Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex
Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Brexit-"Super samedi" à haut risque pour Johnson à Westminster

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
18/10/2019 | 17:35

par William James

LONDRES, 19 octobre (Reuters) - Après avoir laborieusement arraché un nouvel accord sur le Brexit, Boris Johnson se prépare à relever un défi encore plus délicat ce samedi au Parlement britannique.

Appelé à siéger un samedi pour la première fois depuis 1982 et l'entrée en guerre contre l'Argentine dans la crise des Malouines, le Parlement de Westminster va se prononcer sur l'accord négocié par le Premier ministre avec l'Union européenne (UE), après avoir rejeté à trois reprises celui de Theresa May.

Pour Boris Johnson, ce sera la seule occasion de réaliser le Brexit le 31 octobre, comme il s'y est engagé.

Mais la tâche qui attend le chef du gouvernement s'annonce des plus difficiles, faute de majorité absolue pour son Parti conservateur, confronté à des adversaires politiques déterminés à obtenir un nouveau report du Brexit, des élections législatives anticipées, voire un nouveau référendum.

QUAND LE PARLEMENT VA-T-IL SE RÉUNIR?

La Chambre des communes siégera à partir de 08h30 GMT le samedi 19 octobre - une première depuis le samedi 3 octobre 1982, quand une session extraordinaire du Parlement avait été convoquée après la tentative d'invasion des îles Malouines par l'Argentine.

Boris Johnson fera une déclaration aux députés. Ce sera ensuite le temps du débat puis du vote. Le débat était prévu à l'origine sur 90 minutes; il n'est plus limité dans le temps.

Une porte-parole de Boris Johnson a déclaré que les Communes seraient appelées à un "vote significatif" ("meaningful vote") sur l'accord négocié avec Bruxelles. S'il est positif, le projet de loi de Brexit devrait encore être adopté avant le 31 octobre pour que l'accord soit formellement ratifié.

QUEL SERA L'ORDRE DU JOUR?

Le Brexit, et rien d'autre.

Si l'accord est approuvé, la voie sera ouverte pour une sortie du Royaume-Uni de l'UE.

S'il est rejeté, Boris Johnson pourrait jouer son va-tout en demandant au Parlement de l'autoriser à sortir de l'UE sans accord ("no deal") le 31 octobre.

Le Parti unioniste nord-irlandais (DUP) a annoncé qu'il ne soutiendrait pas l'accord. Le Parti travailliste, les libéraux-démocrates et les nationalistes écossais y sont aussi opposés, même si des députés pourraient rompre avec la discipline de vote.

Si Boris Johnson perd les deux votes (sur l'accord et sur un "no deal"), une loi adoptée le mois dernier par le Parlement - la loi Benn - le contraint à écrire à l'UE pour demander un nouveau report du Brexit jusqu'au 31 janvier 2020.

Le gouvernement a déclaré à la fois qu'il respecterait la loi, et que le Royaume-Uni sortirait de l'UE le 31 octobre. Boris Johnson n'a pas expliqué comment il respecterait ces deux promesses contradictoires.

QUELLES SONT LES FORCES EN PRÉSENCE?

Boris Johnson doit convaincre au moins 318 des 650 députés de voter en faveur de son accord.

Ce nombre est inférieur à la majorité absolue de 326 car les sept élus du Sinn Fein, le parti nationaliste irlandais, ne siègent pas à Westminster dont ils ne reconnaissent pas la légitimité. En outre, le "speaker" (président de la Chambre) et les trois "deputy speakers" (vice-président) ne participent pas au scrutin.

Quatre "tellers" (scrutateurs) décomptent les voix mais ne votent pas eux-mêmes. Néanmoins, particularisme des règles en vigueur à Westminster, deux doivent soutenir l'accord et deux doivent le rejeter.

La majorité est donc à 318 voix, voire moins s'il y a des abstentions.

Le Parti conservateur ne compte plus que 288 élus et la plupart d'entre eux devraient voter en faveur de l'accord. Mais certains des "Brexiters" les plus ardents, partisans d'une rupture plus franche avec l'UE, pourraient faire défection.

Les dix élus du DUP devraient voter contre l'accord, selon la dirigeante du parti unioniste Arlene Foster. Leur position pourrait influencer le vote de certains "Brexiters" tories.

Les 21 Tories exclus du parti par Boris Johnson en septembre pour ne pas avoir soutenu sa stratégie, rejoints par la suite par l'ancienne ministre Amber Rudd, qui siège désormais en tant qu'indépendante, n'ont pas fait connaître leurs intentions. Leurs voix pourraient se partager.

Le chef du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, a annoncé que le Labour (244 élus) voterait contre l'accord. Il n'a pas exclu de déposer une motion de défiance contre Boris Johnson si le texte est rejeté, mais seulement la semaine prochaine quand le Parlement ne siégera plus en session extraordinaire.

Pour espérer voir son accord approuvé, le Premier ministre doit compter sur le soutien d'un groupe de 20 à 25 "rebelles" travaillistes, dont certains avaient voté en faveur de l'accord négocié par Theresa May.

La plupart des autres élus devraient rejeter l'accord, que ce soit les nationalistes écossais (35 sièges), les libéraux-démocrates (19) ou les 45 indépendants et députés de petits partis. Certains indépendants pourraient cependant se laisser convaincre par Boris Johnson.

QUE SE PASSE-T-IL EN CAS D'EGALITE ?

Si partisans et adversaires de l'accord sont en nombre égal, c'est au président John Bercow de trancher.

Sur le site du Parlement, il est en effet écrit que dans cette éventualité, "le Speaker exerce son vote conformément à ce qui a été fait dans des circonstances similaires par le passé. Si possible la question devrait rester ouverte à une discussion complémentaire et aucune décision finale ne devrait être prise par ce vote."

DROIT D'AMENDEMENT

Les députés ont le droit de déposer des amendements, qui seront soulis ou non au vote à la discrétion de John Bercow, le président du Parlement.

Le cas échéant, ils doivent faire l'objet d'un vote avant le vote sur la motion principale, ce qui pourrait différer l'issue de cette journée sous haute tension.

LES TROIS PRÉCÉDENTS VOTES

L'accord négocié par la conservatrice Theresa May a été rejeté à trois reprises par les Communes.

Le 15 janvier, par 432 voix contre 202.

Le 12 mars, par 391 voix contre 242.

Le 29 mars, par 344 voix contre 286. (Tangi Salaün et Henri-Pierre André pour le service français, édité par Sophie Louet)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
21:12L'euro en petite baisse face au dollar dans un marché calme
AW
20:30Commerce-Les USA envisageraient une nouvelle enquête sur l'UE
RE
20:00USA-Bloomberg s'enregistre pour être candidat démocrate en 2020
RE
19:56APEC ASSOCIATION POUR L'EMPLOI DES CADRES : 64 % des recrutements à venir jugés difficiles en Guadeloupe
PU
19:14USA-Bloomberg s'enregistre pour être candidat démocrate en 2020
RE
19:14MICHAEL BLOOMBERG : Usa-le milliardaire michael bloomberg a déposé les documents pour être candidat à l'élection présidentielle en tant que démocrate
RE
19:12TAUX : les minutes de la FED et les stats sans grand impact
CF
18:40Vivendi prêt à vendre les titres mediaset détenus par le trust simon fiduciaria au prix de 3,25 euros par action-source
RE
18:29Pour l’arcep, la somme de 1,5 milliard d'euros pour le prix de réserve est un grand maximum pour la première phase d'attribution des fréquences 5g, dit son président au figaro
RE
18:25Netanyahu dénonce un coup d'Etat après son inculpation
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"