Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

MONDELEZ INTERNATIONAL, INC.

(MDLZ)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

Menée par des salariés frustrés et épuisés, une vague de grèves secoue les

17/10/2021 | 18:37
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

Etats-Unis

Actualise avec accord évitant une grève des équipes de tournage à Hollywood

NEW YORK (awp/afp) - Ouvriers, infirmiers... Des dizaines de milliers de salariés américains, fatigués par de longues heures de travail pendant la pandémie et frustrés face aux profits de leurs employeurs, ont engagé des mouvements de grève cet automne.

Quelque 31.000 employés du groupe de santé Kaiser Permanente dans l'ouest des Etats-Unis menacent de cesser, sous peu, le travail.

Depuis jeudi, 10.000 salariés du constructeur de tracteurs John Deere sont, eux, déjà en grève; 1.400 chez le fabricant de céréales Kellogg's depuis le 5 octobre, et plus de 2.000 employés de l'hôpital Mercy à Buffalo depuis le 1er octobre.

A Hollywood, une grève des équipes de tournage qui menaçait de paralyser à partir de lundi l'industrie du cinéma américain a été évitée de justesse le week-end, avec la conclusion d'un accord sur les conditions de travail de ces employés techniques.

Le mot "Striketober", contraction de "strike" (grève) et "October" (octobre), est apparu sur les réseaux sociaux. La star de l'aile gauche du parti démocrate, Alexandria Ocasio-Cortez, l'a même mis en avant jeudi sur Twitter.

Sacrifices

Pendant la pandémie, pour compenser les nombreux absents, "on a sacrifié du temps avec nos familles, on a manqué les matches des enfants, des dîners, pour s'assurer que les boîtes de céréales soient dans les magasins", raconte Dan Osborn, mécanicien chez Kellogg's depuis 18 ans.

"Et c'est comme ça qu'on nous récompense? En nous demandant de faire des concessions alors même que le PDG et les grands chefs s'accordent des augmentations?", s'offusque-t-il. Ce président de la section locale du syndicat BCTGM se sent floué.

"On ne demande pas d'augmentations de salaires", remarque-t-il. Et les employés ne rechignent pas aux longues heures. Mais ils s'opposent à la généralisation d'une catégorie d'employés n'ayant pas accès aux mêmes avantages et à la suppression de l'ajustement automatique des salaires au coût de la vie, un point important au moment où l'inflation est forte.

La grève "durera le temps qu'il faudra, il suffit de tenir un jour de plus que l'entreprise", dit-il.

Phénomène de contagion

Les grévistes "revendiquent en majorité une amélioration des conditions de travail", remarque Kate Bronfenbrenner, spécialiste des mouvements syndicaux à l'université Cornell.

"Les organisations font plus de profits que jamais et demandent aux salariés de travailler plus que jamais, parfois en risquant leur vie avec le Covid", souligne-t-elle.

Mais face à des employeurs refusant les compromis, les salariés "sont moins enclins à accepter des conventions collectives ne répondant pas à leurs besoins", remarque-t-elle.

Il est difficile de connaître le nombre exact de grèves, le gouvernement américain ne recensant que celles impliquant plus de 1.000 salariés. Mais la tendance est clairement à la hausse depuis le mouvement des enseignants en Virginie-Occidentale en 2018, affirme Josh Murray, professeur de sociologie à l'université Vanderbilt.

Déçus par la convention négociée par leur syndicat, les enseignants avaient décidé de se mettre en grève, obtenant satisfaction.

Il y a ensuite eu un phénomène de contagion.

"Plus il y a de grèves qui parviennent à leurs fins, plus il y en a qui démarrent, car les gens commencent à vraiment croire qu'ils peuvent gagner et sont prêts à risquer leur salaire ou leur emploi", explique M. Murray.

Mouvements sociaux

La grève chez Kellogg's succède ainsi à celle en juillet de 600 salariés dans le Kansas d'une usine des gâteaux apéritifs Frito-Lay, filiale de PepsiCo. Ils avaient cessé le travail pendant 19 jours pour obtenir, entre autres, la garantie d'un jour de congé par semaine et des augmentations. Le millier de grévistes des snacks Nabisco (filiale du géant Mondelez) ont, eux, obtenu des concessions en septembre après cinq semaines de conflit.

Autre source de motivation, "pendant la pandémie, ces travailleurs ont pris conscience qu'ils étaient essentiels, que l'économie ne pouvait pas fonctionner sans eux", remarque M. Murray.

Les syndicats ont aussi profité ces dernières années de la montée de divers mouvements sociaux avec qui ils ont su s'associer, comme le syndicat des métiers de l'hôtellerie en Arizona, Unite Here, avec les organisations de migrants.

"Il y aura forcément un effet de balancier, les entreprises ne vont pas laisser les coûts salariaux trop augmenter", avance M. Murray.

Mais en attendant, "les économistes et les sociologues ont démontré que plus le marché du travail est tendu (comme c'est le cas actuellement aux Etats-Unis, ndlr), plus les travailleurs ont du pouvoir, plus la probabilité de grèves est élevée".

jum/Dt/rle/la/iba


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
MONDELEZ INTERNATIONAL, INC. 0.11%60.31 Cours en différé.3.04%
PEPSICO, INC. 1.75%163.96 Cours en différé.8.66%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur MONDELEZ INTERNATIONAL, INC.
25/11MONDELEZ : l'UE autorise le rachat de Chipita
CF
25/11AVI, propriétaire des biscuits Bakers en Afrique du Sud, est en pourparlers avec le fab..
ZR
19/11Mondelez étudierait une offre de rachat de la société sud-africaine AVI
MT
11/11MONDELEZ : investissement dans le CCOF
CF
09/11FALLAIT PAS L'INVITER : JDE Peet's
03/11BOURSE DE WALL STREET : Wall Street ouvre dans le désordre avant la Fed
RE
03/11Les valeurs à suivre aujourd'hui à Wall Street - Mercredi 3 novembre 2021
AO
03/11MONDELEZ INTERNATIONAL : bat le consensus et relève son objectif de ventes
AO
03/11MONDELEZ : objectif de croissance rehaussé pour 2021
CF
02/11Mondelez profite de la demande solide pour ses snacks malgré les hausses de prix
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur MONDELEZ INTERNATIONAL, INC.
Plus de recommandations
Données financières
CA 2021 28 668 M - 25 447 M
Résultat net 2021 4 118 M - 3 655 M
Dette nette 2021 16 830 M - 14 939 M
PER 2021 20,6x
Rendement 2021 2,18%
Capitalisation 84 047 M 84 047 M 74 605 M
VE / CA 2021 3,52x
VE / CA 2022 3,40x
Nbr Employés 79 000
Flottant 70,6%
Graphique MONDELEZ INTERNATIONAL, INC.
Durée : Période :
Mondelez International, Inc. : Graphique analyse technique Mondelez International, Inc. | MDLZ | US6092071058 | Zone bourse
Tendances analyse technique MONDELEZ INTERNATIONAL, INC.
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesNeutreNeutreNeutre
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACHETER
Nombre d'Analystes 22
Dernier Cours de Cloture 60,25 $
Objectif de cours Moyen 69,98 $
Ecart / Objectif Moyen 16,1%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Dirk van de Put Chairman & Chief Executive Officer
Luca Zaramella Chief Financial Officer & Executive Vice President
Robin S. Hargrove Executive VP-Research, Development & Quality
Javier Polit Chief Information Officer
Lois D. Juliber Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapi. (M$)
MONDELEZ INTERNATIONAL, INC.3.04%84 047
NESTLÉ S.A.15.58%359 083
YIHAI KERRY ARAWANA HOLDINGS CO., LTD-43.25%52 139
THE KRAFT HEINZ COMPANY0.49%42 633
DANONE1.06%40 014
GENERAL MILLS, INC.6.73%38 013