Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Sociétés  >  Toute l'info

Actualités : Sociétés
Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs

Procès de l'ex-banquier: les premiers témoins passent sur le grill

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
22/08/2019 | 14:10

Bellinzone (awp/ats) - Au deuxième jour du procès d'un ancien collaborateur de la banque Morgan Stanley, le Tribunal pénal fédéral a commencé à interroger les témoins. L'ex-banquier est accusé d'avoir blanchi des pots-de-vin reçus par un ministre grec de la Défense.

La présidente de la Cour des affaires pénales a entendu la cheffe du service juridique et compliance de Morgan Stanley à l'époque, ainsi qu'un employé qui avait étudié à Saint-Gall avec l'accusé. La magistrate a tenté de déterminer si l'ouverture d'un compte et l'argent envoyé par l'homme de paille présumé du ministre étaient soumis à des contrôles suffisants.

Dans le profil du client, l'accusé avait indiqué que l'homme était un cousin de l'ancien ministre Apostolos-Athanasios Tsochatzopoulos. Son potentiel était estimé à 5 millions de dollars. Deux jours après l'ouverture du compte en juillet 1999, c'est un montant de près de 10 millions de francs suisses qui était arrivé sous forme de chèques émis par deux sociétés offshore. Durant les deux années suivantes, quelque 47 millions de francs suisses avaient été encaissés, toujours par le biais de chèques.

Les deux témoins ont confirmé que, dans de tels cas, un conseiller clientèle doit être appelé afin qu'il détermine l'origine de tels montants et qu'il recueille des explications convaincantes auprès du client. Cependant, ils ont aussi souligné que les exigences de l'époque n'étaient pas aussi sévères qu'aujourd'hui.

L'ancien ami d'études a aussi ajouté que, par le passé, les banques n'établissaient pas non plus des dossiers aussi complets. Selon les circonstances, des informations fournies par oral étaient considérées comme suffisantes. En outre, les systèmes n'étaient pas aussi conviviaux qu'aujourd'hui.

ats/al

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
MORGAN STANLEY -0.80%43.67 Cours en différé.10.14%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Sociétés"
16:08COLRUYT : rappelle une quantité limitée de hachis bœuf et porc dans 21 magasins
PU
15:50THOMAS COOK : Menacé de faillite, le voyagiste Thomas Cook cherche 200 millions de livres en urgence
RE
15:06MÉDIAS PORTUGAIS : Cofina va racheter Media Capital à Prisa
AW
12:48THOMAS COOK : pas d'investisseur privé en vue pour éviter la faillite (source
AW
12:23Bras de fer entre Airbus et le gouvernement espagnol
AW
11:51PORTUGAL : le groupe TAP aggrave ses pertes au premier semestre
AW
10:56S&P relève d'un cran la note de l'Espagne à A contre A-
AW
10:52Un nouveau choc pétrolier est-il envisageable ?
AW
07:01AIGLE AZUR ET XL AIRWAYS : les nuages s'amoncellent dans le ciel européen
AW
06:46Coup de projecteur, et de chapeau, des Emmy Awards pour les LGBTQ
AW
Dernières actualités "Sociétés"