Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Pétrole: L'Opep+ doit convaincre le Mexique pour réduire sa production de 23%

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
10/04/2020 | 11:57
PÉTROLE: L'OPEP+ DOIT CONVAINCRE LE MEXIQUE POUR RÉDUIRE SA PRODUCTION DE 23%

Les pays producteurs de pétrole du groupe "Opep+", emmenés par l'Arabie saoudite et la Russie, devraient tenter vendredi de persuader le Mexique de se joindre à l'effort collectif visant à réduire l'offre pétrolière mondiale de 10 millions de barils par jour (bpj) avant de demander à d'autres pays, dont les Etats-Unis, de réduire leurs pompages de cinq millions de bpj supplémentaires.

Ces initiatives visent à enrayer la chute des cours du pétrole qui dépasse 50% depuis le début de l'année, un mouvement lié à l'effondrement exceptionnel de la demande de brut après les multiples mesures de confinement prises pour tenter de freiner la pandémie de coronavirus. Ce plongeon a été amplifié par la rupture du précédent pacte liant la Russie et l'Opep, qui a amené l'Arabie saoudite à déclencher une guerre des prix en gonflant sa production.

Le prix du baril de Brent est tombé fin mars sous 22 dollars, son plus bas niveau depuis 2002, avant de regagner dix dollars grâce aux espoirs de diminution de l'offre globale. Les marchés étaient fermés vendredi.

Après plusieurs heures de discussions jeudi, l'Opep, la Russie et leurs alliés ont annoncé leur intention de réduire leur production de plus de 20%, ajoutant attendre des Etats-Unis et d'autres gros producteurs qu'ils se joignent à l'effort commun.

Lors d'une téléconférence organisée quelques heures plus tard, le roi Salman d'Arabie saoudite, le président russe Vladimir Poutine et l'américain Donald Trump ont évoqué l'importance de la coopération entre producteurs, a rapporté l'agence de presse officielle saoudienne SPA.

"Le souhait d'une coordination des mesures visant à stabiliser la situation des échanges pétroliers mondiaux et à atténuer l'impact négatif de la volatilité des prix pétroliers sur l'économie mondiale a été souligné", a déclaré de son côté le Kremlin.

LA DEMANDE RISQUE DE CHUTER ENCORE PLUS QUE LA PRODUCTION

Mais le groupe "Opep+" (qui n'inclut pas les Etats-Unis) a déclaré qu'un accord définitif nécessitait encore la signature du Mexique, qui renâcle à réduire sa production autant que souhaité par ses partenaires.

"J'espère que (le Mexique) finira par réaliser l'intérêt de cet accord, non seulement pour le Mexique mais pour le monde entier", a dit le ministre saoudien de l'Energie, Abdoulaziz ben Salman, à Reuters par téléphone.

Mexico a proposé de réduire sa production de 100.000 bpj sur les deux prochains mois, ce qui la ramènerait à 1,681 million de bpj, a précisé le ministre mexicain Rocio Nahle, sur Twitter. Mais les alliés du Mexique souhaitent une réduction quatre fois plus importante.

Au total, selon les documents que Reuters a pu consulter, l'Opep+ réduirait ses pompages de 10 millions de bpj en mai et en juin, soit de 23%, ce qui représenterait 2,5 millions de bpj pour l'Arabie saoudite comme pour la Russie et un peu plus d'un million pour l'Irak.

La production de l'Opep+ diminuerait ensuite de huit millions de bpj de juillet à décembre, puis de six millions de janvier 2021 à avril 2022, précisent ces documents.

Le prochain grand rendez-vous est une téléconférence extraordinaire des ministres de l'Energie du G20 ce vendredi à 12h00 GMT, organisée par Ryad, qui préside le groupe des 20 principales économies mondiales.

Pour la banque américaine Goldman Sachs, il est peu probable que les réductions de production évoquées suffisent à compenser la chute de la demande: elle estime que la pandémie devrait amputer celle-ci de 19 millions de bpj sur avril-mai.

Pour ses analystes, les réductions envisagées, si elles finissent par s'appliquer, "seraient encore trop faibles et trop tardives pour empêcher une baisse des cours dans les prochaines semaines alors que les capacités de stockage vont arriver à saturation".

(Avec Florence Tan à Singapour, version française Marc Angrand)

par Rania El Gamal et Vladimir Soldatkin

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
09:30Le recul de la consommation plonge l'Allemagne en récession
RE
09:12L'Etat a mobilisé ?450 mds pour l'économie française, dit Le Maire
RE
09:09Le titre lagardère accroît ses gains et prend près de 7%
RE
09:08Carmat prend 10% après avoir réalisé la première implantation d'un coeur artificiel total au danemark
RE
09:06Bayer gagne 4% après avoir fait part de progrès dans les négociations liées au roundup
RE
09:02Psa gagne 2,7% et renault 1,5% grâce au plan de soutien français à la filière automobile qui doit être annoncé mardi
RE
09:00Lagardère gagne 3% après l'annonce du rapprochement des familles arnault et lagardère au sein de la holding d'arnaud lagardère
RE
08:50L'etat a mobilisé 450 milliards d'euros au total pour soutenir l'économie française face à la crise du coronavirus, soit 20% du pib - bruno le maire
RE
08:46Une hausse de la participation de l'etat dans renault n'est pas à l'ordre du jour, dit le maire
RE
08:43Le gouvernement n'exige pas de renault qu'il ne ferme aucun site, dit bruno le maire
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"