Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Xetra  >  Deutsche Bank AG    DBK   DE0005140008

DEUTSCHE BANK AG

(DBK)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses ZonebourseRecommandations des analystes

Informatique: sous son "nuage" très américain, l'Europe s'inquiète

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
02/08/2020 | 08:01

PARIS (awp/afp) - Assise sur une gigantesque mine de données, cet "or du XXIe siècle", l'Europe risque-t-elle d'en perdre totalement la maîtrise à force de se reposer sur les services des géants de l'informatique américains? C'est ce que redoutent experts et gouvernements.

Les signatures de grands contrats de "cloud" entre grands groupes ou institutions européennes et géants américains de l'informatique se sont succédé récemment: Google Cloud avec Renault et Orange, Deutsche Bank ou Lufthansa, Amazon Web Services avec Volkswagen, Microsoft avec le ministère de la Santé français pour les données de recherche françaises...

"Cloud" ou "nuage": ce terme désigne divers services qui permettent d'obtenir en ligne de la ressource informatique -stockage et calcul - sans être obligé d'avoir soi-même son propre parc informatique, coûteux à entretenir et à renouveler.

La tendance inquiète en particulier l'Allemagne, à la tête d'un riche patrimoine de données grâce à sa puissante industrie.

"La plupart des données européennes sont stockées hors de l'Europe, ou, si elles sont stockées en Europe, sur des serveurs appartenant à des sociétés non européennes", s'alarmaient à la mi-juillet des experts et responsables de médias, dans un rapport d'une trentaine de pages écrit sous la direction notamment de l'ancien dirigeant du grand éditeur de logiciels allemand SAP, Henning Kagermann.

L'UE est en train de "perdre son influence sur la sphère numérique, à un moment où elle a pris un rôle central dans l'économie du continent", déploraient-ils.

"une facilité, voire une trahison"

Au début du mois, un haut fonctionnaire français livrait un diagnostic encore plus abrupt, lors d'une réunion de professionnels de l'informatique à laquelle l'AFP assistait sous condition de respecter l'anonymat des interlocuteurs.

"On a un énorme sujet de sécurité et de souveraineté autour des clouds", expliquait-il.

"Dans beaucoup de cas, c'est une facilité, voire une trahison" pour des entreprises ou institutions européennes que d'aller "se débarrasser de tout cela" auprès d'acteurs non-européens "parce c'est plus simple", a-t-il dit, sans donner toutefois d'exemple spécifique. "Pourtant nous avons de très bons acteurs dans le cloud et le traitement de données."

L'une des sources d'inquiétude des Européens vient du "Cloud Act", la législation américaine qui permet aux puissantes agences de sécurité des Etats-Unis d'avoir accès dans certains cas aux données hébergées par les fournisseurs américains, où qu'elles se trouvent sur la planète.

"Ma société est américaine, et je sais très bien quelles sont les implications d'une telle législation", avertissait récemment un patron franco-américain, sous couvert de l'anonymat. "Et vu ce qui est en train de se passer dans la rhétorique américaine, ces choses là ne vont pas changer en mieux."

Au-delà même de l'intégrité des données, c'est la capacité à les exploiter et à en tirer parti qui inquiète beaucoup d'experts et de décideurs européens.

Comme des pays miniers

Si en Europe "on est juste capable de produire des données, en ayant besoin d'autres pour parvenir à les exploiter, alors on va être dans la même situation que les pays qui ont des ressources minières mais qui ont donné la capacité à d'autres de s'enrichir avec, avec des retombées extrêmement faibles" pour eux-mêmes, expliquait le haut fonctionnaire français cité plus haut.

Les gouvernements allemands et français ont annoncé en juin dernier le projet "Gaia X", pour faire émerger une offre européenne.

Plutôt que de chercher à encourager une ou des entreprises géantes type Gafa, capables de proposer une multitude de services - stockage, puissance de calcul, outils de traitement de données et d'intelligence artificielle, outils de chiffrement et de sécurité -, Paris et Berlin veulent faire émerger un réseau d'entreprises européennes fonctionnant selon les mêmes normes et standards.

Une sorte de "place de marché" ou chaque client potentiel trouverait tout ce dont il a besoin, sans quitter la juridiction européenne.

Et qui fonctionnerait suivant une logique décentralisée, peut-être plus compatible avec les enjeux futurs du traitement des données industrielles et notamment de celles issues des objets connectés.

lby-fcz/aue/eb

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ALPHABET INC. -2.42%1451.09 Cours en différé.8.34%
DEUTSCHE BANK AG -7.12%7.113 Cours en différé.10.92%
DEUTSCHE LUFTHANSA AG -6.70%8.018 Cours en différé.-47.58%
MICROSOFT CORPORATION -1.24%200.39 Cours en différé.27.07%
ORANGE -2.73%9.258 Cours en temps réel.-27.47%
RENAULT -5.01%21.49 Cours en temps réel.-46.34%
SAP SE -2.52%131.96 Cours en différé.12.62%
VOLKSWAGEN AG -3.68%136.68 Cours en différé.-19.44%
VOLKSWAGEN AG 0.00%Cours en clôture.0.00%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
TJ5e934c049be25 - Il y a 1 mois arrow option
La Deutsche Bank n'est pas la seule banque dans ce cas
  
  
Sansdents - Il y a 1 mois arrow option
On pourrait aussi parler de l'explosion de la technologue chinoise qui, partie de rien il y a 30 ans, est devenue N°1 mondial avec Huawei, TIK-TOK, etc…, que Trump veut interdire aux USA et en Europe, officiellement pour des raisons d'espionnage (j'avais cru comprendre au contraire grâce à SNOWDEN que ce sont les GAFAM US qui espionnent toutes nos données personnelles en temps réel et en permanence, mais justement la CIA ne peut pas espionner TIK-TOK et HUAWEI...) mais à mon avis la vraie raison est l'avance technologique foudroyante qu'a acquise la Chine communiste grâce à une politique industrielle puissante à très long terme grâce aux investissements massifs en R&D de l’Etat communiste Chinois, tel que la pratiquait la France sous De Gaulle, avec Plan quinquennal dans les Télécom, le nucléaire, les TGV, le spatial, l’aréonautique, la R&D dans le domaine de la santé (Médicaments, Vaccins, etc..).
C’est ce qui permet à Huawei par exemple d’avoir 10 ans d’avance dans la 5G au moment où Nokia crucifie la R&D d’Alcatel en France, et de devenir N°1 mondial pour la vente de Smartphones devant Apple et Samsung Quant à Ericsson lui a été condamné en 2019 à 1 milliard d’amende par la Justice américaine pour corruption. Mais le Justice américaine est le bras armé du gouvernement US grâce au dollar pour faire rentrer dans le rang yankee les entreprises trop indépendantes (BNP Paribas a dû ainsi payer plusieurs milliards d’amende, on se demande encore bien pourquoi, et cette pression impérialiste a « convaincu » le gouvernement français à vendre la branche énergie, aves les turbines nucléaires et le nucléaire militaire, à General Electric, groupe US., Macron, Ministre de l’économie d’Hollande, était à la manœuvre comme pour la vente d’Alcatel à Nokia..
Contrairement à ce que dit le maire de Grenoble, la 5G est certainement la plus grande rupture technologique depuis 50 ans dans le monde des télécoms et grâce à Trump, à sa Chloloquine (le Pr Raoult a dit en dehors de la Chloroquine, des choses très pertinentes sur la Chine et sa R&D en matière de lutte contre les maladies infectieuses et sur ce qui caractérise les pays les plus atteints par le COVID 19 dans le monde) et à ses gargarismes d’eau de javel, nous avons pris le mauvais train (Trump clamais il y a 6 mois qu’Apple allait pouvoir déployer la 5G aux, USA, Apple qui a dû être très surpris de devenir un équipementier réseau de la 5G….la 5G ne s’improvise pas à coups de tweet).
Et Orange a cédé à Trump ce qui va faire perdre beaucoup d’argent et de temps pour la 5G.
On en est là hélas….la 5G ne s’improvise pas à coup de Chloroquine…
1
  
  • Publier
    loader
Toute l'actualité sur DEUTSCHE BANK AG
14:49Les valeurs à suivre lundi 22 septembre 2020 à Wall Street -
AO
14:27Les banques américaines attendues en baisse après l'enquête sur des transacti..
AO
14:16Les banques plongent en Bourse après une enquête sur le blanchiment
AW
11:37Francfort s'enfonce face aux inquiétudes sanitaires (Dax:-2,35%)
AW
11:31Bourse Zurich: toujours dans le rouge à l'approche de la mi-journée
AW
10:57Les banques sous pression de la publication des " FinCEN Files "
AO
10:47TOUR DU MONDE DES INDICES : Les secteurs sont à l’honneurs
09:45Bourse Zurich: ouverture en baisse
AW
09:41Francfort chute sous les 13.000 points (Dax:-1,45%)
AW
08:46Bourse Zurich: ouverture attendue en baisse
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur DEUTSCHE BANK AG
Plus de recommandations
Données financières
CA 2020 22 921 M 27 028 M -
Résultat net 2020 -1 128 M -1 331 M -
Tréso. nette 2020 23 497 M 27 708 M -
PER 2020 -14,0x
Rendement 2020 -
Capitalisation 15 781 M 18 722 M -
VE / CA 2020 -0,34x
VE / CA 2021 -0,65x
Nbr Employés 86 824
Flottant 92,5%
Graphique DEUTSCHE BANK AG
Durée : Période :
Deutsche Bank AG : Graphique analyse technique Deutsche Bank AG | DBK | DE0005140008 | Zone bourse
Tendances analyse technique DEUTSCHE BANK AG
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreHaussièreNeutre
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ALLEGER
Nombre d'Analystes 23
Objectif de cours Moyen 6,52 €
Dernier Cours de Cloture 7,67 €
Ecart / Objectif Haut 5,21%
Ecart / Objectif Moyen -15,0%
Ecart / Objectif Bas -47,9%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Christian Sewing Chief Executive Officer
Karl von Rohr President
Paul Achleitner Chairman-Supervisory Board
Frank Kuhnke Chief Operating Officer
James von Moltke Chief Financial Officer
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
DEUTSCHE BANK AG10.92%18 722
JPMORGAN CHASE & CO.-29.45%299 731
INDUSTRIAL AND COMMERCIAL BANK OF CHINA LIMITED-29.17%245 952
BANK OF AMERICA CORPORATION-28.42%218 422
CHINA CONSTRUCTION BANK CORPORATION-20.95%173 877
CHINA MERCHANTS BANK CO.. LTD.3.75%142 193