Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Sociétés  >  Toute l'info

Actualités : Sociétés
Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs

Les médias face à la "gratuité" de l'information

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
1
12/06/2019 | 13:05

(Zonebourse avec Reuters) Les entreprises de presse sont confrontées à des géants de la technologie et déstabilisées par un manque de confiance généralisé, mais leur réel problème est beaucoup plus profond : la plupart des gens ne veulent pas payer pour des informations en ligne, selon l'Institut Reuters.

L'accélération rapide de l'Internet mobile et des smartphones a révolutionné la diffusion de l'information et détruit les modèles économiques de nombreuses entreprises de presse au cours des 20 dernières années, entraînant une baisse des revenus, des licenciements et des prises de contrôle.
 
La migration massive de la publicité vers des géants technologiques américains tels que Facebook, Google et Amazon a fait grimper les revenus alors que plus de la moitié de la population mondiale a maintenant accès à l'information via une connexion Internet.
 
Mais les individus sont-ils vraiment prêts à payer pour cette information ?
 
L'Institut Reuters pour l'étude du journalisme (Reuters Institute for the Study of Journalism) souligne, dans son rapport annuel sur l'information numérique (Digital News Report) que la plupart des gens ne veulent pas payer pour l'information en ligne. Au cours des six dernières années, il n'a été constaté qu'une faible augmentation de la proportion de personnes disposées à le faire. Et même parmi ceux qui paient, il y a une "fatigue de l'abonnement", qui traduit leur réticence grandissante à payer plusieurs abonnements différents. S'il faut payer, beaucoup d'individus préfèrent le faire pour des films ou de la musique. Certaines entreprises de médias vont donc faire faillite.
 
"Une grande partie de la population est parfaitement satisfaite des informations auxquelles elle peut accéder gratuitement et même parmi ceux qui sont prêts à payer, la majorité d'entre eux ne sont prêts à s'abonner qu'une seule fois", a déclaré Rasmus Kleis Nielsen, directeur du Reuters Institute. "Beaucoup de gens sont vraiment étrangers au journalisme qu'ils voient - ils ne le trouvent pas particulièrement digne de confiance, ils ne le trouvent pas particulièrement pertinent et ils ne trouvent pas qu'il leur apporte beaucoup".
 
Alors que de nombreux médias ajoutent des paywalls et que certains voient augmenter le nombre d'abonnements numériques, la proportion de personnes payant pour des informations en ligne n'a guère changé, si ce n'est la hausse de "Trump bump" aux États-Unis en 2016/2017. Outre-Atlantique, ceux qui paient pour de l'information en ligne sont probablement riches et diplômés : Le New York Times, le Wall Street Journal et le Washington Post s'en sortent bien dans le numérique. Pourtant, près de 40% des nouveaux abonnements numériques au New York Times concernent les mots croisés et la cuisine, selon l'Institut Reuters, qui cite un article de Vox.
 
En Grande-Bretagne, environ un tiers des personnes interrogées ont déclaré avoir cherché à éviter l'information à cause du Brexit. Les partisans de la sortie de l'UE ont indiqué que l'actualité les attristait et qu'elle n'était pas forcément fiable. Il n'y a eu aucune poussée liée au Brexit.
 
"Si les organes d'information veulent aller directement à la rencontre des utilisateurs dans un environnement dominé par les plateformes, s'ils veulent convaincre les gens de payer pour leur journalisme, ils doivent convaincre les gens que le journalisme qu'ils publient a de la valeur pour eux, pour le public", ajoute Nielsen.
 
Netflix, Apple, Amazon
 
Alors qu'elles se battent pour obtenir des revenus, les entreprises de presse sont confrontées à une menace croissante de la part de fournisseurs de divertissement tels que Netflix, Spotify, Apple Music et Amazon Prime. "Dans certains pays, la fatigue des abonnements peut également s'installer, la majorité préférant dépenser son budget limité en divertissement (Netflix/Spotify) plutôt qu'en actualités", explique Nic Newman, chercheur associé principal à l'Institut Reuters. "Il n'est pas surprenant que l'information arrive en queue de peloton par rapport à d'autres services tels que Netflix et Spotify, en particulier pour la plus jeune moitié de la population".
 
Lorsqu'on leur a demandé quel abonnement aux médias ils choisiraient s'ils n'en avaient qu'un pour l'année suivante, seulement 7% des moins de 45 ans ont choisi l'information. Le rapport indiquait que 37% opteraient pour la vidéo en ligne et 15% pour la musique en ligne. Des agrégateurs attendent également dans les coulisses : Apple News+ offre un abonnement à prix unique pour accéder à des titres haut de gamme tels que TIME, The Atlantic, The New Yorker, Vogue, The Wall Street Journal ou le Los Angeles Times. Cela pourrait priver les éditeurs d'un lien direct avec les consommateurs, ce qui limiterait l'information dont ils disposent pour rendre la publicité ciblée plus efficace et utile.
 
"En dépit de plus grandes opportunités dans les contenus payants, il est très probable que la majorité des contenus fournis par les services d'information resteront gratuits et dépendants de la publicité à marge faible, un marché où les grandes plateformes technologiques détiennent la plupart des atouts", poursuit Newman.
 
L'Institut Reuters pour l'étude du journalisme est un centre de recherche de l'Université d'Oxford qui suit les tendances des médias. La Fondation Thomson Reuters, la branche philanthropique de Thomson Reuters, finance l'Institut Reuters.
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ALPHABET -0.08%1226.41 Cours en différé.17.70%
AMAZON -1.56%1804 Cours en clôture.16.16%
FACEBOOK -0.24%187 Cours en différé.43.47%
NETFLIX -0.97%294.3628 Cours en différé.11.56%
SPOTIFY TECHNOLOGY SA 0.67%129.63 Cours en différé.13.73%
THOMSON REUTERS CORP -0.68%89.01 Cours en différé.35.92%

© Zonebourse.com 2019
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
1
Réagir à cet article
letsar - Il y a 3 mois arrow option
C'est pour cela que l'info sur Zonebourse est devenue payante ? :)
  
1
  • Publier
    loader
Dernières actualités "Sociétés"
15:58CARREFOUR : commercialise Poulehouse, l'oeuf qui ne tue ni la poule ni les poussins
PU
15:57SALVATORE FERRAGAMO : UBS relève son conseil
CF
15:54HSBC FRANCE : "revue stratégique" sur la banque de détail (syndicats)
AW
15:46BMW : doit racheter Jaguar Land Rover pour Bernstein
AO
15:43BANQUE NATIONAL DE BELGIQUE : La croissance de l'activité en Belgique devrait rester globalement constante, à 0,2 %, au troisième trimestre de 2019
PU
15:28COLRUYT : Le magasin OKay de Lennik entièrement rénové rouvre ses portes dans un bâtiment au caractère durable
PU
15:24CHARGEURS : S1 : Reprise de la croissance organique et des perspectives plus favorables
AL
15:21RENAULT : développe Renault Mobility dans les Yvelines
CF
15:18La "Value" contre-attaque
15:05MILLET INNOVATION : Depot projet de note d’information en reponse relative a l’opas
AN
Dernières actualités "Sociétés"