Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Indices / Marchés

Actualités : Indices / Marchés
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

Bourse de Paris : Paris brille après l'emploi américain

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
02/07/2020 | 18:18

Paris (awp/afp) - La Bourse de Paris a terminé en forte hausse de 2,49% jeudi, profitant des chiffres meilleurs qu'anticipé de l'emploi américain en juin, qui entretiennent les espoirs d'une reprise économique rapide.

L'indice CAC 40 a gagné 122,4 points, brisant le seuil symbolique des 5.000 points à 5.049,38 points. La veille il avait fini en petite baisse de 0,18%.

La cote Parisienne a passé toute la journée nettement dans le vert, accélérant encore après les annonces américaines. Elle a frôlé par moment les 3% et atteint tout de même son plus haut niveau depuis le 10 juin.

"Les chiffres de l'emploi en juin aux États-Unis sont une énorme surprise, mais c'était déjà le cas la fois précédente", lors de la publication des chiffres de l'emploi en mai souligne à l'AFP Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille à Mirabaud France.

"On regardait encore les chiffres de mai [chômage à 13,3% contre près de 20% anticipé] avec scepticisme en raison des restrictions sur la collecte des données", mais ce doute est balayé avec ces nouveaux résultats, poursuit M. Rozier.

L'économie américaine a créé 4,8 millions d'emplois en juin, un record sur un mois, bien plus que les estimations des analystes. En conséquence, le taux de chômage s'établit à 11,1% contre 13,3% en mai, les estimations tablant sur 12,6%.

Le niveau antérieur au Covid-19, un taux de chômage à 3,5%, est encore loin, mais "ces chiffres donnent du crédit à la perception d'une reprise en V", avec un retour rapide à la situation pré-crise, estime Frédéric Rozier.

D'autant plus que d'autres indicateurs économiques publiés plus tôt dans la semaine ont également accrédité le scénario d'une reprise rapide dans le monde. L'activité manufacturière chinoise s'est inscrite en juin à son plus haut niveau depuis plus de six mois selon des chiffres publiés mercredi, le même jour où un représentant de la Banque d'Angleterre a jugé que l'activité britannique repartait "plus vite" que prévu.

Situation sanitaire dégradée

Toutefois, le scénario en "V" de l'emploi semble "peu probable" pour John Plassard, spécialiste de l'investissement de Mirabaud, qui rappelle que "selon de nombreuses études jusqu'à 50% des personnes ayant perdu leur emploi à cause du coronavirus ne devraient pas retrouver de travail (au moins) avant la fin de l'année."

La reprise est en plus soumise à l'évolution de la situation sanitaire, qui ne cesse de se dégrader aux États-Unis. 50.000 nouvelles contaminations ont été recensées en 24 heures dans le pays, un record.

Ce rebond a poussé plusieurs États du sud du pays à réinstaurer des mesures de restrictions à quelques jours d'un week-end sensible, avec samedi la fête nationale du 4 juillet, traditionnelle occasion de réunions familiales et rassemblements.

Or, "2,8 millions des 4,8 millions" d'emplois créés l'ont été "dans des secteurs très exposés à de nouvelles fermetures et au ralentissement de la réouverture", comme le loisir, l'hôtellerie et la restauration, remarque Neil Wilson, analyste de Market.com.

Les valeurs les plus touchées par la crise ont le plus profité de cette tendance, à commencer par les banques. BNP a gagné 5,43% à 36,60 euros, Société générale 5,50% à 15,50 euros et Crédit Agricole 4,46% à 8,75 euros.

D'autres valeurs affaiblies en ont également bénéficié comme le groupe hôtelier Accor (+4,91% à 24,80 euros) ou ArcelorMittal pour les matières premières (+5,47% à 9,83 euros).

A l'inverse, les valeurs technologiques, qui ont été plus recherchées pendant la crise, sont restées à la traîne, à l'image de Wordline presque stable (+0,05% à 77,80 euros) et Capgemini qui a cédé 0,10% à 101,60 euros, seule baisse du CAC 40.

fs/ alb/LyS

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ACCOR 0.96%25.2 Cours en temps réel.-39.64%
ARCELORMITTAL -3.69%10.236 Cours en différé.-34.56%
CAC 40 -0.61%5042.38 Cours en temps réel.-15.13%
CAPGEMINI SE -0.83%113.4 Cours en temps réel.4.13%
CRÉDIT AGRICOLE SA -2.00%8.906 Cours en temps réel.-31.09%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Marchés"
13/08WallStreet : cale sous les sommets, Apple à 1,5% des 2000Mds$
CF
13/08Point marchés-Wall Street en ordre dispersé, Apple soutient le Nasdaq
RE
13/08EUROPE : Les Bourses européennes, sans élan, mettent fin à une série de quatre hausses
AW
13/08CAC40 : pause de -0,6%, actu économique sans aucun impact
CF
13/08Bourse Zurich: le SMI a oscillé autour de l'équilibre et fini en léger recul
AW
13/08BOURSE DE PARIS : Paris, léthargique, met fin à une série de quatre hausses
AW
13/08Les valeurs à suivre demain à la Bourse de Paris Vendredi 14 août 2020
AO
13/08La Bourse de Francfort termine sans impulsion (Dax: -0,50 %)
AW
13/08BOURSE DE LONDRES : Londres subit des prises de bénéfices
AW
Dernières actualités "Marchés"