Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Nasdaq  >  Qualcomm    QCOM

SynthèseCotationsGraphiquesActualitésAnalysesAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
Synthèse actualitéToute l'actualitéInterviewsCommuniqués sociétéPublications officiellesActualités du secteur

Fusion Broadcom/Qualcomm bloquée, signe des craintes de sécurité sur la 5G

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
13/03/2018 | 19:23

Washington (awp/afp) - L'interdiction par Donald Trump du rachat du fabricant de microprocesseurs Qualcomm par son concurrent asiatique Broadcom illustre les craintes de la concurrence chinoise dans les télécoms, en particulier la 5G, l'internet mobile ultrarapide.

Démarche inhabituelle, le président américain a signé un décret bloquant l'opération, parlant d'"éléments crédibles" susceptibles de menacer la sécurité nationale.

Cela met abruptement fin à la bataille que se livraient les deux groupes depuis plusieurs mois dans le cadre d'une opération qui, à 117 milliards de dollars, aurait été la plus importante du secteur et l'une des plus grosses jamais réalisées.

Même si Broadcom est basé à Singapour, c'est la crainte de la Chine qui est derrière la décision des autorités américaines.

Le texte présidentiel n'en fait pas mention mais le ministère du Trésor l'avait évoquée dans un courrier la semaine dernière, estimant que l'opération pourrait mettre en péril la domination des Etats-Unis dans la 5G au profit de la Chine.

"C'est une vraie menace", estime James Lewis, ancien dans la sécurité nationale, aujourd'hui vice-président du Centre pour les études stratégiques et internationales (CSIS).

"Toutes les administrations depuis 2002 ont compris que nous étions vulnérables à l'espionnage chinois s'ils contrôlent l'infrastructure. Qualcomm, et à un certain degré (l'équipementier) Cisco, sont les deux derniers qui permettent aux Etats-Unis de rester dans le jeu en matière de télécoms, et on ne veut pas les perdre", explique M. Lewis.

C'est Qualcomm, qui s'opposait depuis des mois aux visées de son rival, qui avait saisi le Comité sur les investissements étrangers (CFIUS), chargé d'examiner rachat ou investissement étrangers à l'aune de la sécurité nationale.

- La peur de Huawei -

Pour le CFIUS, une prise de contrôle de Qualcomm --"leader" dans la 5G grâce à ses nombreux brevets-- affaiblirait les Etats-Unis et faciliterait l'ascension d'entreprises chinoises, comme Huawei.

Indispensable au développement de nombreux services -- voitures connectées, robotique...--, la 5G revêt des enjeux majeurs.

Pour rassurer les autorités américaines, Broadcom, qui a réfuté lundi tout problème de sécurité nationale, avait même promis des investissements pour garantir la domination américaine dans la 5G.

L'entreprise, née du rachat du groupe américain du même nom par un groupe américano-singapourien, avait aussi promis de revenir se domicilier aux Etats-Unis.

Pour James Lewis, c'est donc que les autorités ont trouvé un élément suffisamment inquiétant.

"Peut-être est-ce l'argent, peut-être est-ce le contrôle, peut-être est-ce quelque chose que nous ne savons pas qui justifie ce genre de mesure draconienne", dit-il.

Paul Rosenzweig, ancien cadre du ministère de la Sécurité intérieure reconverti dans le conseil, pense aussi que les inquiétudes étaient légitimes.

"Nul n'en a la certitude, mais il y des soupçons sur le but ultime de Broadcom, qui serait d'aider Huawei, pour tenter d'écraser le développement de la 5G par les Américains", écrivait-il récemment sur le blog Lawfare, spécialisé dans la sécurité nationale.

- 'Le problème 5G' -

Selon lui, Broadcom aurait pu renverser la direction de Qualcomm, réduire les dépenses de Recherche et Développement (R&D) dans la 5G ou empêcher le groupe de participer à la mise au point des normes 5G.

Qui plus est, notait M. Rosenzweig, "Qualcomm est un fournisseur du gouvernement américain, avec une habilitation secret défense. En cas de rachat par une entreprise étrangère, ce statut pourrait être remis en question".

C'est le groupe chinois Huawei, troisième fabricant mondial de smartphones (derrière Samsung et Apple) et très actif dans la 5G, qui semble concentrer toutes les inquiétudes américaines.

Ce qui lui a vraisemblablement valu, en janvier, de voir capoter ses projets de partenariat avec les opérateurs américains AT&T et Verizon.

"Huawei est sans doute la seule entreprise qui propose une gamme complète de produits pour la 5G", souligne James Lewis, estimant qu'il se positionne "pour devenir le premier équipementier" 5G.

Pour M. Lewis, l'administration "a pris conscience du problème 5G" et des risques d'espionnage, comme la montré l'idée --qui a un temps flotté à Washington récemment-- d'un réseau 5G nationalisé.

Broadcom suscitait d'autant plus d'inquiétudes qu'il a la réputation de réduire énormément les coûts, alors que Qualcomm dépense beaucoup en R&D, explique Bob O'Donnell, à la tête du cabinet Technalysis Research.

Sans les "avancées" dues à Qualcomm, "les télécoms ne seraient pas aussi avancés" aujourd'hui, estime-t-il.

Pour l'analyste Patrick Moorhead (Moor Insights & Strategy), le secteur pousse un "+ouf+ de soulagement".

afp/rp

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
APPLE 0.16%191.33 Cours en différé.13.06%
AT&T -1.74%31.67 Cours en différé.-18.54%
CISCO SYSTEMS -4.13%41.78 Cours en différé.9.09%
SAMSUNG ELECTRONICS CO LTD --Cours en clôture.
SMSUNG ELEC PRF 0.00%-Cours en clôture.0.00%
VERIZON COMMUNICATIONS 0.33%51.41 Cours en différé.-2.87%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur QUALCOMM
12/07Broadcom perd 19 milliards de dollars en Bourse, le prix du rachat de CA
RE
12/07Broadcom rachète l'éditeur de logiciels CA pour 18,9 milliards de dollars
RE
12/07Broadcom acquiert CA Technologies pour 19 milliards de dollars
AW
22/06QUALCOMM : s’associe à France Brevets pour promouvoir l’innovation dans la 5G en..
AO
15/06NXP SEMICONDUCTORS : Pékin n'a pas encore approuvé la fusion Qualcomm
RE
15/06Pékin n'a pas encore approuvé la fusion Qualcomm-NXP-sces
RE
13/06QUALCOMM : reste sur le marché des processeurs pour centres de données
AO
12/06La cotation du chinois ZTE va reprendre après l'accord avec les USA
RE
02/06WILBUR ROSS : Le secrétaire US au Commerce est arrivé à Pékin
RE
01/06Pékin examine toujours le projet de fusion Qualcomm-NXP
RE
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur QUALCOMM
Plus de recommandations
Données financières ($)
CA 2018 21 917 M
EBIT 2018 5 088 M
Résultat net 2018 -4 232 M
Trésorerie 2018 7 599 M
Rendement 2018 4,07%
PER 2018 -
PER 2019 19,57
VE / CA 2018 3,60x
VE / CA 2019 3,12x
Capitalisation 86 570 M
Graphique QUALCOMM
Durée : Période :
Qualcomm : Graphique analyse technique Qualcomm | QCOM | US7475251036 | Zone bourse
Tendances analyse technique QUALCOMM
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesNeutreNeutreNeutre
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne CONSERVER
Nombre d'Analystes 26
Objectif de cours Moyen 62,1 $
Ecart / Objectif Moyen 6,3%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Steven M. Mollenkopf Chief Executive Officer & Director
Cristiano R. Amon President
Jeffrey William Henderson Non-Executive Chairman
George S. Davis CFO, Principal Accounting Officer & Executive VP
Mary Gendron Chief Information Officer & Senior Vice President
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
QUALCOMM-8.79%86 570
CISCO SYSTEMS9.09%196 486
ERICSSON28.10%25 950
ARISTA NETWORKS INC13.12%20 035
MOTOROLA SOLUTIONS33.68%19 581
HARRIS CORPORATION5.11%17 678