Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

BMW AG

(BMW)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

BMW AG : Croisée des chemins

22/12/2020 | 09:57
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

L'industrie automobile est un cimetière d'illusions perdues pour les investisseurs, mais BMW y a jusqu'ici fait figure d'exception.

Bien qu'il ne soit pas épargné par les difficultés qui affligent ses pairs — pandémie, Brexit, ralentissement chinois, retour des politiques protectionnistes, nouvelles régulations environnementales, transition vers les motorisations électriques et les coûts gigantesques qu'elle implique, etc. — le constructeur allemand reste en piste, et devrait même réaliser un modeste profit cette année.

zb_graphique_de_cours

L'interruption quasi complète de la production couplée à la liquidation des stocks et la monétisation des crédits accordés aux clients devrait même entraîner une substantielle génération de cash en 2020. A ce titre, le free cash-flow consolidé a quadruplé sur les neufs premiers mois de l'année, principalement grâce à la réduction du besoin en fonds de roulement.

Comme chez Ericsson, discuté la semaine dernière dans cette rubrique, de lourdes dépenses de R&D — près de €6 milliards par an — continuent de gréver la profitabilité. BMW investit en outre massivement dans sa supply chain "électrique" : en témoignent ces €12 milliards de contrats avec les fabricants de batteries Northvolt, CATL et Samsung SDI, ou la modernisation à €500 millions de l'usine de Dingolfing en Bavière. 

A l'instar de Volkswagen, qui vend les marques Porsche et Audi, BMW entame ce nouveau cycle d'investissements en position de force grâce à sa domination du segment premium, plus profitable et moins cyclique que le mass market, ainsi que son échelle sur trois continents et ses marges d'exploitation très supérieures à la moyenne de l'industrie. 

De la rentabilité de ces investissements découlera la création de valeur sur les années qui viennent. Si rien n'est garanti, que le constructeur puisse en large partie financer ses programmes de développement à partir de ses cash-flows plutôt que via de l'endettement supplémentaire prévient le risque de catastrophe et représente un avantage compétitif majeur. 

Celui-ci se reflète d'ailleurs dans son bilan autrement plus solide que ses pairs, nonobstant l'opacité structurelle de l'activité financement — les €88 milliards de prêts et leasings aux clients couvrent les €83 milliards de dettes et provisions à long terme consolidées — qui reste une boîte noire, quoiqu'une boîte noire très rentable en l'état. 

On voit bien sûr s'additionner les signes d'une réduction voire d'une suspension du dividende, crise oblige. Un tel évènement serait sans doute temporaire autant que bienvenu : la famille Quandt — actionnaire stratégique du groupe — a déjà prouvé par le passé son attachement à une stratégie prudente, et privilégié la défense d'une bonne position financière plutôt qu'une distribution déraisonnable. 

Au niveau de la conjoncture, malgré un volume de livraisons en baisse — de 1.87 million à 1.64 millions de véhicules sur les neuf premiers mois de l'année — on observe au troisième trimestre un net redressement des ventes, et un profit en hausse de 10% par rapport à l'an passé. La demande chinoise — le marché le pus large et le plus profitable de BMW — demeure très dynamique, tandis que la demande américaine se maintient. 

Sur le dernier cycle, c'est-à-dire depuis 2010, les livraisons ont plus que triplé en Chine — de 220 000 à 720 000 véhicules par an — et sont restées à grosso modo 350 000 véhicules par an aux Etats-Unis. En Europe, notamment en France, en Scandinavie et au Royaume-Uni, les parts de marché de BMW se sont considérablement élargies. L'industrie se trouve certes dans un creux de cycle, mais le pessimisme extrême du moment est-il pour autant justifié ?

L'action BMW s'échange aux deux tiers de sa valeur comptable et à un multiple de x9 les profits annuels moyens sur la dernière décennie. Au-delà des incertitudes à court terme, bien réelles, cette valorisation ne rend possiblement guère justice à la position compétitive du constructeur, ni à sa rentabilité historique ou son assise financière. 

Valorisée à deux fois les capitaux propres du segment, l'activité financement pourrait à elle seule valoir €40 par action. Une fois ajoutés les €35 par action liés à la joint-venture chinoise de BMW, on réalise que l'activité automobile est valorisée pour zéro — de même que l'activité moto, marginale mais très rentable, et que le cash en excès.  

(Quoique séduisante sur le papier, cette valorisation via une basique "somme des parties" ne doit pas faire perdre de vue que BMW restera en premier chef évalué en rapport avec sa distribution de dividendes.)

Le constructeur devrait par ailleurs profiter des effets du considérable plan de réductions de coûts — accepté par les syndicats acculés à des concessions extrêmes — et à la déflation des dépenses de R&D après des années d'efforts hors-du-commun pour défendre une position de pionnier dans la course à l'électrique. Ces deux facteurs conjugués pourraient doper la profitabilité dès que s'amorce la reprise.

C'est justement le scénario privilégié par les analystes qui suivent le groupe. Encouragés par le momentum des dernières semaines, et par les espoirs d'une vaccination massive, ces derniers viennent de relever leurs anticipations de résultats. A moins d'une catastrophe économique, type implosion de la Chine après trente ans d'expansion frénétique, lesdites anticipations demeurent très prudentes.

BMW est l'un des derniers investissements du fonds Europa One, que conseille ZoneBourse de manière exclusive. 

 


© Zonebourse.com 2020
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
BMW AG -0.24%88.43 Cours en différé.22.43%
EURO / BRITISH POUND (EUR/GBP) -0.01%0.85006 Cours en différé.-4.58%
EUROPA ONE I 1.82%129.76 Cours en clôture.24.49%
EUROPA ONE R 1.81%169.06 Cours en clôture.23.54%
S&P GSCI CORN INDEX 0.61%475.9546 Cours en différé.18.39%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur BMW AG
01/12BMW : nomme le futur directeur du site de Debrecen en Hongrie
CF
01/12Le marché automobile français est resté au plus bas en novembre
AW
30/11BMW : finance une chaire sur la technologie quantique
CF
30/11Les marchés rechutent, ayant des questions au sujet d'Omicron
AW
29/11Rebond des marchés, loin de combler les pertes de vendredi
AW
29/11BMW : Kepler Cheuvreux toujours négatif
ZD
29/11Marchés : l'Europe rebondit mais la crise sanitaire préoccupe les investisseurs
AW
26/11BMW : RBC maintient son opinion neutre
ZD
25/11BMW : DZ Bank toujours positif
ZD
24/11L'avenir du PDG de VW reste incertain, les négociations sont sur le fil du rasoir.
ZR
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur BMW AG
Plus de recommandations
Données financières
CA 2021 111 Mrd 125 Mrd -
Résultat net 2021 11 092 M 12 529 M -
Tréso. nette 2021 20 223 M 22 844 M -
PER 2021 5,15x
Rendement 2021 5,90%
Capitalisation 57 480 M 65 001 M -
VE / CA 2021 0,34x
VE / CA 2022 0,29x
Nbr Employés 120 726
Flottant 57,3%
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 24
Dernier Cours de Cloture 88,43 €
Objectif de cours Moyen 109,55 €
Ecart / Objectif Moyen 23,9%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Oliver Zipse Chairman-Management Board
Nicolas Peter Chief Financial Officer
Norbert Reithofer Chairman-Supervisory Board
Susanne Klatten Independent Member-Supervisory Board
Manfred Schoch Deputy Chairman-Supervisory Board
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapi. (M$)
BMW AG22.43%65 197
TOYOTA MOTOR CORPORATION28.53%250 837
VOLKSWAGEN AG10.05%127 265
DAIMLER AG49.84%104 912
GENERAL MOTORS COMPANY39.43%84 295
FORD MOTOR COMPANY122.75%78 246