Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Informations  >  Barons de la Bourse  >   L'actualité des Barons de la bourse

Les Barons de la Bourse

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
AccueilToute l'infoLes news les plus luesBiographies des Barons
Nationalité : Franco-libanaise
Date de naissance : 09/03/1954
Biographie : Il est le PDG de Renault depuis avril 2005.

Figure incontournable du paysage industriel, Ca...

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 22H00 GMT (12/04)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
13/04/2019 | 00:00

LE CHEF DU CONSEIL MILITAIRE SOUDANAIS DÉMISSIONNE

KHARTOUM - Le ministre soudanais de la Défense, Aouad Mohamed Ahmed Ibn Aouf, qui a pris la tête du conseil militaire formé après la destitution du président Omar el Béchir, a annoncé vendredi sa démission et son remplacement par le général Abdel Fattah Abdelrahman Bourhan, lors d'une allocution télévisée.

Plusieurs centaines de milliers de personnes s'étaient rassemblées quelques heures plus tôt dans le centre de Khartoum pour protester contre l'instauration de ce conseil militaire et exiger la formation d'un gouvernement civil.

"C'est un pas dans la bonne direction et une reconnaissance des revendications des masses qui nous rapproche de la victoire", s'est félicité Rachid Saïd, porte-parole de l'Association des professionnels soudanais (APS), mouvement à l'origine des manifestations qui ont provoqué la destitution d'Omar el Béchir.

"Nous sommes déterminés à obtenir la mise en oeuvre des demandes que nous avons transmises à l'armée. Nous invitons les masses à rester dans les rues jusqu'à leur application", a-t-il ajouté.

Les généraux qui ont déposé le président jeudi avaient annoncé dans un premier temps une période transitoire de deux ans suivie d'élections, mais ont proposé vendredi de la ramener à un mois, ce que les manifestants ont refusé, exigeant la restitution immédiate du pouvoir à une administration civile.

---

MANIFESTATION À ALGER POUR DEMANDER LE DÉPART DU "CLAN BOUTEFLIKA"

ALGER - Des centaines de milliers de manifestants se sont rassemblés à Alger pour le huitième vendredi consécutif afin de réclamer le départ des proches de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika, qui a démissionné il y a dix jours sous la pression de la rue.

La police a fait usage de gaz lacrymogène dans la soirée pour disperser des jeunes manifestants dans le centre-ville, mais les rassemblements se sont globalement déroulés dans le calme, rapportent des témoins.

Les forces de l'ordre ont ensuite fait état de 108 arrestations, après des heurts avec des fauteurs de troubles "infiltrés" parmi les manifestants qui ont fait 27 blessés dans leurs rangs.

Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la Nation, la chambre haute du Parlement, a été désigné mardi comme chef de l'Etat par intérim pour une période maximale de 90 jours.

Une élection présidentielle sera organisée le 4 juillet, veille de l'anniversaire de l'indépendance de 1962.

"Non à Bensalah !", scandaient les manifestants réunis dans le centre d'Alger comme tous les vendredi depuis le 22 février. "Nous voulons que tous les corrompus soient jugés", lisait-on sur une banderole.

---

LES COMBATS SE POURSUIVENT À TRIPOLI, MILLIERS DE DÉPLACÉS

TRIPOLI - Des fusillades et des explosions ont été entendues vendredi dans les faubourgs sud de Tripoli où les forces du maréchal Khalifa Haftar affrontent depuis une semaine celles du gouvernement de Fayez al Serraj, reconnu par la communauté internationale.

Selon les Nations unies, les violences ont conduit 9.500 personnes à quitter les zones de combat.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a dit avoir élaboré un plan d'urgence pour venir en aide aux "milliers, voire aux centaines de milliers de déplacés".

Le maréchal Haftar, homme fort de l'est du pays et chef de l'Armée nationale libyenne (ANL), a annoncé la semaine dernière son intention de s'emparer de la capitale.

Les combats se concentrent autour de l'ancien aéroport international, à 11 km au sud du centre-ville.

Depuis une semaine, les affrontements ont fait 75 morts - dont 17 civils - et 323 blessés, selon un bilan fourni par l'Onu.

---

UKRAINE: POROCHENKO ET ZELENSKI REÇUS À PARIS

PARIS/BERLIN - Emmanuel Macron reçoit ce vendredi à l'Elysée le président ukrainien Petro Porochenko ainsi que l'acteur Volodomir Zelenski, qui s'affronteront au second tour de l'élection présidentielle le 21 avril.

Porochenko aura auparavant été reçu par Angela Merkel à Berlin.

Au premier tour, le 31 mars, Zelenski, novice en politique, est arrivé largement en tête avec 30% des voix, distançant nettement Porochenko (16%).

La France et l'Allemagne sont associés aux accords de Minsk signés par l'Ukraine et la Russie pour tenter de trouver une solution au conflit en cours depuis cinq ans dans l'est de l'Ukraine.

---

CPI: PAS D'ENQUÊTE SUR DES CRIMES DE GUERRE EN AFGHANISTAN

AMSTERDAM - Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont rejeté vendredi à l'unanimité la demande du procureur d'ouvrir une enquête pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre en Afghanistan.

La Chambre préliminaire II de la CPI estime qu'"une enquête sur la situation en Afghanistan à ce stade ne servirait pas les intérêts de la justice", précise le tribunal international dans un communiqué.

En novembre 2017, le procureur de la CPI avait demandé l'ouverture d'une enquête sur des crimes de guerre et crimes contre l'humanité qui pourraient avoir été commis en Afghanistan dans le conflit qui s'y déroule plus de quinze ans.

Le mois dernier, les Etats-Unis ont annoncé qu'ils allaient retirer ou refuser l'octroi de visas aux membres de la CPI qui cherchent à établir si les forces américaines ou leurs alliés ont commis des crimes de guerre en Afghanistan.

---

LA DÉTENTION DE GHOSN PROLONGÉE JUSQU'AU 22 AVRIL

TOKYO - Les autorités japonaises ont prolongé la détention de Carlos Ghosn de huit jours, jusqu'au 22 avril, pour permettre au procureur d'engager des poursuites contre l'ancien patron de Nissan, a annoncé vendredi le tribunal de district de Tokyo.

Libéré le 6 mars contre le versement d'une caution de neuf millions de dollars après 108 jours de détention au Japon, Carlos Ghosn avait été de nouveau arrêté jeudi dernier sur ordre du parquet de Tokyo.

Il est soupçonné d'enrichissement personnel et accusé d'avoir causé à Nissan des pertes financières de cinq millions de dollars entre décembre 2015 et juillet 2018.

---

POLICE: UNE CELLULE D'ÉCOUTE POUR PRÉVENIR LES SUICIDES

PARIS - Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé vendredi la mise en place d'une cellule de vigilance pour prévenir les suicides dans la police, dont le nombre est en forte hausse en début d'année.

Les syndicats de police ont tiré cette semaine la sonnette d'alarme après les nouveaux drames qui se sont produits le week-end dernier.

Selon Alternative Police-CFDT, 25 policiers se sont donné la mort depuis le début de l'année, selon Unsa Police, 24, soit autant en trois mois qu'en huit mois en 2018.

---

LA FRANCE COUPABLE DE VIOLATIONS AU DROIT AU LOGEMENT

PARIS - La France est coupable de violations des droits de l'homme dans sa gestion des sans-abris, déclare vendredi la rapporteure spéciale de l'Onu sur le droit au logement, Leilani Farha.

A l'issue d'une visite de dix jours en France, la juriste canadienne dresse un bilan sévère de l'état du droit au logement en France. Si la France est l'un des rares pays à avoir inscrit dans la loi le droit opposable à un logement (DALO), elle connaît comme la plupart de ses voisins européens - la Finlande fait figure d'exception - une augmentation du nombre des personnes sans abri sur son sol depuis une dizaine d'années, après la crise de 2008 et l'afflux de migrants via la Méditerranée.

"En France, le système est tel que de nombreuses personnes n'ont même pas accès aux services d'hébergement d'urgence les plus basiques", a noté Leilani Farha dans une interview à Reuters, citant notamment l'échec du numéro d'urgence national 115, débordé par le nombre d'appels.

Selon la dernière estimation de l'Insee, en 2014, quelque 140.000 personnes seraient sans domicile en France, dont près de 12.000 à la rue.

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
CORN FUTURES (C) - CBR (FLOOR)/C1 0.77%425.5 Cours en clôture.14.87%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
1  2  3  4  5  6  7  8  9  10Suiv.

Publicité