Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Nyse  >  Twitter    TWTR

TWITTER

(TWTR)
  Rapport  
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses ZonebourseRecommandations des analystes

Bolivie: élections disputées pour Morales, l'opposition appelle au vote sanction

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
20/10/2019 | 15:25

Ajoute ouverture des bureaux de vote

LA PAZ (awp/afp) - Les Boliviens ont commencé à voter dimanche pour décider s'ils prolongent jusqu'en 2025 Evo Morales, au pouvoir depuis 13 ans, ou s'ils tournent le dos au premier président indigène et de gauche du pays, déçus par la corruption et le virage autoritaire du pouvoir.

Les bureaux de vote ont ouvert à 08H00 (12H00 GMT) à travers ce pays grand comme deux fois la France et doivent fermer à 16H00 (20H00 GMT). Le vote est obligatoire en Bolivie.

Neuf candidats aspirent à diriger la Bolivie mais seul le centriste Carlos Mesa, un journaliste de 66 ans qui fut déjà président entre 2003 et 2005, semble en mesure de faire trébucher le chef de l'Etat socialiste de 59 ans, jusqu'ici largement élu au premier tour à chaque fois, en l'obligeant à disputer un second tour.

Un des derniers sondages, celui de l'université publique, donne Morales en tête (32,3%), mais suivi de près par Carlos Mesa (27%).

Pour éviter un second tour, le candidat en tête doit obtenir la majorité absolue ou au moins 40% des voix avec 10 points de pourcentage d'écart sur le second.

L'opposition appelle au "vote sanction" face au "vote sûr" avec lequel le chef de l'Etat tente de séduire les électeurs.

Le chef de l'Etat a voté dans son fief du Chaparé (centre), une des région de production de coca, avant de repartir pour La Paz, a constaté l'AFP. Evo Morales a appelé sur Twitter ses compatriotes à "participer pacifiquement et activement" aux élections.

"Nous sommes certains que ce sera une fête démocratique grâce à la conscience et la maturité des électeurs. La Bolivie sera un nouvel exemple pour les délégations et observateurs qui nous rendent visite", a-t-il ajouté.

De son côté, Carlos Mesa a dit dans un entretien à l'AFP craindre des fraudes car le parti de Morales "contrôle tous les organes de l'Etat".

"Le pouvoir a remplacé les politiques destinées à toute la population par d'autres qui ne servent les intérêts que de certains secteurs. Des leaders de l'opposition ont été persécutés. Tout cela a provoqué un malaise citoyen et donné l'impression que la démocratie était en danger", a déclaré à l'AFP Maria Teresa Zegada, politologue bolivienne.

Appel à la "rébellion"

En outre, la décision de Morales de briguer un quatrième mandat est très mal vue par une partie des Boliviens et fortement critiquée par l'opposition, qui estime que le pays pourrait verser dans l'autocratie en cas de nouvelle victoire du président indigène de 59 ans.

Le 21 février 2016, les Boliviens lui avait dit "non" lors d'un référendum pour changer la Constitution - qui n'autorise que deux mandats - pour lui permettre de se représenter. Un an plus tard, il était passé outre grâce à une décision contestée de la Cour constitutionnelle. Motif avancé par les magistrats: sa candidature relevait de son "droit humain".

Tant les partisans du Mouvement vers le socialisme (MAS) de Morales que ceux de l'opposition, dont certains secteurs ont appelé à la "rébellion", ont promis de descendre dans la rue en cas de victoire du camp adverse.

Enfin, les gigantesques incendies qui ont ravagé en août et septembre une zone presque de la taille de la Suisse ont provoqué l'indignation des peuples indigènes, qui accusent Evo Morales d'avoir sacrifié la Pachamama, la Terre mère en langue quechua, pour étendre les terres agricoles et augmenter la production de viande destinée à la Chine.

Les défenseurs de l'environnement mettent en cause une récente loi autorisant une augmentation de 5 à 20 hectares de la déforestation par brûlis.

De son côté, Morales a fait campagne en insistant sur sa réussite économique (maintien d'une croissance économique élevée, forte réduction de la pauvreté, niveau record de réserves internationales), qui a fait de la Bolivie un des pays avec le meilleur taux de croissance de la région.

"Ces dernières années l'économie bolivienne était au beau fixe sous Evo Morales (...) Mais avec la chute des cours des matières premières, le gouvernement a été obligé d'emprunter davantage et puiser dans les réserves. Le modèle économique bolivien (basé sur l'exploitation des matières premières), qui a fonctionné durant des années, n'est plus tenable", prévient Michael Shifter, président du groupe de réflexion Dialogue interaméricain à Washington.

Les 7,3 millions d'électeurs boliviens choisissent, outre leur prochain président et vice-président, leurs 130 députés et 36 sénateurs.

rb-pb-tup/mba

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
FEEDER CATTLE?FUTURES (GF) - CMG (ELECTRONIC)/C1 -0.17%146.375 Cours en clôture.-1.49%
LIVE CATTLE (LE) - CMG (ELECTRONIC)/C1 -0.02%119.05 Cours en clôture.-4.59%
TWITTER 1.25%29.25 Cours en différé.1.77%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur TWITTER
13:24IRAN : deux morts et des dizaines d'arrestations lors de manifestations
AW
11:04Le Liban dans l'inconnu, après un mois de contestation populaire
AW
10:57IRAN : des dizaines d'arrestations lors de manifestations contre le prix de
AW
16/11HONG KONG : l'armée chinoise sort de sa caserne pour nettoyer les rues
AW
16/11HONG KONG : l'armée chinoise sort de sa caserne pour nettoyer les rues (média
AW
15/11A Wall Street, l'optimisme commercial emmène les indices à des records
AW
15/11FRANCE : l'Assemblée fait marche arrière sur les avantages fiscaux de l'huile de
AW
13/11En nouveau voisin, Tesla renforce la pression sur l'automobile allemande
AW
13/11La méga usine Tesla en Europe sera en Allemagne, annonce Elon Musk
AW
10/11Lâché par l'armée et la police, le président bolivien Evo Morales démissionne
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur TWITTER
Plus de recommandations
Données financières (USD)
CA 2019 3 451 M
EBIT 2019 377 M
Résultat net 2019 1 484 M
Trésorerie 2019 3 852 M
Rendement 2019 -
PER 2019 15,4x
PER 2020 60,6x
VE / CA2019 5,45x
VE / CA2020 4,58x
Capitalisation 22 665 M
Graphique TWITTER
Durée : Période :
Twitter : Graphique analyse technique Twitter | TWTR | US90184L1026 | Zone bourse
Tendances analyse technique TWITTER
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreBaissièreNeutre
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne CONSERVER
Nombre d'Analystes 43
Objectif de cours Moyen 34,80  $
Dernier Cours de Cloture 29,25  $
Ecart / Objectif Haut 70,9%
Ecart / Objectif Moyen 19,0%
Ecart / Objectif Bas -21,4%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Jack Dorsey Chief Executive Officer & Director
Omid R. Kordestani Executive Chairman
Ned D. Segal Chief Financial Officer
Parag Agrawal Chief Technology Officer
David S. Rosenblatt Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
TWITTER1.77%22 665
FACEBOOK48.83%556 376
MATCH GROUP, INC.63.85%19 620
LINE CORPORATION36.03%11 086
SINA CORPORATION-38.09%2 310
NEW WORK SE18.32%1 745