Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Publicité
Du même auteur
Plus d'articles

Le vent tourne pour l’aviation

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
3
04/06/2018 | 16:16

Après plusieurs années de croissance pour les grandes compagnies aériennes, les perspectives de bénéfices de l’année 2018 ont été revues à la baisse par l’Association internationale du transport aérien (IATA). En cause : la hausse des prix du baril et le protectionnisme grandissant à l’échelle mondiale.



Les perspectives se sont dégradées pour l’aviation mondiale : l’Iata, qui intègre les données de 280 compagnies aériennes, corrige à la baisse ses attentes en termes de bénéfices pour 2018. L’Association révise ses chiffres de 12%, passant de 38,4 à 33,8 milliards de dollars (28,9 milliards d’euros) pour l’année en cours. Pourtant, le rendement par passager devrait augmenter de 3,2%, premier gain depuis 2011. Alors comment expliquer la chute des bénéfices attendus ?

Un carburant de plus en plus onéreux

La principale cause avancée par l’Iata est, sans surprise, la hausse des prix du baril de pétrole et du kérosène. Pas étonnant lorsqu’on se rend compte que le prix du carburant représente près de 25% des coûts opérationnels des compagnies aériennes. L’Association estime que le prix moyen du baril de Brent atteindra 70 USD sur l’année (76 USD ce jour) soit 27,5% plus cher qu’en 2017.


L’évolution des prix du baril de brut et de kérosène depuis 2011 (Source : www.iata.org)
 
Alors comment faisaient les compagnies aériennes quand le pétrole s’échangeait à plus de 100 dollars le baril ? A l’époque, les bénéfices étaient très faibles, de l’ordre de 10 milliards de dollars en 2013 par exemple. Déjà, la consommation de pétrole était plus faible. Elle s’est depuis envolée de 34% en 5 ans pour atteindre 356 milliards de litres, surtout à cause de l’augmentation de la flotte aérienne. De plus, les compagnies comptaient sur l’explosion de la demande, provenant notamment des pays asiatiques ainsi que de la libéralisation des échanges à l’échelle mondiale.

Une demande affaiblie

Mais la demande s’est ralentie ces derniers temps puisque les taux de croissance sont sur la pente descendante. Pour 2018, l’Iata table sur une augmentation de 7% en termes de passagers (8,1% en 2017), et 4% seulement pour le fret de marchandises (9,7% en 2017). La faute aux risques géopolitiques, selon Brian Pearce, le Chef-économiste de l’Association. La guerre commerciale lancée par Donald Trump contre la Chine et l’Europe ainsi que le Brexit sont le signe d’un protectionnisme qui ne cesse de se renforcer depuis la crise de 2008. Et c’est la demande mondiale qui en pâtit.

En bourse, les compagnies aériennes souffrent manifestement de cette situation : d’après notre comparaison sectorielle, seules 17 compagnies sur les 56 recensées sont dans le vert depuis le 1er janvier (30%). A ce rythme, les compagnies ne peuvent qu’espérer une embellie géopolitique pour compenser la hausse des prix du baril de pétrole.
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
AIR CHINA LTD. -1.10%8.1 Cours en clôture.3.27%
AIR FRANCE-KLM -0.86%10.38 Cours en temps réel.10.39%
DELTA AIR LINES INC. -0.10%58.14 Cours en différé.16.61%
LUFTHANSA GROUP AG -1.62%13.07 Cours en différé.-32.59%
RYANAIR HOLDINGS -2.46%8.65 Cours en différé.-20.37%

Floriane Rousseaux
© Zonebourse.com 2018
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
3
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader