Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Indices / Marchés

Actualités : Indices / Marchés
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

Wall Street, accablée par le coronavirus, ouvre en forte baisse

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
06/03/2020 | 15:53

New York (awp/afp) - Wall Street, malgré des chiffres solides sur l'économie américaine, était de nouveau en proie à une forte anxiété vendredi face à la propagation du nouveau coronavirus.

Vers 15H00 GMT, l'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, cédait 3,12%, à 25.305,84 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, reculait de 3,24%, à 8.455,78 points.

Le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, perdait 3,40%, à 2.921,27 points.

Les investisseurs continuaient en revanche à se ruer sur les produits financiers considérés comme des valeurs refuges, dont la dette des Etats-Unis. Signe d'une très forte demande, le taux sur les obligations américaines à 10 ans a plongé pour la première fois sous le seuil des 0,7%.

Sur des montagnes russes depuis le début de la semaine, la Bourse de New York s'était déjà retrouvée sous forte pression jeudi alors que les investisseurs peinent à évaluer les conséquences économiques de l'épidémie: le Dow Jones avait chuté de 3,58% et le Nasdaq de 3,10%.

Vendredi, ni les bons chiffres sur la santé de l'économie américaine, ni les exhortations du président américain, n'ont permis de rasséréner les courtiers de Wall Street.

L'économie américaine a pourtant une nouvelle fois fait la preuve de sa solidité en février avec la création de 273.000 nouveaux emplois, contredisant les attentes des économistes qui tablaient sur un ralentissement.

Le taux de chômage est tombé à 3,5%, le niveau le plus bas en 50 ans.

Le déficit commercial américain a de son côté baissé de 6,7% en janvier sous l'effet d'une nette diminution des importations de biens en provenance du Canada et de Chine.

Alors qu'il ratifiait depuis la Maison-Blanche un plan d'urgence de 8,3 milliards de dollars destiné à financer la lutte contre le coronavirus qui se propage aux Etats-Unis, Donald Trump s'est dit convaincu que "les marchés (allaient) rebondir".

Il a aussi appelé la banque centrale américaine (Fed), qui a en urgence décidé mardi d'abaisser ses taux d'un demi-point de pourcentage, à encore les diminuer.

"Toutes les données (sur l'économie américaine diffusées vendredi) concernent une période précédant l'impact du coronavirus, les marchés vont donc largement les ignorer", analyse Paul Ashworth, de Capital Economics.

"Alors que le taux sur la dette à 10 ans continue à plonger à des niveaux inédits et que le marché des actions se retrouve de nouveau sous pression, on peut commencer à se demander si la Fed peut vraiment attendre sa prochaine réunion mi-mars pour décider d'une nouvelle baisse des taux", remarque-t-il.

Baisse de la consommation

"Ce qui a commencé comme un choc d'approvisionnement en Chine s'est transformé en quelque chose de beaucoup plus grave", rappelle de son côté Ben May de Oxford Economics.

"La fragilité des marchés financiers et les perturbations de la vie quotidienne dans le monde vont, en plus des perturbations de la chaîne d'approvisionnement mondiale, entraîner une baisse des dépenses de consommation et des investissements", anticipe-t-il.

Le secteur de la finance, qui pâtit des taux bas, souffrait encore particulièrement vendredi, le sous-indice le représentant au sein du S&P 500 perdant 4%.

Bank of America lâchait 4,31%, Citigroup 3,95% et Wells Fargo 5,48%.

JPMorgan Chase, dont le PDG Jamie Dimon est en convalescence après avoir été opéré du coeur en urgence jeudi, reculait de 4,93%.

Starbucks, qui a annoncé une chute de 78% de ses ventes en Chine en février liée à la fermeture de nombreux magasins en raison du coronavirus, lâchait 4,24%.

Parmi les autres valeurs du jour, Gap cédait 1,12% au lendemain de la nomination de Sonia Syngal, qui dirigeait auparavant la filiale Old Navy, au poste de directrice générale de l'entreprise. Elle remplace Robert Fisher, qui avait pris le poste par intérim après le départ d'Art Peck.

jum/dho/pcm

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
BANK OF AMERICA CORPORATION 4.63%25.99 Cours en différé.-29.47%
CITIGROUP INC. 4.92%53.34 Cours en différé.-33.23%
DJ INDUSTRIAL 2.05%26269.89 Cours en différé.-9.80%
GAP INC 12.21%11.95 Cours en différé.-32.41%
JPMORGAN CHASE & CO. 5.40%104.27 Cours en différé.-25.20%
NASDAQ 100 0.49%9704.687614 Cours en différé.11.13%
NASDAQ COMP. 0.78%9682.91091 Cours en différé.7.92%
S&P 500 1.36%3122.87 Cours en différé.-3.34%
STARBUCKS CORPORATION 2.31%79.58 Cours en différé.-11.53%
WELLS FARGO & COMPANY 5.22%28.83 Cours en différé.-46.41%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Marchés"
14:00BOURSE DE PARIS : Le CAC 40 repasse dans le vert après les annonces de la BCE
DJ
13:41Les actions repartent dans le rouge, la BCE attendue au tournant
RE
13:24BOURSE DE WALL STREET : Les valeurs à suivre à Wall Street
RE
11:31Bourse Zurich: les appréhensions se multiplient à l'approche de la BCE
AW
11:14CAC 40 : en baisse mais préserve les 5000 pts avant la BCE
CF
10:17BOURSE DE PARIS : Paris prudente avant la BCE
AW
10:07BOURSE DE LONDRES : Londres fait une pause
AW
09:32EN DIRECT DES MARCHES : LVMH, EDF, Total, Rémy Cointreau, Eurofins, Catana, Generali, HSBC, Seadrill...
09:31Francfort ouvre en baisse avant la BCE (Dax:-0,63%)
AW
09:01En apesanteur
Dernières actualités "Marchés"