Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Jordan
Dufee

Analyste

97
Abonnés
Du même auteur
Plus d'articles

Jeux vidéo : La bataille du cloud-gaming

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
10/02/2020 | 10:22

L’essor de l’industrie des jeux vidéo n’est plus à démontrer. Celle-ci a généré près de 120 milliards de dollars de chiffres d’affaires en 2018, soit loin, très loin devant les revenus générés par d’autres secteurs du divertissement plus traditionnels, comme celui du cinéma et ses 96.8 milliards de revenus sur la même année.

Au-delà du poids financier de cet écosystème, c’est surtout son essor et sa transformation qui captivent les marchés. C’est naturellement la conséquence du développement du nombre de joueurs à travers le monde puisqu'ils sont désormais près de deux milliards. Autre fait majeur, la manière de "consommer" des jeux vidéo évolue. Qu’elle soit occasionnelle, divertissante ou qu'elle constitue une réelle expérience, les habitudes des joueurs changent au rythme d’une industrie en plein renouvellement.

E-sport, réalité virtuelle, réalité augmentée, cloud-gaming, autant de termes qui, mis bout à bout, caractérisent le virage que prennent actuellement les acteurs de la filière, qu’ils soient des constructeurs de consoles, des éditeurs et développeurs de jeux vidéo ou bien des poids lourds de la Tech.

C’est justement au sujet du cloud-gaming que les acteurs s’opposent frontalement. On parle ici de services de jeux vidéo en streaming. De la même manière que les bornes d’arcades ont laissé place aux consoles de salon, celles-ci pourraient trépasser au profit des jeux dématérialisés. Dit autrement, les joueurs pourraient entièrement se passer des supports physiques pour jouer en streaming à travers un abonnement et une connexion internet, et ce, sur n’importe quel écran (télé, tablette, smartphone etc.). Il s’agit en somme du même principe lancé par des géants tels que Netflix pour le monde du cinéma, ou encore par Spotify transposé dans celui de la musique.

Si cette façon de jouer implique des contraintes, comme une bonne connexion internet, elle permet surtout de faciliter l’accès aux jeux vidéo dans un marché grandissant. Les arguments de Google et son service Stadia en résume parfaitement les enjeux – "Jouer où vous voulez, quand vous voulez". Il est aisé de comprendre que chaque acteur tente de se tailler la part du lion et devancer ses concurrents pour s’imposer comme le nouveau Netflix des jeux vidéo.

La bataille du cloud-gaming a donc déjà commencé et nous vous énumérons les principaux protagonistes cotés en bourse.

Alphabet avec Stadia, lancé en novembre 2019.

  • Prix : La première édition de Stadia, facturée 129€ comprend une manette et un Chromecast Ultra à brancher à son téléviseur et trois mois d’abonnement. A l’issue de ces trois mois, le service est facturé 9.99€/mois.
  • Catalogue de jeu : Une poignée de jeux sont offerts avec l’abonnement Stadia, mais les joueurs devront acheter les leurs parmi ceux disponibles dans le catalogue.
  • Résolution et plateforme : Stadia permet de jouer en Ultra HD et est compatible avec les PC, Mac, certains smartphones Android et bien entendu avec les téléviseurs via le Chromecast Ultra.
  • Vitesse de connexion recommandée : Google recommande une connexion stable d’au moins 10 Mb/s pour jouer en HD et d’au moins 35MB/s pour de l’Ultra HD.

Sony avec Playstation Now, lancé en 2014.

  • Prix : L’abonnement mensuel est facturé 9.99€/mois.
  • Catalogue de jeu : Le Playstation Now permet d’accéder à des centaines de jeux issues de la PlayStation 2, 3 et 4, et ce, sans surcoût.
  • Résolution et plateforme : Le service de streaming de Sony est disponible sur PlayStation 4 et PC. Côté résolution, les joueurs peuvent profiter de la HD.
  • Vitesse de connexion recommandée : Sony recommande une connexion minimum de 5Mb/s.

NVIDIA avec GeForce Now, lancé en février 2020.

  • Prix : L’abonnement sans contrainte est facturée 5.49€/mois.
  • Catalogue : Aucun catalogue n’est proposé sur le GeForce Now, chaque joueur doit en quelque sorte importer ses propres jeux. NVIDIA se connecte aux boutiques numériques de jeux PC des utilisateurs (Steam, Uplay, Epic Game Store…) pour leur permettre de streamer leur propre collection de jeux.
  • Résolution et plateforme : Disponible sur PC, Mac, Android et sur téléviseur (à condition d’avoir une Shield TV), le service de NVIDIA permet de jouer en Full HD.
  • Vitesse de connexion recommandée : NVIDIA conseille une connexion minimum de 10 MB/s.

Les services en phase de projet.

Microsoft compte lancer son service de streaming, nommé xCloud. Il serait possible de jouer avec ce service depuis son téléphone ou une tablette sur des jeux Xbox, sans posséder les jeux, ni la console qui va avec.  

Amazon soigne ses intentions dans le cloud-gaming, un nouveau service qui pourrait être dévoilé cette année. La marque à la pomme pourrait aussi se jeter dans la bataille après avoir lancé en septembre dernier son service de jeux vidéo prénommé Apple Arcade.

Pour jouer ce secteur ou isoler des valeurs qui évoluent dans cette industrie en plein âge d’or, nous vous avons constitué une liste thématique ciblant les principaux éditeurs, distributeurs et constructeurs de consoles de jeux mais aussi les pionniers du cloud gaming cités ici. Accédez à la liste thématique de Zonebourse sur les jeux vidéo.

 

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ALPHABET INC. 1.35%1117.03 Cours en différé.-16.60%
AMAZON.COM, INC. 0.58%1918.83 Cours en différé.3.84%
APPLE INC. 1.67%244.93 Cours en différé.-16.59%
MICROSOFT CORPORATION 2.07%155.26 Cours en différé.-1.55%
NVIDIA CORPORATION 5.10%255.47 Cours en différé.8.57%
SONY CORPORATION -0.20%6421 Cours en clôture.-1.26%

Jordan Dufee
© Zonebourse.com 2020
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
under777 - Il y a 1 mois arrow option
Bonjour
L'article me semble incomplet : il existe Shadow. Ce dernier propose l’accès à une machine complète à distance. Vous avez votre Windows, votre espace disque et vous achetez vos jeux et logiciels sur des plateformes en ligne.
1
  
Jordan Dufee - Il y a 1 mois arrow option
Bonjour,
Effectivement, Shadow est un acteur majeur, et made in France. Nous parlons toutefois ici des acteurs cotés en bourse.
  
  
RiBo - Il y a 1 mois arrow option
Salut Jordan,
Shadow est fait par Blade, lui-même très impliqué avec 2CRSI, les serveurs de haute qualité et coté en Bourse !
Merci pour tes articles, salutations.
1
  
terphouf - Il y a 1 mois arrow option
Pour ajouter quelques détails en plus:
- Stadia va proposer un service sans abonnement dans quelques mois, il faudra juste acheter les jeux
- XCloud sera comme Netflix avec un abonnement pour jouer á n'importe quel jeux proposé dans leur catalogue (catalogue Xbox). Il s'agit du service le plus prometteur parmi les gameurs.
2
  
  • Publier
    loader