Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  London Stock Exchange  >  Standard Chartered    STAN   GB0004082847

STANDARD CHARTERED

(STAN)
  Rapport  
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurRecommandations des analystes

Pétrole: les producteurs dans l'impasse sur fond de guerre commerciale USA-Chine

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
08/09/2019 | 10:58

DUBAÏ (awp/afp) - Les principaux pays producteurs de pétrole vont évoquer jeudi à Abou Dhabi de nouvelles baisses de la production pour soutenir les prix, affectés par la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, mais les analystes doutent de l'efficacité d'une telle mesure.

Un groupe dirigé par l'Arabie saoudite, chef de file de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole), et la Russie --non membre de cette instance-- cherche à équilibrer le marché pétrolier, moribond malgré les baisses de la production et de l'offre en provenance d'Iran et du Venezuela, sous sanctions américaines.

Le Comité ministériel conjoint de suivi, qui rassemble des pays membres et non membres de l'OPEP (l'OPEP+) et est chargé de contrôler l'application d'un accord convenu fin 2018 pour réduire l'offre, se réunira jeudi aux Emirats arabes unis.

Cette instance ne prend pas de décisions, mais recommande des mesures aux 24 pays de l'OPEP+ qui doivent se réunir à Vienne en décembre.

Les analystes estiment qu'elle a peu de cartes à jouer car une nouvelle baisse de la production aggraveraient les pertes de ces pays.

"L'OPEP a toujours eu recours à des réductions de production pour soutenir les prix", observe M. Raghu, analyste au Kuwait Financial Centre (Markaz). "Cependant, cela s'est fait au prix d'une réduction de la part de l'OPEP sur le marché mondial du brut, qui est passée d'un pic de 35% en 2012 à 30% en juillet 2019."

Croissance mondiale freinée

L'OPEP+ a décidé fin 2018 de réduire sa production alors que la faiblesse de l'économie mondiale et l'abondance de la production américaine d'huile de schiste risquaient d'entraîner un surplus sur les marchés.

Auparavant, ces mesures avaient généralement permis de faire grimper les prix. Mais ces derniers mois, les cours ont baissé, même après la décision en juin de l'OPEP+ de prolonger de neuf mois l'accord sur la réduction de la production.

Le prix du baril de Brent était vendredi de 61,54 dollars, contre plus de 75 à la même période l'an passé et après avoir chuté autour de 50 dollars fin décembre 2018.

Un nouveau facteur est entré en jeu: le différend commercial entre les deux plus grandes économies du monde, dont les sanctions réciproques consistent en hausse des droits de douane.

Lors d'une conférence de presse dimanche à Abou Dhabi, le ministre émirati de l'Energie et de l'Industrie Souheil al-Mazrouei a reconnu l'effet de ces tensions sur le marché du pétrole.

"Mais je ne suggérerais pas de nous lancer dans des coupes (de la production) à chaque fois qu'il y a un problème de tensions commerciales", a-t-il déclaré, ajoutant que l'OPEP+ ferait "le nécessaire" pour rééquilibrer le marché.

Pour l'économiste saoudien Fadhel al-Bouenain, le marché pétrolier est devenu "très sensible à la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, qui va freiner la croissance mondiale et par conséquent la demande de pétrole". Selon lui le contrôle des prix échappe dans ces conditions à l'OPEP et l'organisation ne devrait donc pas avoir recours à de nouvelles baisses de production.

Pour M. Raghu, de telles baisses n'entraîneraient pas de hausse sensible des prix si la guerre commerciale n'est pas réglée.

"Options limitées"

Les discussions de l'OPEP+ interviennent à un moment où l'offre n'est pas excessivement élevée, en raison de la baisse de la production de l'Iran et du Venezuela et du ralentissement de la croissance de la production américaine.

"La croissance de la production américaine de schiste n'a pas le même élan que lors des cycles précédents, et la production de l'OPEP est à un plus bas niveau sur 15 ans", avait commenté Standard Chartered le mois dernier.

Selon la banque d'investissement, "les options de politique pétrolière pour les principaux producteurs sont limitées", car la crise actuelle, contrairement à celles de 2014-2015 et 2018, "n'est pas due à un déséquilibre rapide du marché".

Le cabinet de conseil en énergie Rapidan Energy Group estime que l'OPEP+ pourrait à l'avenir devoir réduire sa production d'un million de barils par jour pour stabiliser le marché.

Mais le problème sera de décider quels sont les pays membres qui assumeront le fardeau, l'Arabie saoudite ayant précédemment assumé le plus gros de la réduction. Pour M. Bouenain, Ryad sera probablement plus réticent cette fois-ci, étant donné l'impact sur ses revenus.

A la veille de la réunion à Abou Dhabi, le roi Salmane d'Arabie saoudite a nommé samedi un de ses fils, le prince Abdulaziz ben Salmane, ministre de l'Energie, alors que le royaume prépare l'introduction en Bourse du géant pétrolier public Aramco à l'horizon 2020-2021 en espérant des conditions de marché plus favorables.

oh/sls/aem/mdz

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
LONDON BRENT OIL -5.86%64.14 Cours en différé.11.63%
STANDARD CHARTERED -0.12%690 Cours en différé.13.38%
US DOLLAR / RUSSIAN ROUBLE (USD/RUB) 0.55%64.335 Cours en différé.-7.70%
WTI -4.94%58.84 Cours en différé.21.48%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur STANDARD CHARTERED
08/09PÉTROLE : les producteurs dans l'impasse sur fond de guerre commerciale USA-Chin..
AW
06/09BOURSE DE PARIS : Le CAC40 à l'assaut des 5600 points
06/09EN DIRECT DES MARCHES : Peugeot, Airbus, Altice, Wendel, SMCP, Nissan, Boeing..
04/09BOURSE DE LONDRES : Londres soutenue par une baisse des tensions politiques
AW
03/09L'Europe finit en baisse, inquiétude sur le commerce et la croissance
RE
23/08Les actions et le dollar montent avant le discours de Powell
RE
21/08BNP et d'autres "victimes" de la directrice financière de Huawei
RE
09/08WPP : une nouvelle arrivée au conseil d'administration
CF
08/08STANDARD CHARTERED : Détachement de dividende intermédiaire
FA
01/08BOURSE DE LONDRES : Londres stable, le secteur minier et Shell en berne
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur STANDARD CHARTERED
Plus de recommandations
Données financières (USD)
CA 2019 15 382 M
EBIT 2019 4 818 M
Résultat net 2019 2 382 M
Dette 2019 -
Rendement 2019 3,85%
PER 2019 9,71x
PER 2020 7,87x
Capi. / CA2019 1,43x
Capi. / CA2020 1,37x
Capitalisation 22 066 M
Graphique STANDARD CHARTERED
Durée : Période :
Standard Chartered : Graphique analyse technique Standard Chartered | STAN | GB0004082847 | Zone bourse
Tendances analyse technique STANDARD CHARTERED
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreNeutreNeutre
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne CONSERVER
Nombre d'Analystes 24
Objectif de cours Moyen 8,73  $
Dernier Cours de Cloture 6,90  $
Ecart / Objectif Haut 69,7%
Ecart / Objectif Moyen 26,5%
Ecart / Objectif Bas -23,0%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
William Thomas Winters Group Chief Executive Officer & Director
José Viñals Chairman
David Whiteing Chief Operating Officer
Andrew Nigel Halford Group Chief Financial Officer & Executive Director
Michael Gorriz Group Chief Information Officer
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
STANDARD CHARTERED13.38%27 437
JP MORGAN CHASE & COMPANY23.16%380 956
BANK OF AMERICA22.28%280 459
INDUSTRIAL AND COMMERCIAL BANK OF CHINA5.29%272 434
WELLS FARGO & COMPANY6.29%215 811
CHINA CONSTRUCTION BANK CORPORATION12.09%197 863