Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
746
Abonnés
Du même auteur
Plus d'articles

Stratégie : la revanche du 60/40 ?

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
26/03/2020 | 11:39

Je partage avec vous les réflexions du jour du très prolifique John Plassard, qui pilote l'investissement du groupe bancaire genevois Mirabaud. Dans son commentaire quotidien, s'il concède que l'on est "toujours plus intelligent une fois que l'orage est passé", il tente malgré tout de tirer quelques enseignements de la gamelle historique des marchés financiers à la fin de l'hiver 2020 (série en cours en ce début de printemps).

Plus précisément, Plassard s'intéresse à un portefeuille classique, le fameux 60/40 (sur la base du modèle DFA Global Allocation), qui, comme son nom l'indique, est composé de 60% d'actions et de 40% d'obligations (en majorité de la dette corporate). Autant dire une allocation qui ne faisait pas beaucoup briller les yeux des investisseurs ces dernières années, face à la hausse sans fin des indices boursiers.

Les performances de cette stratégie l'année dernière avaient déjà mis la puce à l'oreille du spécialiste de Mirabaud. En effet, le 60/40 avaient connu sa meilleure année depuis 10 ans, avec une performance dépassant 16%. Certes, les indices ont fait bien mieux, mais pour une stratégie prudente, ou relativement prudente, la performance était belle.

En se basant sur les cours entre le 1er janvier et le 20 mars 2020, un panier d'actions diversifiées au niveau mondial a perdu près de 31%. La stratégie 60/40, de son côté, limite les dégâts à -18,42%. Et une approche plus conservatrice, mettons 40/60, aboutit à des pertes de -12,2%.

Mais ce qui est intéressant, c'est de prendre un peu de recul. Ainsi sur un an, la stratégie 100% actions affiche -21,5% au compteur, tandis que la stratégie 60/40 limite ses pertes à -9,75%. Et à 40/60, on descend même à -4,29%. La violence de la correction récente a même permis aux stratégies les plus conservatrices de repasser devant les autres sur une période de cinq ans. Sur ce laps de temps, un portefeuille 100% actions diversifiées mondial affiche une baisse de -0,78%, tandis que la stratégie 60/40 est en hausse de +7,5% et que la 40/60 gagne +10,5%. Il faut élargir le pas de temps à 10 ans pour trouver une belle surperformance de la stratégie 100% actions, qui gagne +140,2%, contre +99,4% à la stratégie 60/40 et 80,28% à la stratégie 40/60. Les chiffres sont résumés dans le graphique ci-dessous, compilé à partir des données de Mirabaud.

Trois stratégies
Lecture : la stratégie 40% d'actions / 60% d'obligations (en gris) a généré une hausse de 80% sur 10 ans

La conclusion de John Plassard nous renvoie aux grands principes de l'investissement "si vous voulez un rendement plus élevé sur la durée, vous devrez accepter une plus grande probabilité de perte ou l'arrivée d'un facteur exogène, le fameux Black Swan".

A la fin, les actions gagnent

Pour poursuivre l'exercice, Plassard s'est intéressé au marché américain depuis 1926 par le prisme de trois stratégies classiques, une approche dite "income" (0 à 30% d'actions et 70 à 100% d'obligations), une autre "balancée" (30 à 50% d'actions et 50 à 70% d'obligations) et une troisième "croissance" (70 à 100% d'actions contre 0 à 30% d'obligations). Le bilan n'est pas étonnant, puisque c'est la stratégie croissance qui fonctionne le mieux. Sur près de 95 années boursières, les rendements moyens sont les suivants :

  • Income : 5,3 à 7,1% de hausse annuelle moyenne
  • Balancée : 7,7 à 8,6% de hausse annuelle moyenne
  • Croissance : 9,10 à 10,10% de hausse annuelle moyenne

A titre illustratif, voici les performances annualisées du fonds Global Allocation 60/40 (DGSIX) de Dimensional Fund Advisors au 31/12/2019 : 

Evidemment, prendre la photo au plus fort de la baisse a ses limites. C'est en ce sens que l'on est toujours plus intelligent après, une fois que l'on dispose d'un recul suffisant. Mais enfin, si elle ne fait pas d'étincelles, une stratégie 60/40 offre un rendement plus intéressant que le Livret A, avec moins de stress qu'une exposition totale aux actions. 


Anthony Bondain
© Zonebourse.com 2020
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
texmik - Il y a 2 mois arrow option
continuez, vos commentaires sont toujours appréciables
  
  
arrot - Il y a 2 mois arrow option
La dépression brutale et profonde actuelle, l'analyse des Krach passés doit nécessairement nous faire revisiter nos stratégies. Cela ne veut pas dire qu'il ne faut plus prendre de risque...mais celui- ci doit être strictement encadré de manière dynamique dans le temps.
  
  
  • Publier
    loader