Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

L'Allemagne voit la croissance pour 2022 contrariée par le Covid-19

26/01/2022 | 15:21

Francfort (awp/afp) - Le gouvernement allemand a abaissé mercredi sa prévision de croissance pour 2022, le train de la première économie européenne prenant du retard en début d'année à cause de la pandémie de Covid-19 et des pénuries.

Le produit intérieur brut (PIB) du pays devrait désormais progresser de 3,6% cette année, contre 4,1% selon la prévision d'automne.

L'entame de l'année "reste modérée en raison de la pandémie de coronavirus, en particulier dans les services", a déclaré le ministre de l'Économie et du Climat Robert Habeck dans un rapport.

Mais le rythme de la reprise devrait s'emballer "après l'aplatissement supposé du taux d'infection" et la levée de "goulots d'étranglement" dans l'industrie, a-t-il estimé.

Le PIB devrait "retrouver au deuxième trimestre son niveau d'avant crise" du covid-19, a précisé M. Habeck lors d'une conférence de presse.

Ces projections pour l'année en cours paraissent cependant plus pessimistes que celles communiquées auparavant par la Banque centrale allemande, avec 4,2% de croissance.

En 2021, les pénuries de matériaux sur les marchés mondiaux ont plombé l'industrie manufacturière, en particulier dans l'automobile.

L'offre limitée dans l'industrie, secteur clé de la première économie européenne, a conduit à limiter la croissance du PIB à 2,7%, soit moins que la moyenne de l'UE et en particulier les voisins italien et français.

En 2020, c'était l'Allemagne qui limitait la casse, comparé au reste de l'UE, en reculant de "seulement" 4,9% lors de la première année de la pandémie.

L'hiver en cours se rapproche lui de la stagnation, avec une légère baisse du PIB attendue par la Bundesbank au quatrième trimestre 2021 et un premier trimestre de 2022 encalminé dans une situation sanitaire tendue, entraînant des restrictions qui freinent la reprise.

L'économie "est dans une phase opaque", a résumé le ministre plus tôt lors d'un débat devant la Chambre basse du Parlement.

Si "de nombreux secteurs se sont bien rétablis" et que "l'industrie a des carnets de commandes bien remplis", reste que "d'autres secteurs connaissent des problèmes importants en raison des restrictions", a-t-il ajouté.

Débat sur la vaccination

La situation sanitaire reste très tendue en Allemagne, avec mercredi un taux d'incidence de 940,6 pour 100.000 habitants.

C'est dans ce contexte que le Bundestag débat mercredi de la vaccination obligatoire pour la première fois, en vue de décisions pouvant tomber en mars.

La mesure est soutenue par le nouveau chancelier social-démocrate Olaf Scholz, mais divise l'opinion publique et déclenche des manifestations de rue.

Un taux de vaccination accru "devrait permettre de contenir durablement la pandémie" cette année et "d'accélérer la reprise économique", plaide M. Habeck dans le rapport.

Limitées l'an dernier sur fond de pénuries, les dépenses de consommation des ménages devraient à nouveau servir en 2022 de moteur de la croissance, avec un rebond de 6%, prévoit le gouvernement.

Largement présente dans le débat public, l'inflation devrait encore faire parler d'elle cette année, avec un taux prévu en moyenne annuelle de 3,3% en 2022, marquant certes une décélération par rapport au score de 5,3% affiché en décembre dernier, qui était le plus élevé depuis 1992.

Le marché du travail s'annonce lui robuste, avec un taux de chômage attendu en recul, à 5,1%, contre une moyenne de 5,7% en 2021.

Rattrapage des investissements

M. Habeck a aussi pointé des "incertitudes" liées au développement de la pandémie dans le monde, justifiant selon lui un "besoin considérable d'action ou de rattrapage en matière de politique fiscale et budgétaire".

Cela comprend un volant important d'investissements publics et privés pour rattraper des décisions retardées dans les entreprises en raison de perspectives économiques floues.

Berlin a déjà approuvé en décembre une rallonge de 60 milliards d'euros sur le budget 2021, destinée à des investissements supplémentaires en faveur du climat et de la transformation de l'économie après la pandémie.

"Les investissements que nous faisons maintenant seront payants à long terme", a assuré le ministre.

afp/al


© AWP 2022
Dernières actualités "Economie & Forex"
00:15Séisme de magnitude 5,8 aux Philippines-CSEM
RE
21/05Siemens Energy lance une offre de 4,3 milliards de dollars pour la participation restante de Siemens Gamesa.
ZR
21/05L'UKRAINE ET LA RUSSIE : Ce que vous devez savoir dès maintenant
ZR
21/05L'UKRAINE ET LA RUSSIE : Ce que vous devez savoir dès maintenant
ZR
21/05Biden et Yoon (Corée du Sud) s'engagent à dissuader la Corée du Nord et à s'attaquer aux nouvelles menaces.
ZR
21/05Biden promulgue la loi sur une aide américaine de 40 milliards de dollars à l'Ukraine
RE
21/05AUSTRALIE : Les travaillistes délogent les conservateurs du pouvoir
RE
21/05ÉLECTION EN AUSTRALIE : Ce que vous devez savoir
ZR
21/05La Russie interdit son territoire à Joe Biden
RE
21/05CORONAVIRUS : Un quartier de Shanghaï ordonne un confinement, ferme les commerces
RE
Dernières actualités "Economie & Forex"