Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Le Mali affirme pouvoir demander une aide militaire à n'importe qui

18/09/2021 | 17:25
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

DAKAR, 18 septembre (Reuters) - Le Mali a le droit de rechercher un soutien militaire auprès de qui il veut, a déclaré le Premier ministre du pays, alors que la France et d'autres puissances étrangères s'inquiètent de la posssibilité que Bamako puisse recourir à des mercenaires russes.

Plusieurs sources diplomatiques et sécuritaires ont indiqué à Reuters que le gouvernement malien était proche de conclure un accord avec la société militaire privée russe Wagner.

Selon une source européenne qui suit le dossier ouest-africain et une source proche des services de sécurité au Sahel, l'accord pourrait porter sur l'envoi d'un millier de mercenaires russes au Mali. Deux autres sources ont dit penser que leur nombre serait moins élevé, sans fournir d'estimation chiffrée.

La France, qui a annoncé en début d'été une transformation de ses opérations militaires dans le Sahel et une réduction de sa présence au Mali, a lancé une offensive diplomatique pour tenter de dissuader la junte au pouvoir au Bamako de concrétiser ce rapprochement avec la Russie, ont ajouté les sources.

"Si les partenaires ont décidé de quitter certaines zones, s'ils décident de partir demain - que faisons-nous ?", a déclaré le Premier ministre malien Choguel Maiga dans un briefing mis en ligne vendredi par le site d'information Le Jalon. "Ne devrions-nous pas avoir un plan B ?"

"Il y a des zones qui sont abandonnées et qu'il faut occuper aujourd'hui pour ne pas les laisser vides. Il n'y a pas assez de troupes", a-t-il ajouté, sans mentionner de détails sur les projets éventuels du Mali et les parties qui pourraient être impliquées.

"On ne peut pas nous empêcher d'envoyer des gens formés dans un pays donné", a-t-il poursuivi.

De sources diplomatiques, Paris craint que l'arrivée de mercenaires russes au Mali déstabilise davantage la région et compromette la lutte antiterroriste au Sahel au moment où la France cherche à transformer l'opération Barkhane en coalition internationale impliquant davantage ses alliés européens. (Reportage par Bate Felix; avec la contribution de John Irish à Paris; rédité par Alessandra Prentice; Blandine Hénault pour la version française)


© Reuters 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie & Forex"
01:46TED ROGERS : Le drame du conseil d'administration de Rogers n'affectera probablement pas l'accord d'achat de Shaw - analystes
ZR
22/10Saba Capital de Weinstein a vendu des participations dans la SPAC alors que les actions ont bondi suite à l'accord avec Trump.
ZR
22/10Bristol Myers intéressé par le rachat d'Aurinia Pharma - Bloomberg News
ZR
22/10FACEBOOK : Le Nasdaq et le S&P 500 terminent en baisse, le secteur des communications pèse
RE
22/10USA : les achats d'actifs bientôt réduits, mais "prématuré" de relever les taux
AW
22/10Le Nasdaq devrait ouvrir en baisse après l'avertissement sur les marges d'Intel
ZR
22/10Le dollar chute alors que les prévisions de hausse des taux s'évanouissent
ZR
22/10Israël désigne des organisations palestiniennes comme terroristes, l'Onu "alarmée"
RE
22/10L'euro remonte légèrement face au dollar
AW
22/10Macron et Biden ont parlé de la défense européenne, se rencontreront à Rome
RE
Dernières actualités "Economie & Forex"