Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

France-Le rappel des ambassadeurs aux USA et en Australie montre "la force de la crise"-Le Drian

18/09/2021 | 20:51
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

PARIS, 18 septembre (Reuters) - Le rappel par la France de ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie est "un acte politique lourd" qui montre la "force de la crise", a déclaré samedi le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Cette mesure est intervenue après l'annulation par Canberra du contrat de fourniture de sous-marins français au profit d'un partenariat stratégique avec Washington et Londres, une décision qui a provoqué la stupeur et la fureur de Paris.

Vendredi soir, la France a annoncé avoir rappelé ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie pour consultations en raison de la "gravité exceptionnelle" des annonces faites par l'Australie et les Etats-Unis, provoquant une crise diplomatique sans précédent.

"Le fait que, pour la première fois dans l'histoire des relations entre les Etats-Unis et la France, on rappelle notre ambassadeur pour consultations est un acte politique lourd et qui signifie la force de la crise qui existe aujourd'hui avec les Etats-Unis et aussi avec l'Australie", a déclaré Jean-Yves Le Drian sur France 2.

"Il y a duplicité, il y a mépris, il y a mensonge; on ne peut pas jouer dans les alliances comme cela", a dénoncé le ministre.

"Nous sommes des alliés, et donc quand on a un allié, on ne traite pas avec une telle brutalité, une telle imprévisibilité un partenaire majeur qu'est la France", a-t-il ajouté, évoquant une "rupture de confiance" avec les Etats-Unis.

Interrogé sur le fait de savoir si le président Emmanuel Macron et son homologue américain Joe Biden s'étaient parlé, Jean-Yves Le Drian a répondu: "Pas à ma connaissance".

"ÉNORME ERREUR"

Plus tôt samedi, l'ambassadeur de France en Australie, Jean-Pierre Thébault, avait déclaré que Canberra avait commis une "énorme" erreur diplomatique.

"Je pense que cela a été une énorme erreur, une très, très mauvaise gestion du partenariat - parce que ce n'était pas un contrat, c'était un partenariat qui était censé être basé sur la confiance, la compréhension réciproque et la sincérité", a-t-il dit à la presse.

De son côté, la Malaisie a exprimé samedi ses inquiétudes après l'annonce du nouveau partenariat de sécurité et de défense entre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie, disant redouter une course à l'armement nucléaire dans la région indo-pacifique où Pékin renforce son influence.

"Cela poussera d'autres puissances à agir également de manière plus agressive dans la région, en particulier dans la mer de Chine méridionale", a déclaré le bureau du Premier ministre de Malaisie dans un communiqué, sans mentionner ouvertement la Chine.

LA FRANCE VEUT DES EXPLICATIONS

L'Australie a dit regretter le rappel de l'ambassadeur de France et comprendre la déception de Paris. De son côté, un responsable de la Maison blanche a déclaré que les Etats-Unis s'emploieraient ces prochains jours à régler leurs divergences avec Paris.

"Ce n'est pas fini", a prévenu pour sa part Jean-Yves Le Drian samedi.

Le ministre des Affaires étrangères a indiqué que la France allait demander des explications à l'Australie alors que l'accord qui a été signé en 2016 avec Canberra "prévoit des clauses lorsqu'une des parties veut quitter l'accord".

"Il y a des dispositions qui indiquent que d'abord, la partie qui veut rompre le fait savoir par écrit. Pour l'instant, nous n'avons pas reçu cette rupture de l'accord intergouvernemental", a-t-il dit sur France 2. "Et ensuite, il faut 12 mois de discussions pour aboutir à une rupture potentielle si une des deux parties veut rompre au bout de 24 mois", a expliqué le ministre.

"Nous allons donc agir pour demander des explications aux Australiens, pour savoir comment ils comptent eux-même respecter l'accord qu'ils ont eux-même signé".

(Reportage Blandine Hénault)


© Reuters 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie & Forex"
14:29Coronavirus-Nombre record de décès en Russie, la vaccination traîne
RE
13:30Les taliban s'engagent à renforcer la sécurité des mosquées chiites
RE
13:09Un groupe hindou demande à l'Inde de réglementer les plateformes et les cryptomonnaies.
ZR
13:03ALEXANDER NOVAK : La Russie voit une demande de gaz record mais dit pouvoir fournir plus à l'UE
RE
12:42La Nasa lance une sonde pour étudier les astéroïdes de Jupiter
RE
11:24Castex rend hommage à Samuel Paty, "serviteur de la République"
RE
10:53Johnson sur les lieux du meurtre, traité comme terroriste, de Amess
RE
10:06Un séisme d'une magnitude de 4,8 fait au moins trois morts à Bali
RE
09:47L'Asean exclut le chef de la junte birmane de son prochain sommet
RE
08:32CNCDH NATIONAL CONSULTATIVE COMMISSION ON HUMAN : La Défenseure des droits et la CNCDH appellent le gouvernement à mener une politique globale de lutte contre la pauvreté
PU
Dernières actualités "Economie & Forex"