Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  OTC Bulletin Board - Other OTC  >  J. C. Penney Company, Inc.    JCPNQ

J. C. PENNEY COMPANY, INC.

(JCPNQ)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses ZonebourseRecommandations des analystes

Aux Etats-Unis, les résultats des entreprises à la merci de la pandémie

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
12/07/2020 | 12:18

NEW YORK (awp/afp) - Saisies par l'irruption de la pandémie aux Etats-Unis en mars, les entreprises américaines ont subi de plein fouet les conséquences du confinement au deuxième trimestre. Si les résultats de certaines d'entre elles s'annoncent désastreux, quelques groupes ont pu tirer leur épingle du jeu.

Les bénéfices des 500 plus grandes sociétés cotées à Wall Street devraient reculer dans leur ensemble de 44% par rapport à la même période l'an dernier, estime le cabinet Factset.

Mais il est compliqué de déterminer quel a pu être l'impact d'une crise sanitaire inédite sur l'activité de chaque société. Nombre d'entre elles, face à une maladie imprévisible, ont choisi de ne pas donner de prévisions.

Aucun secteur ne sera a priori épargné.

Victime de l'effondrement des prix du pétrole, les entreprises de l'énergie devraient voir leurs profits laminés.

Celles dépendantes des dépenses discrétionnaires, comme les vendeurs de vêtements, de voitures ou de billets d'avion, ont aussi été malmenées.

Les faillites de quelques grands noms de ces secteurs, comme JC Penney, Hertz ou Chesapeake Energy, en témoignent.

A l'inverse, les secteurs en vogue comme ceux de la technologie et la santé "devraient voir leurs bénéfices reculer de seulement 10% ou moins", avance Nate Thooft, responsable de la stratégie d'investissements pour Manulife Asset Management.

Les groupes ayant rapidement adapté leur activité ont aussi pu limiter les dégâts. Nike par exemple a indiqué que le bond de 75% de ses ventes en ligne de mars à mai avait permis de compenser une partie du chiffre d'affaires englouti par la fermeture des magasins.

Envolée boursière justifiée ?

Plusieurs éléments rendent toutefois difficile toute prédiction.

"Dans ce genre de situation, les entreprises tendent à jeter le bébé avec l'eau du bain et à inscrire tout un tas de charges dans leurs comptes", prévient ainsi M. Thooft.

Leur activité a aussi fortement fluctué au cours du trimestre, entre un mois d'avril marqué par un confinement quasi généralisé et un allègement progressif des restrictions en mai et juin.

Les performances peuvent par ailleurs être disparates au sein d'un même secteur d'activité, comme pour les sociétés dépendant des dépenses des consommateurs.

"Les plateformes de commerce en ligne ont prospéré, les magasins de biens essentiels (tel le papier toilette, NDLR) et alimentaires ont vu leurs ventes s'envoler avant de maintenir une certaine croissance, les vendeurs d'articles liés à la maison, aux loisirs et au jeu ont fait mieux que d'habitude", souligne dans une note le cabinet spécialisé Earnest.

Dans le même temps, "les enseignes non-essentielles comme les restaurants, les vêtements et les grands magasins ont souffert tandis que les secteurs des loisirs à risque et du voyage ont été mis à l'arrêt", rappelle-t-il.

Difficile par ailleurs d'évaluer le coût des diverses mesures prises par les entreprises pour s'adapter dans l'urgence, qu'il s'agisse du passage au télétravail ou de l'installation de cloisons en plexiglas.

Elles ont en tout cas cherché à diminuer certaines dépenses, comme le montant de l'argent reversé à leurs actionnaires.

Les sociétés cotées à la Bourse de New York ont versé 42,5 milliards de dollars de moins de dividendes au deuxième trimestre qu'à la même période en 2019, selon S&P Dow Jones Indices. C'est le plus fort recul depuis le premier trimestre 2009.

Les performances des entreprises vont aussi probablement dépendre de leur stratégie propre.

Pour les grandes banques par exemple, qui donneront le coup d'envoi de la saison des résultats cette semaine, les analystes s'interrogent sur le montant qu'elles ont provisionné pour faire face aux prêts qui ne leur seront pas remboursés.

"Les banques dépendent beaucoup de la santé économique donc, en temps de crise, il faut s'attendre à ce que l'activité dédiée aux particuliers souffre", fait observer Joshua Mahony de la société IG.

Cependant, certaines pourront compter sur leur activité de courtage, en tirant parti des variations des marchés financiers qui ont été particulièrement mouvementés, ajoute-t-il.

S'ils étudieront de près les comptes des entreprises, les investisseurs se concentreront surtout sur leurs prévisions pour les mois à venir, afin de déterminer si la récente envolée de Wall Street est justifiée: son indice vedette, le Dow Jones, a gagné près de 18% au deuxième trimestre, une hausse plus vue depuis 1987.

jum/vog/evs

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
CHESAPEAKE ENERGY CORPORATION -2.88%6.57 Cours en différé.-96.02%
J. C. PENNEY COMPANY, INC. 4.18%0.309 Cours en différé.-72.41%
MANULIFE FINANCIAL CORPORATION 0.82%19.59 Cours en différé.-25.68%
NIKE, INC. 1.40%101.86 Cours en différé.0.54%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur J. C. PENNEY COMPANY, INC.
30/07Les dégâts du virus sur l'emploi dans le monde
AW
12/07Aux Etats-Unis, les résultats des entreprises à la merci de la pandémie
AW
24/06EN DIRECT DES MARCHES : Atos, Europcar, Lagardère, Solvay, Innate, VMWare, Wi..
24/06La "Tech" enterre toujours le reste de la cote
18/06Stop ou encore ?
24/05La pandémie pourrait être fatale aux centres commerciaux américains
AW
19/05Walmart dopée par la ruée vers les rayons engendrée par la pandémie
AW
18/05Les valeurs à suivre lundi 18 mai 2020 à Wall Street -
AO
18/05EN DIRECT DES MARCHES : Total, Vinci, Airbus, ADP, Seb, Neovacs, Compass, Thy..
18/05J C PENNEY : requiert le Chapitre 11 de loi de protection sur les faillites
AO
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur J. C. PENNEY COMPANY, INC.
Plus de recommandations
Données financières
CA 2021 9 137 M - 7 749 M
Résultat net 2021 -454 M - -385 M
Dette nette 2021 - - -
PER 2021 -0,22x
Rendement 2021 -
Capitalisation 99,6 M 99,6 M 84,5 M
Capi. / CA 2021 0,01x
Capi. / CA 2022 0,01x
Nbr Employés 90 000
Flottant 98,1%
Graphique J. C. PENNEY COMPANY, INC.
Durée : Période :
J. C. Penney Company, Inc. : Graphique analyse technique J. C. Penney Company, Inc. | JCPNQ | US7081601061 | Zone bourse
Tendances analyse technique J. C. PENNEY COMPANY, INC.
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesNeutreNeutreBaissière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne CONSERVER
Nombre d'Analystes 2
Objectif de cours Moyen 0,63 $
Dernier Cours de Cloture 0,31 $
Ecart / Objectif Haut 224%
Ecart / Objectif Moyen 102%
Ecart / Objectif Bas -19,1%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Jill Ann Soltau Chief Executive Officer & Director
Ronald W. Tysoe Non-Executive Chairman
Bill Wafford Chief Financial Officer & Executive Vice President
Melissa Pint Senior Vice President-Information Technology
Leonard H. Roberts Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
J. C. PENNEY COMPANY, INC.-72.41%100
WESFARMERS LIMITED11.21%37 458
MAGAZINE LUIZA S.A.79.56%25 565
FIVE BELOW, INC.-19.87%5 713
RYOHIN KEIKAKU CO., LTD.-42.64%3 643
MARUI GROUP CO., LTD.-37.18%3 395