Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Patrick
Rejaunier

Analyste marchés

185
Publicité
Du même auteur
Plus d'articles

Options : Protéger le Capital avec le "Cash Extraction"

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
10
17/04/2019 | 15:30

Nous remettons au goût du jour une stratégie de saison, qui avait été initialement publiée en juin 2018, aussi ne vous étonnez pas de constater que LVMH cote 290 EUR. Mais le dispositif à déployer reste valable. Cette stratégie optionnelle est sans conteste une des préférées de l’auteur. Elle permet, dans le cas où l’on possède une ligne d’action, de garder un intérêt acheteur, tout en limitant son exposition. En fait, il suffit de remplacer un titre détenu dans un portefeuille par un call. Il y aura bien, en termes de trésorerie, une "extraction de cash".

Pour notre exemple, il est tentant de prendre une action du secteur du luxe qui a considérablement monté.
Prenons LVMH. Nous possédons 100 actions qui cotent ce jour 290 EUR. Cet investissement immobilise 29 000 euros.
Pour pratiquer le « cash extraction », il suffit de vendre les titres pour rendre liquide ce pourcentage de vos actifs et de le remplacer par un call «  à la monnaie » sur une échéance assez éloignée (décembre 2018).

Voici le montage financier (hors courtage) :
  •  Vente de 100 actions = 29 000 euros,
  •  Achat d’un call (contrat de 100 titres), prix d’exercice 290 sur décembre à 18 euros, soit 18*100 = 1800 euros.
  •  Solde des encaissements : 29 000 – 1 800 = 27 200 euros.
Cette opération permet de sécuriser déjà 27 200 euros des actifs car ils deviennent liquides.
 
A l’échéance :

1) le titre cote 200 €, le call vaut zéro mais il vous reste 27 200 euros de la ligne initiale, à la place des 20 000 théoriques. Par rapport à la valorisation du jour de l’opération, la perte se monte donc à 1 800 / 29 000 soit 6.2%, alors que sur le titre se dégrade de (29000 - 20000) / 29000 = 31%

2) le titre cote 290 €, la perte se limite au montant du call soit (-6.2%) contre une performance étale du titre.

3) le titre cote 350 €, le call rapporte (350 - 290) * 100 soit 6 000 euros. Le capital total se montera donc à 27 200 (liquidités) + la vente du call (6 000) = 33 200 euros (+14.5%). Le titre aura progressé, au cours de la même période, de 6 000 / 29 000 = + 20.7 %
L’écart entre les deux performances provient du coût du call, montage jouant le rôle d’une assurance contre un retournement de marché.

Avantages de la stratégie
  • Forte protection du capital en cas de repli violent du titre (cas 1)
  • Possibilité d’utiliser les liquidités pour un autre investissement et d’augmenter la diversification du portefeuille
  • Possibilité de retirer du cash de son portefeuille, tout en gardant un intérêt sur l’action par le call.
  • Gains éventuels (même petits) des liquidités placées en fonds euros
  • Sécurisation des plus-values sur le titre
  • Réduction de la volatilité du portefeuille
 
Inconvénients de la stratégie
  • En cas de versement d’un dividende après l’opération, il n’y a pas d’encaissement ainsi que les droits à toute autre opération sur titre (contrairement à la stratégie d'acheter un put)
  • Manque à gagner, en cas de stabilité ou accélération haussière du titre (cas 2 et 3)




Sous  272 €, la stratégie optionnelle devient efficace et ne bloque pas les gains en cas d'accélération haussière du titre



En conclusion : la stratégie se veut très pertinente si elle se fait sur les pics de prix, afin de procéder à des prises de bénéfices, tout en restant à l’achat sur des titres. Elle permet d’alléger l’exposition d’un portefeuille sans se démunir d’un intérêt acheteur et de reduire sensiblement la volatilité.
Une telle astuce peut également s’appliquer pour la totalité d’un portefeuille, avec une technicité plus aigüe, grâce aux options et aux futures indiciels, c’est toute la finesse des produits dérivés.


Patrick Rejaunier
© Zonebourse.com 2019
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
10
Réagir à cet article
Réagir
Publier
loader
50Cents
Le 25/06/2018 14:23
arrow option
Ou acheter des turbos... Ca permet aussi le cash extraction, "protege" donc aussi le capital mis de côte, permet de garder une exposition et regle tous les inconvenients : pas d'expo vol et pas de valeur temps couteuse (si ce n'est un peu d'intérets et le spread bid/ask)
1
  
  
Rocambole
Le 27/06/2018 11:13
arrow option
attention , les turbos illimités voient leurs barrières désactivantes évoluer avec le temps ce qui réduit la valeur intrinsèque.
  
  
85123
Le 24/06/2018 08:32
arrow option
Bonjour,
Ne serait-il pas préférable d'acheter des calls très dans la monnaie (prix d'exercice égal à environ 50 % du cours de l'action) ? L'extraction de cash serait environ deux fois moins importante, mais la valeur temps du call serait négligeable et le delta proche de 1. Ce qui signifie, dans votre exemple, que le call très dans la monnaie que je préconise :
1) Rapporterait 14 500 € de liquidités seulement et non 29 000 € ;
2) Mais varierait dans la même proportion que l'action, ce qui n'est pas le cas d'un call à la monnaie qui ne reproduit que 50 % environ de la hausse de son sous-jacent ;
3) Ne baisserait pas dans le temps même si le sous-jacent se mettait à stagner.
1
1
  
Rocambole
Le 27/06/2018 11:07
arrow option
Bonjour, la remarque est pertinente mais vu que l'on met en place une stratégie long terme il y a également un peu de valeur temps sur le call in the money. De plus, en cas de baisse importante, le capital restant "in fine" est inférieur.