Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs

L'économie suisse a fortement rebondi au 2e trimestre

02/09/2021 | 13:32
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

Berne (awp) - Le produit intérieur brut (PIB) helvétique a retrouvé de l'élan au 2e trimestre, porté par la reprise de la consommation suite à l'assouplissement des restrictions décidées l'hiver dernier face au coronavirus. Il se rapproche des niveaux d'avant-crise.

Le PIB a progressé de 1,8% sur un trimestre, a indiqué le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) dans son rapport périodique jeudi, après avoir enregistré un recul de 0,4% sur les trois premiers mois de l'année et de 0,1% fin 2020. Corrigée des événements sportifs, la création de richesse a avancé de 1,6%.

La croissance a même bondi de 7,7% par rapport à la même période il y a un an, quand le pays était en semi-confinement. Comparé à l'avant-crise, soit le 4e trimestre 2019, cet indicateur affiche un recul de seulement 0,5%.

Les économistes interrogés par AWP ont visé juste, tablant sur une évolution trimestrielle comprise entre +1,5% et +2,2% d'avril à juin. Ils ont en revanche été trop optimistes sur un an, prévoyant une progression entre 8,5% et 9,1%.

Bond des dépenses privées

La reprise de la consommation a été marquée (+4,1%), de même que celle de l'industrie (+0,9%), qui a toutefois été moins vigoureuse qu'au cours des trimestres précédents. La dynamique s'y est normalisée après le solide effet de rattrapage qu'a connu ce secteur. De plus, le ralentissement de la croissance de l'industrie mondiale et du commerce mondial ont freiné certaines branches.

Les secteurs de l'hôtellerie-restauration ainsi que des loisirs ont connu une envolée autour de 50%, mais la création de valeur reste encore bien en deçà du niveau d'avant la crise.

La croissance du commerce (+4,8%) a été "significative après la réouverture des magasins stationnaires", selon le communiqué. Tant le segment non alimentaire que le commerce de gros y ont contribué. Les transports et communications se sont aussi développés (+1,9%), à la faveur d'un retour de la mobilité de la population.

Les services aux entreprises ont à nouveau progressé (+1,1%), sauf les services financiers qui ont affiché une baisse de la création de valeur de 0,7%.

La consommation publique a bondi de 5,5%, en raison des dépenses extraordinaires pour faire face à la pandémie. Enfin, les investissements en biens d'équipement ont aussi progressé après un trimestre précédent négatif. La demande intérieure a été forte et s'est accompagnée d'une légère croissance des importations (+0,5%).

Les investissements dans la construction ont, eux, stagné, le secteur ayant reculé de 0,3%.

Pour l'année en cours, le Seco envisage une croissance du PIB de 3,6%, quand l'institut BAK Economics s'attend à un rebond de 3,7% et le KOF de 4,0%.

Mieux qu'ailleurs en Europe

Après la deuxième réouverture vient le deuxième rattrapage, résume Raiffeisen dans un commentaire, en particulier dans le commerce de détail stationnaire, la restauration et les loisirs. "Jusqu'ici tout va bien", mais la reprise fulgurante s'est essoufflée en milieu d'année.

Le sursaut a ralenti plus rapidement que dans les pays européens voisins ou qu'aux Etats-Unis, où le plan de relance participe à la dynamique. Le retour du tourisme d'achat, les vacances à l'étranger pèsent, sans oublier les difficultés d'approvisionnement dans l'industrie, faisant dire à l'analyste qu'il n'y aura pas de nouveau rebond de la conjoncture d'ici la fin de l'année.

Credit Suisse estime de son côté que la reprise devrait durer, mais que pour certains secteurs, le chemin vers la normalité reste long, comme le tourisme international ou les grands événements.

Chez J. Safra Sarasin, Karsten Junius pense qu'il se passe en Suisse ce qui se déroule ailleurs: la demande croît plus fortement que l'offre, que ce soit dans la consommation privée mais aussi dans la production. L'analyste salue le fait que la création de richesse atteigne 99,5% du niveau d'avant-crise.

Cet écart est encore plus important dans les principales économies européennes, note enfin Marc Brütsch de Swiss Life.

ck/al


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Sociétés"
19:40Le premier coquelicot présenté à la gouverneure générale du Canada
GL
19:35Tesla a valu brièvement plus de 1.000 milliards de dollars à Wall Street
AW
19:31MODERNA : Covid-L'AEM donne son feu vert à un rappel avec Moderna
RE
19:26A. BATTLE : Les actions de Rogers chutent alors que la bataille pour le contrôle du conseil d'administration s'intensifie.
ZR
19:24DEVOTEAM S A : Castillon SAS franchit le seuil de 90% du capital de Devoteam
PU
19:24ERAMET : Rachat d'actions propres - Informations détaillées (Semaine du 18 octobre 2021)
PU
19:24FEUILLE DE ROUTE MDPH 2022 : un an après son lancement, un premier bilan
PU
19:21Turquie-Erdogan salue le "pas en arrière" des ambassades occidentales
RE
19:18PUBLICIS GROUPE :  Déclaration des transactions sur actions propres
BU
19:16Washington pourrait taxer les gains dormants des super-riches
AW
Dernières actualités "Sociétés"