Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Gallien
Girardot

Analyste

26
Abonnés
Du même auteur
Plus d'articles

LA MINUTE MACRO : un train peut en cacher un autre

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
03/07/2020 | 11:42

Hier, les statistiques de l’emploi ont laissé le marché béat. Néanmoins, les détails de ces chiffres posent question sur l’aspect permanent des destructions d’emplois. Du côté du commerce, le déficit commercial américain continue de se creuser. En Iran, l’explosion sur le site de production de centrifugeuses de Natanz a été revendiquée par Homland Cheetahs. Enfin, l’industrie des services reprend des couleurs.

Une nouvelle peut en cacher une autre. Hier, les États-Unis ont publié la série de statistiques tant attendue, liée à l’emploi. Le taux de chômage en baisse de 2.2 points de pourcentage a excité les marchés hier. La publication des NFP, à 4.8M créations d’emplois (contre 3.037M attendues par le consensus), n’a fait qu’amplifier le phénomène. Cette annonce est bien évidemment une bonne nouvelle. Cependant, les détails de ces chiffres soulèvent quelques questions… Tout d’abord, dans le rapport du BLS, on constate que le nombre de chômeurs temporaires a diminué de 4.8M. En revanche, les pertes d’emplois permanentes ont augmenté de 588 000. Par ailleurs, le BLS souligne également que les chômeurs de courte durée ont diminué, mais ceux de longue durée ont augmenté (>15 semaines). Enfin, les nouvelles inscriptions au chômage (en données hebdomadaires), sont sortie à 1.427M, contre 1.482M la semaine dernière et 1.350M attendus par le consensus. Cette faible diminution semble également dénoter une reprise économique limitée.

Source : WSJ, bls.gov

Les États-Unis peuvent-ils vivre en autarcie ? A priori, ça risque d’être compliqué. Hier, l’US Census Bureau et l’ US Bureau of Economic Analysis ont publié les chiffres concernant le déficit commercial américain pour le mois de mai. Il a ainsi augmenté de 9.7%, pour venir s’établir à 54.6Mds USD. Dans le détail, on s'aperçoit que les exportations ont diminué de 4.4% (à 144.5Mds USD), marqués notamment par une diminution de 3.9Mds des matériaux industriels (dont 1.6Mds attribué au pétrole). Du côté des importations, la baisse est de 0.9% (à 199.1Mds USD). La diminution de 4.4Mds des importations de véhicules a été partiellement compensée par une hausse des importations de métaux et de biens de consommation. D’un point de vue géographique, les déficits les plus importants sont attribués à l’Asie, avec en première ligne la Chine (27.9Mds USD), suivie de près par l’UE (12.7Mds USD).

Sabotage. Hier, un incident a été signalé par l’agence iranienne de l’énergie atomique, sur le site de Natanz. Dans un article, le New York Times a souligné qu’il s’agissait d’un site où était produit des centrifugeuses destiné en enrichir l’Uranium. Le journal a également précisé que l’attaque avait été revendiquée par un groupe appelé Homeland Cheetahs.

Le retour des services ! Markit publie ce matin les PMI des services finaux. L’industrie la plus touchée par les mesures de confinement semble ainsi reprendre son élan. En Chine, le Caxin PMI des services est ressorti à 58.4, en Espagne à 50.2 (contre 27.9 en mai) et en France à 50.7 (contre 31.1 au mois précédent). L’Allemagne et l’Italie ne sont pas encore passées du bon côté de la barrière, à respectivement 47.3 et 46.4. L’indice européen des services est ainsi ressorti à 48.3, contre 30.5 en mai. 


Gallien Girardot
© Zonebourse.com 2020
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader