Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

Démission du président de la Bundesbank, figure de l'orthodoxie monétaire

20/10/2021 | 17:36
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

Francfort (awp/afp) - Coup de tonnerre dans l'univers feutré des banques centrales: l'influent président de la Bundesbank allemande, Jens Weidmann, figure de l'orthodoxie monétaire, va quitter son poste bien avant la fin de son mandat et à un moment clé pour l'avenir de la politique monétaire européenne.

L'annonce de son départ, au 31 décembre, intervient également au moment où l'Allemagne s'apprête à tourner la page Angela Merkel, à laquelle était liée la carrière de ce banquier central qui a incarné l'obsession du pays pour la lutte contre l'inflation.

"Je suis arrivé à la conclusion qu'après plus de 10 ans, c'est le bon moment pour ouvrir un nouveau chapitre - pour la Bundesbank (la Banque fédérale d'Allemagne), mais aussi pour moi personnellement", écrit le président de la "Buba", âgé de 53 ans, dans une lettre aux salariés de l'institution.

Son mandat, le second depuis 2011, n'aurait dû s'achever qu'en 2027.

La démission de M. Weidmann sonne comme un aveu d'échec pour ce chef de file des "faucons" prônant l'orthodoxie monétaire, face aux "colombes" plus laxistes au sein du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE).

Arrivé à la tête de la banque centrale allemande en pleine crise de l'euro et de la dette grecque, il n'a pu empêcher, en une décennie, la perte d'influence de l'Allemagne sur la politique monétaire menée par la BCE.

Avertissement

Ses réticences face au cap expansionniste pris par la BCE ces dernières années se font encore sentir dans sa lettre de départ :

Il est "crucial de ne pas perdre de vue les risques d'inflation potentiels", qui suggèrent une politique monétaire plus restrictive, écrit-il.

La politique monétaire doit en outre "respecter son mandat étroit et ne pas se laisser entraîner par la politique budgétaire ou les marchés", plaide M. Weidmann.

Jens Weidmann préfère se retirer avant un nouveau round de discussions délicates entre les 25 membres du conseil des gouverneurs de la BCE sur la stratégie monétaire dans un contexte de poussée inflationniste, estime un proche auprès de l'AFP.

Sa décision de partir était même acquise dès cet été, mais il en a retardé l'annonce pour ne pas interférer dans la campagne des élections législatives allemandes du 26 septembre, ajoute cette source.

Lagarde perd "un ami"

Le responsable allemand aura été un candidat malheureux à la présidence de la BCE en 2019 face à Christine Lagarde, qui a dit "respecter" mais "regretter aussi énormément" l'annonce du départ de M. Weidmann, en qui elle voit un "bon ami".

L'ancienne ministre française loue notamment sa "volonté de trouver un compromis", qui s'est dernièrement manifestée quand la BCE a adopté, après débats, une nouvelle stratégie révisant la cible d'inflation.

Même regret exprimé par Angela Merkel, dont M. Weidmann fut conseiller pour l'économie : elle a salué "son travail durant des années qui ont été très difficiles en termes de politique monétaire et de budgétaire".

"Le camp des faucons perd une voix importante", commente de son côté Carsten Brzeski, économiste chez ING. Une voix qui "a souvent été incapable de faire accepter ses idées au Conseil de la BCE", relève Jörg Krämer, chez Commerzbank.

M. Weidmann plaide déjà depuis plusieurs mois pour que l'institut se prépare à resserrer la vis du crédit après avoir déployé un arsenal de mesures exceptionnelles de soutien face à la crise du coronavirus.

Mais le banquier allemand a aussi su "jouer collectif" en 2020 quand il a fallu en urgence assouplir la politique monétaire face à la pandémie, d'où l'importance "de savoir qui lui succédera", note Frederik Ducrozet, stratégiste chez Pictet Wealth Management.

La désignation de son successeur s'annonce comme l'une des premières décisions fortes du gouvernement, probablement dirigé par le centriste Olaf Scholz, qui prendra la suite de l'équipe d'Angela Merkel.

Vainqueur des élections, le parti social-démocrate (SPD) négocie actuellement avec les Verts et libéraux du FDP la formation d'une coalition qui pourrait adopter une orientation moins rigide côté politique budgétaire.

Mais le FDP, attaché à l'orthodoxie financière, a souligné qu'il souhaitait "la continuité" au sommet de la Bundesbank, augurant de discussions délicates avec ses partenaires.

afp/rp


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Taux"
01/12USA : difficultés logistiques et pénurie de main d'oeuvre freinent la croissance
AW
01/12TAUX : tension vite retombée mais les BTP italiens souffrent
CF
01/12La pandémie continue d'alimenter l'inflation, pour le patron de la BoE
AW
30/11L'inflation aux Etats-Unis risque de durer plus que prévu, prévient Powell
AW
30/11DETTE : l'Argentine entend bien régler son dû de décembre au FMI (ministre)
AW
30/11L'inflation aux Etats-Unis risque de durer plus que prévu
AW
30/11TAUX : à peine troublé par le changement de ton de J.Powell
CF
30/11EMPRUNT : la Centrale des lettres de gage lève 1,104 milliard en trois tranches
AW
29/11TAUX : la baisse de vendredi partiellement corrigée (risk-on)
CF
29/11TURQUIE : Erdogan opposé à tout "compromis" sur les taux directeurs
AW
Dernières actualités "Taux"