Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

HEIDELBERGCEMENT AG

(HEI)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

La flambée des prix du gaz se répercute sur l'industrie lourde et les chaînes d'approvisionnement

22/09/2021 | 16:06
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
FILE PHOTO: FILE PHOTO: ThyssenKrupp steel factory in Duisburg
Les prix record du gaz naturel dans le monde poussent certaines entreprises à forte consommation d'énergie à réduire leur production. Cette tendance s'ajoute aux perturbations des chaînes d'approvisionnement mondiales dans certains secteurs tels que l'alimentation et pourrait entraîner une hausse des coûts pour les clients.

Certaines entreprises, dont des producteurs d'acier, des fabricants d'engrais et des verriers, ont dû suspendre ou réduire leur production en Europe et en Asie en raison de la flambée des prix de l'énergie. Parmi elles, deux des plus grands fabricants d'engrais au monde ont annoncé qu'ils allaient réduire leur production en Europe. Mardi, le Royaume-Uni a déclaré qu'il acceptait d'accorder une aide publique à l'une de ces entreprises pour relancer la production de dioxyde de carbone, un sous-produit utilisé dans la production alimentaire, afin d'éviter une pénurie d'approvisionnement.

Les prix du gaz naturel ont fortement augmenté dans le monde entier au cours des derniers mois. Cette hausse est due à une combinaison de facteurs : une augmentation de la demande, en particulier en Asie, en raison d'une reprise post-pandémique, de faibles stocks de gaz et d'un approvisionnement en gaz plus serré que d'habitude en provenance de Russie.

Les prix du gaz en Europe ont augmenté de plus de 250 % cette année, tandis que l'Asie a connu une hausse d'environ 175 % depuis la fin janvier. Aux États-Unis, les prix ont atteint leur niveau le plus élevé depuis plusieurs années et sont environ deux fois plus élevés qu'au début de l'année. Les prix de l'électricité ont également fortement augmenté, car de nombreuses centrales électriques sont alimentées au gaz.

Industrial Energy Consumers of America, un groupe commercial représentant les fabricants de produits chimiques, de produits alimentaires et de matériaux, a demandé ces derniers jours au ministère américain de l'énergie d'empêcher les producteurs de gaz naturel liquéfié du pays d'exporter du gaz afin de contribuer à maintenir les coûts énergétiques à un niveau bas pour l'industrie.

Des approvisionnements supplémentaires en gaz pourraient atténuer la pression. La Norvège a autorisé une augmentation des exportations de gaz. Un approvisionnement supplémentaire pourrait provenir de Russie d'ici la fin de l'année, le nouveau gazoduc Nord Stream 2 du pays attendant l'approbation du régulateur allemand de l'énergie. Le projet de gazoduc a suscité des critiques de la part des États-Unis, qui estiment qu'il rendra l'Europe encore plus dépendante des approvisionnements énergétiques russes.

Perturbations de la production

Les pressions exercées jusqu'à présent ont été particulièrement fortes en Europe, où les stocks de gaz sont beaucoup plus bas que d'habitude à l'approche de l'hiver. La société norvégienne Yara International ASA, l'un des plus grands fabricants d'engrais au monde, a annoncé vendredi qu'elle allait réduire d'environ 40 % sa production européenne d'ammoniac en raison des prix élevés du gaz. Cette annonce est intervenue après que la société américaine CF Industries Holdings Inc. a déclaré que les prix du gaz l'incitaient à interrompre les activités de deux de ses usines britanniques. Le gaz naturel est le principal facteur de coût des produits chimiques et des engrais à base d'azote.

Le directeur général de Yara, Svein Tore Holsether, a déclaré lundi dans une interview à Reuters que la société acheminait de l'ammoniac en Europe à partir d'installations de production situées ailleurs, notamment aux États-Unis et en Australie. "Au lieu d'utiliser du gaz européen, nous utilisons essentiellement du gaz provenant d'autres parties du monde pour fabriquer ce produit et l'amener en Europe", a-t-il déclaré. CF Industries n'a pas répondu aux demandes de commentaires.

Certaines industries demandent aux gouvernements d'intervenir en leur nom. Ces appels interviennent alors que certains pays ont pris des mesures pour protéger les consommateurs contre la flambée des factures d'énergie, comme l'Espagne, qui a approuvé la semaine dernière un ensemble de mesures comprenant des plafonds de prix.

Parmi ceux qui demandent de l'aide figure l'industrie alimentaire, suite à une pénurie de dioxyde de carbone (CO2) causée par la suspension de la production dans certaines usines d'engrais. Le CO2 est utilisé dans l'emballage sous vide des produits alimentaires pour prolonger leur durée de conservation, pour étourdir les animaux avant l'abattage et pour donner du pétillant aux boissons gazeuses et à la bière.

Au Royaume-Uni, les transformateurs de viande ont prévenu qu'ils seraient à court de CO2 dans les cinq jours, ce qui les obligerait à interrompre leur production. Les fabricants de boissons gazeuses, qui dépendent de ce gaz pour fabriquer des boissons gazeuses, ont déclaré que les stocks étaient en baisse.

Mardi, le gouvernement britannique a déclaré avoir conclu un accord de trois semaines avec CF Industries pour que l'entreprise américaine redémarre la production de dioxyde de carbone au Royaume-Uni. Le ministre britannique de l'environnement, qui a déclaré que l'aide de l'État pourrait s'élever à des dizaines de millions de livres, a également averti l'industrie alimentaire que les prix du dioxyde de carbone allaient fortement augmenter.

CF Industries a déclaré dans un communiqué qu'elle redémarre immédiatement la production d'ammoniac dans son usine de Billingham à la suite de cet accord.

RÉSISTER À LA TEMPÊTE

D'autres secteurs à forte consommation d'énergie, comme l'acier et le ciment, sont également touchés.

La flambée des prix du gaz a, ces deux dernières semaines, "contraint certains sidérurgistes à suspendre leurs activités pendant les périodes de la nuit et du jour où le coût de l'énergie s'envole", a déclaré Gareth Stace, directeur général du groupe industriel UK Steel. Il a refusé d'identifier les entreprises concernées.

British Steel, le deuxième plus grand producteur d'acier du pays, a déclaré qu'il maintenait des niveaux de production normaux, mais que les augmentations "colossales" des prix de l'énergie rendaient impossible la production rentable d'acier à certains moments de la journée.

Certains fabricants disent qu'ils sont capables de faire face, jusqu'à présent.

La société allemande Thyssenkrupp AG, deuxiÃ?me plus grand producteur d'acier d'Europe, a déclaré que les mécanismes de couverture qu'elle avait mis en place contre les augmentations des prix de l'énergie, notamment du gaz, lui permettaient de ne pas réduire sa production. Mais il a déclaré être indirectement affecté parce que les gaz industriels qu'il utilise sont liés aux prix de l'électricité.

La société allemande HeidelbergCement AG, deuxième cimentier mondial, a déclaré que la hausse des prix de l'énergie entraînait une augmentation des coûts de production, mais que ses activités n'avaient pas été interrompues pour autant.

En Chine, plusieurs fabricants d'acier, de céramique et de verre ont réduit leur production pour éviter les pertes, selon Li Ruipeng, un fournisseur local de gaz naturel liquéfié dans la province septentrionale de Hebei. Et la province du Yunnan, dans le sud-ouest du pays, a imposé ce mois-ci des limites à la production de certaines industries lourdes, notamment les producteurs d'engrais, de ciment, de produits chimiques et les fonderies d'aluminium, en raison de la pénurie d'énergie, une mesure qui, selon les analystes, pourrait réduire les exportations.

Pour faire face à la tempête, certaines industries à forte consommation d'énergie et des entreprises de services publics en Asie et au Moyen-Orient sont passées temporairement du gaz au fioul, au brut, au naphta ou au charbon, selon les analystes et les négociants. Cette tendance devrait se poursuivre pour le reste de l'année et le début de la prochaine, selon l'Agence internationale de l'énergie, l'organisme de surveillance de l'énergie basé à Paris.

En Europe, la demande de charbon comme source d'énergie alternative a également augmenté de manière significative. Mais les possibilités de passer à des sources d'énergie alternatives sont limitées dans la région, en grande partie à cause des politiques gouvernementales visant à encourager l'utilisation du gaz plutôt que de combustibles plus polluants comme le charbon.

L'industrie du verre fonctionnait historiquement au fioul, mais presque tous les sites du Royaume-Uni sont désormais passés au gaz naturel, selon Paul Pearcy, coordinateur de la fédération chez British Glass, une association professionnelle britannique. Seuls quelques sites disposent de cuves à mazout qui leur permettent de changer de source d'énergie si les prix s'envolent, a-t-il ajouté.

(Reportages de Bozorgmehr Sharafedin et Susanna Twidale à Londres, Roslan Khasawneh à Singapour ; reportages supplémentaires de Guy Faulconbridge, Nigel Hunt, Eric Onstad et Ahmad Ghaddar à Londres, Jessica Jaganathan et Chen Aizhu à Singapour, Yuka Obayashi à Tokyo, Nidhi Verma à Delhi, Scott DiSavino à New York, Heekyong Yang à Séoul, et Christoph Steitz à Francfort, Tom Kaeckenhoff à Düsseldorf, Polina Devitt à Moscou, Arathy S Nair à Houston ; Montage : Cassell Bryan-Low)


© Zonebourse avec Reuters 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
HEIDELBERGCEMENT AG -1.03%63.68 Cours en différé.5.10%
THYSSENKRUPP AG -1.34%8.576 Cours en différé.6.89%
YARA INTERNATIONAL ASA -2.67%422.9 Cours en temps réel.22.05%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur HEIDELBERGCEMENT AG
11:12HEIDELBERGCEMENT AG : Goldman Sachs conserve son opinion négative
ZD
20/10HEIDELBERGCEMENT AG : JP Morgan est à vendre sur le dossier
ZD
20/10Le bénéfice net de HeidelbergCement India pour le deuxième trimestre fiscal chute de 4,..
MT
19/10Le président de HeidelbergCement India quitte ses fonctions
MT
15/10HEIDELBERGCEMENT AG : JP Morgan reste pessimiste
ZD
12/10HEIDELBERGCEMENT AG : Opinion positive de Morgan Stanley
ZD
07/10HEIDELBERGCEMENT AG : Barclays déconseille le dossier
ZD
05/10HEIDELBERGCEMENT AG : JP Morgan est négatif
ZD
05/10HEIDELBERGCEMENT AG : Jefferies toujours à l'achat
ZD
05/10HEIDELBERGCEMENT AG : UBS favorable sur le dossier
ZD
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur HEIDELBERGCEMENT AG
Plus de recommandations
Données financières
CA 2021 18 584 M 21 632 M -
Résultat net 2021 1 611 M 1 875 M -
Dette nette 2021 5 349 M 6 226 M -
PER 2021 7,70x
Rendement 2021 3,83%
Capitalisation 12 578 M 14 646 M -
VE / CA 2021 0,96x
VE / CA 2022 0,89x
Nbr Employés 53 327
Flottant 74,5%
Graphique HEIDELBERGCEMENT AG
Durée : Période :
HeidelbergCement AG : Graphique analyse technique HeidelbergCement AG | HEI | DE0006047004 | Zone bourse
Tendances analyse technique HEIDELBERGCEMENT AG
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreBaissièreNeutre
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 22
Dernier Cours de Cloture 64,34 €
Objectif de cours Moyen 83,99 €
Ecart / Objectif Moyen 30,5%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Ralph Dominik von Achten Chairman-Management Board
René Aldach Chief Financial Officer
Fritz-Jürgen Heckmann Chairman-Supervisory Board
Dennis Lentz Director-Group Information Technology
Wolfgang Dienemann Director-Global Research & Development
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapi. (M$)
HEIDELBERGCEMENT AG5.10%14 646
CRH PLC21.55%37 314
ULTRATECH CEMENT LIMITED34.82%27 479
VULCAN MATERIALS COMPANY25.22%24 640
MARTIN MARIETTA MATERIALS, INC.30.49%23 816
GRASIM INDUSTRIES LIMITED82.41%14 854