Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Sociétés  >  Toute l'info

Actualités : Sociétés
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs

BCE: avis divergents face au coronavirus (minutes)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
09/04/2020 | 15:56

Francfort (awp/afp) - Certains gouverneurs de la Banque centrale européenne auraient préféré des rachats de dette élargis, voire illimités, plutôt que l'adoption d'un plan d'urgence dédié de 750 milliards d'euros face au coronavirus, selon le compte-rendu de leur dernière réunion de politique monétaire publié jeudi.

Lors de cette réunion extraordinaire du 18 mars, certains membres ont "exprimé des réserves" quant à "la nécessité de lancer un nouveau programme d'achat d'actifs", écrit la BCE dans le compte-rendu publié trois semaines après la réunion.

Face à une situation "considérablement détériorée" en quelques jours, avec la quasi-totalité des pays de la zone euro passés en mode de confinement total en raison de la propagation rapide du coronavirus, la BCE, sous la houlette de Christine Lagarde, avait décidé de lancer un "programme de rachat d'urgence face à la pandémie" avec des rachats de dette publique et privée pour 750 milliards d'euros, qui seront réalisés d'ici la fin de l'année.

Or certains membres au sein du conseil des gouverneurs "ont exprimé leur préférence pour l'utilisation de la boîte à outils existante", ajoute la BCE.

Ils plaidaient pour l'arme des rachats de dette illimités et visant un pays déterminé, les fameux "OMT" décidés en 2012 en plein coeur de la crise de la dette mais qui n'ont jamais été utilisés.

Autre option évoquée, un nouveau renforcement du programme d'achat de dette existant, soit le "QE" (quantitative easing) qui venait d'être rehaussé six jours plus tôt, avec une enveloppe de 120 milliards d'euros s'ajoutant aux rachats opérés à un rythme mensuel de 20 milliards d'euros.

Le conseil a cependant estimé qu'un QE élargi "serait moins adapté, étant donné la nature à grande échelle et courante, mais temporaire, du choc" économique en cours.

Les OMT ont, quant à eux, été conçus pour parer à une situation "fondamentalement différente", face à des tensions graves affectant les rendements obligataires de pays fragiles comme la Grèce, sur fond de "craintes infondées sur la réversibilité de l'euro" au cours de l'année 2012, souligne l'institution.

Elle indique par ailleurs que certains gouverneurs n'étaient pas favorables à abandonner la limite fixée à 33% en termes de rachat du stock de dette d'un pays donné, une autre décision d'importance prise ce jour-là.

afp/rp

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Sociétés"
00:11UCAR : Avis de convocation Assemblée Générale 18 juin 2020
PU
00:05Six blessés aux Pays-Bas après qu'une voiture a percuté une terrasse de café
RE
03/06TECHNIPFMC : interviendra lors de la conférence Exane BNP Paribas 22nd European CEO
BU
03/06BONDS : S&P place Accor sous surveillance en vue d'un abaissement de sa note
DJ
03/06LOGITECH : un manager a vendu pour 3,58 millions de francs d'actions
AW
03/06ZOOM VIDEO COMMUNICATIONS : JP Morgan réitère son opinion positive sur le titre
ZD
03/06S'inquiétant de la trésorerie, S&P abaisse la note d'American Airlines
AW
03/06Partners Group freiné par la crise du coronavirus
AW
03/06Franchissement de seuil
AN
03/06Le pétrole progresse dans un marché attendant une décision des pays producteurs
AW
Dernières actualités "Sociétés"