottom », c’est-à-dire une forte pression acheteuse qui a rapidement effacé la baisse des cours de la deuxième quinzaine du mois d’août.

Quittons les Etats-Unis pour l’Europe qui fait également les frais d’un marché de l’énergie tendu, mais du côté du gaz naturel. Les prix du gaz enregistrent des records sur le Vieux-Continent, la faute à un amoncellement de facteurs comme la reprise des activités économiques, une offre déprimée par la crise sanitaire, des niveaux de stockage historiquement bas et la défaillance de certaines infrastructures vitales en Russie. Ce véritable boom de l’énergie ruisselle sur le prix de l’électricité et du pétrole.

Du côté des prévisions de l’Agence internationale de l’énergie (IEA), l’institution a une nouvelle fois révisé à la baisse son estimation de la demande de pétrole cette année en raison d’une résurgence des cas de Covid en Asie. En parallèle, l’IEA pointe du doigt la forte baisse des stocks mondiaux, qui permettent aujourd’hui de compenser l’écart offre-demande et qui ne seront reconstitués au mieux qu’au début de 2022.

D’un point de vue graphique, en données hebdomadaires, les prix du Brent évoluent à proximité de leur plus haut niveau de l’année, à quelques encablures des 76 USD le baril. La tendance de fond est de nouveau positive, en témoigne la pente des différentes moyennes mobiles sur cette unité de temps. Il faudra toutefois franchir le niveau précédemment cité afin de libérer un nouveau potentiel de hausse en direction des 80 USD. 

 

 

 

London Brent Oil : Pétrole : Nouveau souffle en raison des tensions sur l'offre

© Zonebourse.com 2021

Avertissement : Les informations, graphiques, chiffres, opinions ou commentaires mis à disposition par SURPERFORMANCE SAS s'adressent à des investisseurs disposant des connaissances et expériences nécessaires pour comprendre et apprécier les informations développées. Ces informations sont données à titre informatif et ne représentent en aucun cas une obligation d'investissement ni une offre ou sollicitation d'acquérir ou de vendre des produits ou services financiers. Elles ne constituent par ailleurs pas un conseil en investissement.
L'investisseur est seul responsable de l'utilisation de l'information fournie, sans recours contre SURPERFORMANCE SAS, qui n'est pas responsable en cas d'erreur, d'omission, d'investissement inopportun ou d'évolution du marché défavorable aux opérations réalisées.

Graphique LONDON BRENT OIL
Durée : Période :
Pétrole Brent (London Brent Oil) : Graphique analyse technique Pétrole Brent (London Brent Oil) | XBNT | XX00000BRENT | Zone bourse