Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Indices & Marchés

Actualités : Toute l'info
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

Bourse de Paris : Paris sans direction

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
13/08/2020 | 10:22

Paris (awp/afp) - La Bourse de Paris évoluait autour de l'équilibre jeudi, perdant 0,07% en début de séance, dans l'attente des chiffres de l'emploi américain, soufflant un peu après quatre jours de hausse qui lui ont permis de gagner plus de 200 points.

A 9H55, l'indice CAC 40 s'effritait de 3,78 points à 5.069,53 points. La veille, il avait gagné 0,90%.

Le remontée de l'euro, au dessus des 1,18 dollar, jeudi matin, "pourrait refroidir un peu les ardeurs des Bourses européennes", note également Tangi le Liboux, analyste du courtier Aurel BGC.

La hausse de l'euro renchérit mécaniquement le coût des actions pour les investisseurs américains, des acteurs majeurs des échanges boursiers.

En plein coeur du mois d'août, période creuse en terme d'échanges, les marchés attendent également la publication des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis, même si "cette statistique n'a plus l'impact qu'elle avait il y a encore quelques semaines", selon M. Le Liboux.

L'emploi aux Etats-Unis, qui a été particulièrement mis à mal par les conséquences de la pandémie, a servi de thermomètre pour estimer la rapidité de la reprise après les déconfinements à la fin du printemps.

Ces nouveaux chômeurs devraient bénéficier d'une aide de moindre ampleur de la part du gouvernement fédéral. L'aide aux personnes ayant perdu leurs revenus est passée de 600 dollars par semaine dans le précédent plan de soutien d'avril, à 400 dollars selon un des quatre décrets signés samedi par Donald Trump. Ces décrets, promulgués en l'absence d'accord au Congrès, risquent toutefois d'être contestés en justice.

La débat autour du montant de cette aide spéciale est l'une des principales raisons du blocage entre les démocrates, qui souhaitent maintenir l'aide à 600 dollars et les républicains, qui veulent la baisser, pour s'accorder sur un plan de relance massif de l'économie.

Les marchés attendent toujours cet ensemble de mesures, mais les négociations sont désormais au point mort.

"Je pense qu'on peut en rester là, puisqu'on entre dans ce que je crois être une reprise économique durable", a assuré mercredi un des conseillers du président américain, Larry Kudlow. Aucune négociation officielle entre démocrates du Congrès et la Maison Blanche ne s'est tenue depuis vendredi.

Les Etats-Unis continuent de souffrir de la pandémie, même si le nombre de nouvelles contaminations semble avoir atteint un plateau dans les derniers jours, tout en restant à un niveau élevé.

La constatation de ce plateau a participé au mouvement haussier des derniers jours, de même que "l'optimisme concernant les vaccins" contre le virus, selon Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

Le développement d'un traitement permettrait d'écarter le spectre des reconfinements qui hante toujours de nombreuses parties du monde, de l'Europe à la Nouvelle-Zélande, et menace la reprise économique.

Du côté des indicateurs déjà publiés jeudi, en France, le taux de chômage a encore reculé pour s'établir à 7,1% au second trimestre selon l'INSEE. L'institut attribue toutefois la baisse "en trompe l'oeil" de 0,7 point au confinement qui a empêché beaucoup de personnes sans emploi d'en chercher un.

En Allemagne, les prix à la consommation ont baissé en juillet pour la première fois en quatre ans, dans un contexte de crise historique de la première économie de la zone euro et de forte baisse des prix du pétrole.

Du côté des valeurs, Natixis progressait de 3,60% à 2,56 euros après la hausse de sa recommandation à "surpondérer" par les analystes de Barclays.

Les valeurs du luxe, qui représentent un gros poids dans l'indice CAC 40, le poussaient vers le haut à commencer par Kering, qui gagnait 0,79% à 507,70 euros, mais aussi de LVMH qui progressait de 0,42% à 392,85 euros. Hermès avançait de 0,40% à 707,40 euros.

fs/cd/nth

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
BARCLAYS PLC 1.01%92.9 Cours en différé.-48.80%
CAC 40 0.62%4802.26 Cours en temps réel.-20.16%
CMC MARKETS PLC 1.83%334 Cours en différé.123.74%
KERING SA 1.65%577.7 Cours en temps réel.-2.89%
LVMH MOËT HENNESSY - LOUIS VUITTON SE 2.31%400.1 Cours en temps réel.-5.59%
NATIXIS -2.48%1.95 Cours en temps réel.-49.48%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Marchés"
20:53Wall Street vire dans le rouge, la tech déprime
AW
19:44BOURSE DE WALL STREET : L'Europe finit sous ses plus hauts, Wall Street recule
RE
18:44BOURSE DE LONDRES : Londres en forme malgré la progression du virus
AW
18:40EUROPE : Les Bourses européennes en petite forme après leur début de semaine difficile
AW
18:32Les valeurs à suivre demain à la Bourse de Paris Jeudi 24 septembre 2020
AO
18:31CAC40 : rebond fragilisé par l'inversion de tendance à WStreet
CF
18:21Agenda AOF / Sociétés France - Jeudi 24 septembre 2020
AO
18:15Bourse Zurich: les indices terminent en ordre dispersé
AW
18:10BOURSE DE PARIS : Paris clôture en petite hausse après un début de semaine difficile
AW
17:53La Bourse de Francfort poursuit son rebond (Dax:+0,39%)
AW
Dernières actualités "Marchés"