Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

UP Petroleum Union : Rapport sur le marché - Aperçu hebdomadaire du 06 au 10 avril 2020.

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
06/04/2020 | 08:38
Rapport sur le marché - Aperçu hebdomadaire du 06 au 10 avril 2020.

L'OPEP+ reporte une réunion spéciale - Trump menace de faire des tarifs douaniers - Covid19 pousse les prix.

Le groupe des pays producteurs de pétrole a postposé la réunion spéciale prévue pour aujourd'hui. La communauté OPEP+ a invité d'autres pays, tels que les États-Unis et le Canada, à participer à la réunion virtuelle par conférence téléphonique, qui doit avoir lieu jeudi.

L'objectif est de parvenir à un consensus sur la réglementation des volumes de production mondiaux. Les cercles de l'OPEP disent que l'Arabie Saoudite est prête à réduire son propre volume de production de 3 millions de B/J pour le ramener en dessous de 9 millions de B/J. La Russie elle-même devrait alors réduire de 1,5 million de B/J. Les autres pays de la région du Golfe persique devraient également retirer 1,5 million de B/J du marché. Les autres grands producteurs de pétrole, tels que le Canada, les États-Unis et le Brésil, seraient tenus de prendre une participation d'environ 2 millions de B/J. Le reste des réductions serait réparti entre les petits producteurs de pétrole du groupe OPEP+.

Le ministre de l'énergie de la province canadienne de l'Alberta, où le pétrole brut est de loin le plus produit au Canada, a promis d'assister à la réunion. La Norvège est également ouverte à une réduction de sa propre production de pétrole.

Trump : la menace au lieu de la réduction

Vendredi dernier, les producteurs de pétrole américains ont rencontré Donald Trump pour discuter de la situation. La Russie, en particulier, exige la participation des États-Unis pour ses propres réductions de production. Le Texas lui-même avait déjà signalé sa volonté de réguler ses propres volumes de production. Des entreprises telles que Pioneer Natural Resources et Parsley Energy ont également demandé une intervention de l'État.

Les grandes entreprises voient les choses différemment. ExxonMobil et Chevron ne veulent pas de réduction. Le président américain Donald Trump rejette également une réduction : 'Je ne suis pas intéressé par l'OPEP'. Selon M. Trump, l'OPEP est un 'cartel' qu'il a rejeté toute sa vie. 'Si je dois imposer des droits de douane sur les importations de pétrole, ou si je dois faire quoi que ce soit d'autre pour protéger des milliers et des dizaines de milliers de travailleurs dans l'industrie énergétique, et nos grandes entreprises qui créent tous ces emplois, je ferai tout ce qu'il faut', a déclaré M. Trump.

Auparavant, l'idée d'imposer des droits de douane ou un embargo (partiel) sur le pétrole à l'OPEP et des sanctions contre la Russie avait été évoquée aux États-Unis.

Les experts estiment que l'OPEP ne parviendra pas à soutenir durablement les prix. Dans le cas de Trafigura, on s'attend à ce que la demande de pétrole puisse baisser de 35 millions de B/J. Goldman Sachs s'attend à un effondrement pouvant atteindre 30 millions de B/J. L'AIE est également très sceptique. En avril, la demande de pétrole diminuera de 20 millions de B/J en raison de la réduction du trafic aux heures de pointe, du ralentissement économique et de l'annulation des vols. Même si les producteurs de pétrole devaient réduire leurs quantités de production de 10 millions de B/J, cela augmenterait probablement les stocks de pétrole au deuxième trimestre de 15 millions de B/J en moyenne, selon Fatih Birol, le chef de l'AIE.

Dans ce climat, les prix du pétrole devraient rester bas. La fin des prix bas exige la fin de la crise de la Corona et la reprise du trafic. Toutefois, comme la plupart des pays n'a pas encore atteint le pic de la pandémie, ce n'est pas encore en vue.

Source : Futures-Services Mineralöldienst

La Sté UP - Petroleum Union a publié ce contenu, le 06 avril 2020, et est seule responsable des informations qui y sont renfermées.
Les contenus ont été diffusés par Public non remaniés et non révisés, le06 avril 2020 06:37:18 UTC.

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
02:42Coronavirus-Un seul nouveau cas de contamination signalé en Chine
RE
02:09Sanofi-les actions ordinaires de regeneron seront proposées aux prix unitaire de 515 dollars
RE
02:07Sanofi-les recettes brutes de 11,1 milliards de dollars permettront d'accroître la capacité du groupe à réaliser sa stratégie d'innovation et de croissance
RE
02:03Sanofi annonce céder 21,6 millions d'actions regeneron
RE
01:59Trump accuse Twitter d'interférer dans l'élection présidentielle US
RE
01:40RD Congo-Attaque de djihadistes présumés dans le nord-est, 17 morts
RE
01:38Vallourec - jefferies relève l'objectif de cours à 35 euros contre 0,95 centimes d'euro
RE
01:25Eurofins scientific - jefferies relève sa recommandation à "acheter" contre "conserver", objectif de cours à 700 euros contre 430 euros
RE
00:55Twitter invite ses utilisateurs à vérifier la véracité d'un message de Trump
RE
26/05Trump va prendre des mesures à l'égard de la Chine pour Hong Kong
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"