Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

L'emploi progresse aux USA, la Fed fait un pas de plus vers le resserrement

07/08/2021 | 12:55
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

Washington (awp/afp) - L'embellie de l'emploi en juillet aux Etats-Unis devrait donner un signal à la Banque centrale américaine (Fed) pour resserrer son soutien à l'économie, et annoncer le rythme auquel elle envisage de réduire ses achats d'actifs.

Près d'un million d'emplois (943.000) ont été créés le mois dernier, et le taux de chômage est tombé à 5,4%.

"Ces données (...) correspondent à ce que la Réserve fédérale recherche pour prendre la décision de réduire les achats d'actifs", explique l'économiste Diane Swonk, de Grant Thornton.

La Fed injecte chaque mois sur les marchés 120 milliards de dollars de liquidités, via l'achat de 80 milliards de bons du Trésor et 40 milliards de MBS (produits financiers adossés à des prêts immobiliers). Cela a permis de fluidifier le crédit et de pousser les taux à la baisse pour aider la reprise économique.

Pour laisser la première économie du monde voler de nouveau de ses propres ailes, la Banque centrale veut voir des progrès "substantiels" vers ses deux objectifs: le plein emploi et la stabilité des prix.

Le marché du travail peinait ces derniers mois à se relever, mais les prix, eux, ont bondi. La hausse a été de 4% sur un an, selon l'indice PCE, dépassant largement l'objectif de 2% à long terme.

Ces évolutions paradoxales ont placé la Fed dans une position très inconfortable, puisqu'il aurait fallu réduire les achats d'actifs pour empêcher une inflation trop forte. Mais cela aurait alors pu peser sur le redressement du marché du travail.

"La reprise de l'emploi arrive à un moment où la Fed doit sérieusement envisager de réduire ses achats d'actifs pour éviter une flambée inutile de l'inflation", observe encore Diane Swonk.

Septembre ou novembre ?

La Fed avait fait comprendre, la semaine dernière à l'issue de sa réunion monétaire, que les discussions étaient en cours, sans toutefois donner de précision, indiquant qu'elle continuerait à "évaluer les progrès lors des prochaines réunions".

Le rapport sur l'emploi de juillet pourrait ainsi n'être que "le premier de plusieurs rapports sur l'emploi solides (qui lui seront) nécessaires", relève Lydia Boussour, d'Oxford Economics.

Elle estime que "le marché du travail étant susceptible de se renforcer davantage au cours des prochains mois", le Comité monétaire "est sur la bonne voie pour commencer la réduction progressive (...) début 2022".

L'un de ses gouverneurs, Christopher Waller, avait dit, lundi, que la réduction pourrait débuter dès octobre si le marché de l'emploi continue de s'améliorer.

Cela supposerait une annonce en août ou en septembre, car la Fed veut présenter son calendrier avant de lancer le mouvement. Les prochains chiffres de l'emploi, qui seront publiés le 3 septembre, seront donc déterminants.

Mais la propagation du variant Delta pourrait ralentir le redressement.

"Nous n'excluons pas complètement la possibilité d'une décision en septembre", lors de la prochaine réunion, estime Krishna Guha, économiste pour Evercore, qui privilégie cependant novembre.

Jackson Hole

"Bien que cela puisse être plus tôt, nous voyons la Fed annoncer une réduction des achats lors de la réunion du FOMC de novembre", anticipe également Rubeela Farooqi, cheffe économiste pour High Frequency Economics.

D'ici là, de premiers indices pourraient émerger de la réunion mondiale des banquiers centraux, les 26 au 28 août à Jackson Hole dans le Wyoming (ouest), avec notamment le discours très attendu du président de la Fed, Jerome Powell.

D'autres économistes en revanche, misent sur une attitude plus attentiste: "je pense que la Fed est prête à laisser l'économie tourner à plein régime pendant une période prolongée et à ne pas paniquer si l'inflation reste élevée", commente ainsi l'économiste indépendant Joel Naroff.

En effet, souligne-t-il, "il est beaucoup plus facile de ralentir la croissance que de l'accélérer lorsque les taux sont si bas, surtout si les aides massives du gouvernement disparaissent".

Les taux directeurs se trouvent en effet toujours dans une fourchette de 0% à 0,25%, brutalement abaissés en mars 2020. Ils ne devraient pas en bouger avant 2023, selon les estimations données par le comité monétaire après sa réunion de juin.

afp/rp


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Taux"
15/10TAUX : tension dans le sillage de prix pétroliers au zénith
CF
14/10CENTRALE DES LETTRES DE GAGE : niveau recourd du portefeuille d'emprunts
AW
14/10TAUX : très bonne séance en Europe, gain modeste sur T-Bonds
CF
14/10EMPRUNT : Banco de Chile lève 130 millions de francs
AW
14/10Singapour resserre sa politique monétaire face au risque d'inflation
AW
13/10USA : la Fed pourrait commencer les réductions d'achats d'actifs dès novembre
AW
13/10TAUX : détente générale, T-Bonds en hausse malgré CPI à 5,4%
CF
13/10EMPRUNT : Pacific Life Global Funding lève 300 millions à 0,25%, échéance 2028
AW
12/10USA : les progrès attendus sur l'emploi sont "presque réalisés"
AW
12/10USA : les progrès attendus sur l'emploi sont "presque respectés"
AW
Dernières actualités "Taux"