Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Taux

Actualités : Taux
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

BCE: le dollar fort et les rachats d'actifs dopent le bénéfice en 2019

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
20/02/2020 | 14:36

Francfort (awp/afp) - La Banque centrale européenne a annoncé jeudi une hausse de moitié de son bénéfice en 2019 sur un an, conséquence de la poursuite de sa politique monétaire expansive et d'un dollar fort.

L'an dernier, la BCE a enregistré un bénéfice net de 2,4 milliards d'euros, contre 1,6 milliard en 2018, selon un communiqué.

Le bénéfice net de la BCE a vocation à être redistribué en totalité aux banques centrales nationales de la zone euro.

La hausse de l'an dernier s'explique "principalement par l'augmentation des produits perçus sur le portefeuille (d'actifs) en dollars américains et sur le programme d'achat d'actifs", le fameux "QE" destiné à soutenir l'économie en zone euro, selon l'institution.

En particulier, le produit net d'intérêts généré par les obligations privées et publiques a augmenté de 316 millions d'euros sur un an, à 1,14 milliard d'euros, "principalement en raison de la hausse des avoirs moyens et du rendement moyen plus élevé" des titres, explique la BCE.

Entamée en 2015, le "QE" avait pris fin en décembre 2018 en ayant conduit à racheter environ 2600 milliards d'euros d'actifs sur le marché, essentiellement par le biais des banques centrales nationales.

Ce programme a repris en novembre dernier face à une reprise économique plus molle que prévu, à raison de 20 milliards d'euros rachetés par mois.

Aucune trace en revanche de produits d'intérêts sur les liquidités placées par les banques et taxées actuellement au taux négatif de 0,50%, au lieu de les distribuer dans l'économie.

Ces liquidités dorment aux guichets des banques centrales nationales qui en tirent des produits de manière séparée.

Les activités de surveillance du secteur bancaire par la BCE ont elles conduit à une hausse des coûts refacturés aux banques, passant à 537 millions d'euros contre 518 millions en 2018.

Le Brexit a conduit nombre de banques à relocaliser des activités en zone euro, entraînant un nombre plus élevé d'employés dans la supervision bancaire.

afp/ol

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
EURO / BRITISH POUND (EUR/GBP) 0.49%0.88124 Cours en différé.3.52%
EURO / US DOLLAR (EUR/USD) -0.32%1.08124 Cours en différé.-3.27%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Taux"
03/04TAUX : dégradation en Europe malgré PMI et hausse chômage US
CF
03/04Les marchés mondiaux sur la défensive après les chiffres de l'emploi américain
AW
03/04EMPRUNT : Korea National Oil Corp lève 200 millions à 0,875% échéance 2025
AW
02/04TAUX : détente sur T-Bonds et BTP italiens (aide de l'Europe)
CF
02/04La BCE reporte à mi-2021 le terme de sa revue stratégique
AW
01/04TAUX : journée calme mais recherche de sécurité prédominante
CF
31/03TAUX : fin de mois en douceur après des écarts historiques
CF
31/03CORONAVIRUS : Londres va emprunter 45 mrd de livres sur les marchés en avril
AW
31/03La Fed va faciliter l'accès à des dollars à des banques centrales étrangères
AW
31/03EMPRUNT : la Banque des lettres de gages lève 765 millions en deux tranches
AW
Dernières actualités "Taux"