Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Au Mont Rushmore, Trump s'en prend aux "foules furieuses" qui veulent détruire l'histoire des Etats-Unis

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
04/07/2020 | 07:39

par Jeff Mason

MEMORIAL NATIONAL DU MONT RUSHMORE, Dakota du Sud, 4 juillet (Reuters) - D onald Trump s'en est pris vendredi soir aux "foules furieuses" qu'il accuse de vouloir abattre en même temps que des statues toute l'histoire des Etats-Unis devant plusieurs milliers de ses partisans réunis au Mont Rushmore pour le début des célébrations de l'indépendance américaine.

Lors de son discours, le président américain a assuré que les manifestations contre les discriminations raciales et les violences policières menaçaient les fondations du système politique américain.

Face au mouvement de colère provoqué par la mort de George Floyd, membre de la communauté noire, lors de son interpellation par un policier blanc de Minneapolis le 25 mai dernier, le président a répondu sous le double mot d'ordre de la loi et de l'ordre, qu'il tweete à intervalle régulier en lettres capitales. Une attitude critiquée jusque par une partie de son propre camp, qui lui reproche de diviser la nation. et

"Ne soyez pas dupes, cette révolution culturelle de gauche veut renverser la révolution américaine," a déclaré Trump. "Nos enfants apprennent à l'école à détester leur pays", a-t-il ajouté.

Environ 7.500 personnes se sont rassemblées dans ce lieu symbolique et imposant du Dakota du Sud où les visages des présidents George Washington, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln ont été taillés dans la roche. Des masques étaient offert aux participants mais beaucoup d'entre eux ne s'en sont pas servi.

TRUMP CONTRE UN "NOUVEAU FASCISME D'EXTRÊME GAUCHE"

S'exprimant sous les sculptures monumentales des quatre présidents, Trump a annoncé, sans plus de détail, son souhait de créer un "Parc national des héros américains" où des statues "des plus grands Américains ayant jamais vécu" seraient érigées.

"Des foules furieuses essaient d'abattre des statues de nos Pères fondateurs, de dégrader nos monuments les plus sacrés et de déchaîner une vague de crime violent dans nos villes", a-t-il poursuivi.

A quatre mois de la présidentielle du 3 novembre, où il briguera un second mandat, et même si l'événement ne s'inscrivait pas officiellement dans sa campagne électorale, le président républicain a abordé certains des thèmes centraux de son programme.

"Il existe, a-t-il dit, un nouveau fascisme d'extrême gauche qui réclame une allégeance absolue. Si vous ne parlez pas son langage, si vous ne pratiquez ses rites, ne récitez pas ses mantras et ne suivez pas ses commandements, vous serez censurés, bannis, placés sur liste noire, persécuté et punis."

"Cela ne nous arrivera pas !"

Ce déplacement au Mont Rushmore, en pleine épidémie de coronavirus, posait problème, les autorités de santé américaines ayant recommandé à la population d'éviter les grands rassemblements.

"C'est la recette d'une catastrophe", avait fustigé dans le Washington Post Cheryl Schreier, qui fut la superintendante du Mount Rushmore National Memorial de 2010 à 2019 et qui redoute, en plus d'une propagation du coronavirus, des risques de feu de forêt - le dernier feu d'artifice organisé à cet endroit remonte à 2009 - et de contamination des eaux souterraines.

L'autre souci tenait au caractère sacré du lieu pour la communauté amérindienne.

"C'est comme s'il essayait de se rendre au Vatican et d'y faire tirer un feu d'artifice célébrant l'indépendance", a comparé Julian Bear Runner, président de la tribu des Sioux Oglala cité par le Washington Post.

Plusieurs manifestants amérindiens ont été arrêtés samedi après avoir bloqué une route d'accès au monument. (avec Steve Holland, Diane Bartz et Andy Sullivan version française Camille Raynaud et Henri-Pierre André)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
maxx34000 - Il y a 1 mois arrow option
la préposée démocrate qui étale ses funestes pensées dans le Wapo aurait pu rajouter les risques de beri-beri et de fièvre aphteuse :-)
1
  
  • Publier
    loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
19:44Coronavirus-La France enregistre 3.310 nouveaux cas en 24 heures
RE
19:44Coronavirus-les autorités sanitaires françaises annoncent avoir enregistré 17 nouveaux clusters en 24h
RE
19:43Coronavirus-les autorités sanitaires françaises annoncent que 4.857 patients sont actuellement hospitalisés, dont 376 en réanimation
RE
19:42Coronavirus-les autorités sanitaires françaises annoncent 3.310 nouveaux cas en 24h
RE
19:18Les USA conditionnent l'aide au Liban aux réformes
RE
18:55L'Italie face à une forte hausse du nombre de migrants - ministre
RE
18:35La Turquie va poursuivre ses études sismiques en Méditerranée orientale
RE
18:27Le président biélorusse appelle Vladimir Poutine à l'aide
RE
18:12GOVERNMENT OF GRAND DUCHY OF LUXEMBOURG : Jean Asselborn a participé à la réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne
PU
17:55Les USA discutent de la Biélorussie avec l'UE - Pompeo
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"