Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Indices  >  Nasdaq  >  NASDAQ 100    NDX

Cours indicatifs Citigroup

NASDAQ 100

(NDX)
Pré-ouverture
1.04%
7747.66 PTS
Cours en différé. Temps Différé Nasdaq - 19/06 23:15:59
7667.738447 PTS   +0.42%
19/06Wall Street : la FED ne délivre pas de message accommodant
CF
19/06Wall Street salue la forte possibilité d'une baisse des taux
RE
19/06Wall Street termine en hausse, soutenue par la Fed
AW
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésDérivésCommunautéHeatmapComposition 
SynthèseToute l'actualitéActualités des composants de l'indiceAnalyses Zonebourse

Nokia et Ericsson, monuments en péril

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
7
16/05/2019 | 12:01

La 5G est présentée comme un enjeu économique et géopolitique majeur des années voire des décennies à venir. Les Etats-Unis en ont bien conscience. Mais l'Europe n'a pas l'air d'avoir prévu de parler d'une seule voix, alors qu'elle abrite les deux principaux représentants occidentaux du secteur. Une actualité qui me donne l'occasion de revenir sur le désamour entre les investisseurs, Nokia et Ericsson.

J'ai beau tourner le problème dans tous le sens, j'ai toujours trouvé déroutantes les performances financières – et le parcours boursier – des fournisseurs européens d'équipements télécoms. Sur le papier, le secteur a tout pour plaire : les échanges de données explosent, elles sont au cœur de la nouvelle révolution économique. Les barrières à l'entrée sur le marché des infrastructures sont relativement élevées. Et pour couronner le tout, le nombre d'acteurs d'envergure est très limité.
 

Dans la catégorie "Communication et Réseaux", le nombre d'acteurs spécialisés est relativement limité (Huawei n'est pas coté)

Cela n'empêche pas Nokia et Ericsson de se traîner dans les abysses boursiers depuis des années, si l'on excepte le sursaut relativement récent du Suédois (qui redore un peu son blason, mais sans remettre à flot les actionnaires de moyen et long terme).
 
Nokia et Ericsson vs. Nasdaq 100 : le compte n'y est pas (Cliquer pour agrandir)
 
Faisons un rapide flash-back. Après l'explosion de la bulle spéculative liée à internet, le duo européen a été en restructuration permanente, non sans se nourrir de la faillite de plusieurs acteurs nord-américains. Ericsson, estampillé numéro un mondial des réseaux mobiles à l'époque, a notamment repris des actifs de Nortel et Marconi avant d'être forcé à une sévère restructuration. Nokia, qui avait mieux tenu la distance, a choisi la consolidation d'envergure pour franchir l'écueil en rachetant Alcatel en 2015. Le groupe français avait eu le même raisonnement en 2006 en mettant la main sur l'américain Lucent. Jusqu'à présent, le mariage n'a pas convaincu (celui d'Alcatel avec Lucent fut, lui aussi, tumultueux). Ericsson et Nokia ont également en commun d'avoir vendu leurs activités de conception de téléphones mobiles pour se concentrer sur les infrastructures. Il faut déjà avoir un âge respectable pour se souvenir à la fois que posséder un portable Ericsson au début des années 1990 était du meilleur goût ET que la part de marché de Nokia entre 2000 et 2009 a toujours oscillé entre 30 et 40% des téléphones mobiles vendus dans le monde.
 
En 2019, les deux Européens sont des "pure-players" des réseaux de télécommunications, une raison de plus, a priori, pour s'y ruer puisque les investisseurs sont en général avides d'entreprises très spécialisées. Dans les réseaux au sens large, leurs concurrents historiques sont les américains Cisco et Ciena et le coréen Samsung. Mais l'émergence des champions chinois a changé la donne depuis plusieurs années. Notamment celle d'Huawei, qui est devenu le numéro un mondial de la spécialité. Son compatriote ZTE était aussi une étoile montante, mais son bannissement aux Etats-Unis a eu des répercussions importantes, sans toutefois lui couper les ailes. Le graphique qui suit, réalisé par le cabinet spécialisé Dell'Oro, résume très bien la situation :
 
Les sept fournisseurs d'équipements réseaux qui contrôlent 80% du marché (Cliquer pour agrandir)
 
On peut constater qu'Huawei détient environ 30% du marché mondial des infrastructures réseaux (au sens large : mobile, fixe, routage…etc.). Les parts de marché de Nokia et Ericsson semblent s'éroder au rythme de la montée du champion chinois. Les sept acteurs mentionnés contrôlent environ 80% du marché mondial, précise Dell'Oro. Ce marché, qui paraît juteux, est en réalité en croissance modeste en valeur : 1% en 2018 après trois ans de baisse, grâce aux déploiements LTE et à l'accélération des investissements dans la fibre. Cette atonie est, nous le verrons un peu plus bas, en partie due à l'évolution des prix.

Les parents pauvres 

Le durcissement de la politique américaine vis-à-vis de la Chine en général et d'Huawei en particulier n'a que marginalement profité à Nokia et Ericsson en bourse, alors que l'on était en droit de penser le contraire. Certes, les deux entreprises ne sont pas de nationalité américaine, mais elles bénéficient a priori d'une image positive auprès des autorités locales et sont largement implantées sur le territoire des Etats-Unis. Elles sont en tout cas les bénéficiaires naturelles d'une mise au ban d'Huawei, ZTE et consorts sur les infrastructures mobiles, faute de grand représentant local (Cisco et Juniper sont avant tout des spécialistes du routage, Ciena des communications fixes).
 
Les enjeux dépassent largement le cadre de la guerre commerciale actuelle. Il s'agit de Géopolitique avec un grand "G". Inutile d'être un grand spécialiste pour comprendre que les réseaux ont pris et prendront une place de plus en plus importante dans la puissance d'une nation, sur tous les plans, notamment économique et militaire. Les Etats-Unis ont sans doute perçu le risque plus tôt que leurs alliés historiques, qu'ils tentent d'évangéliser avec assez peu de succès jusqu'ici, en particulier en Europe. L'Australie et la Nouvelle-Zélande ont pour leur part répondu à l'appel, tandis que le Japon avait déjà restreint sa politique d'approvisionnement auprès des fournisseurs chinois.
 
Malgré ce rare alignement de planètes, Nokia et Ericsson se traînent toujours en bourse. Chez les analystes, on met en cause un secteur hautement déflationniste. Pour schématiser, les opérateurs télécoms offrent toujours plus de services et de capacités sans accroître les prix, c'est particulièrement vrai en Europe. Et ils sont forcés de réaliser de lourds investissements pour répondre à l'accroissement des flux de données. Comme leurs revenus n'évoluent guère, ils mettent sous pression leurs fournisseurs d'équipements. Et quand Huawei ou ZTE se présentent avec des prix cassés, rendus possibles par le sponsoring massif dont ils bénéficient, dit-on, de Pékin, les opérateurs ont tendance à les privilégier.

Si les règles du jeu ne changent pas, Nokia et Ericsson risquent de rester les parents pauvres de la révolution numérique. Je conclus sur un dernier paradoxe, dans un secteur qui n'en manque pas. Le Vieux continent compte deux champions dans les réseaux, alors qu'on ne cesse de moquer le retard accumulé en quelques années dans le domaine technologique face aux Etats-Unis et à l'Asie. Il serait temps de s'en préoccuper : actuellement, ils sont mieux protégés par les Etats-Unis que par l'Europe. 
 
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
CIENA CORPORATION -0.54%44.06 Cours en différé.29.93%
CISCO SYSTEMS 0.14%56.13 Cours en différé.29.36%
DJ INDUSTRIAL 0.15%26504 Cours en différé.13.62%
ERICSSON 0.14%78.8 Cours en clôture.0.00%
NASDAQ 100 0.42%7667.738447 Cours en différé.18.90%
NASDAQ COMP. 0.42%7987.323119 Cours en différé.18.23%
NOKIA 0.00%5.25 Cours en clôture.0.00%
S&P 500 0.30%2926.46 Cours en différé.16.39%
SAMSUNG ELECTRONICS CO LTD Cours en clôture.
ZTE CORPORATION Cours en clôture.

Anthony Bondain
© Zonebourse.com 2019
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
7
Réagir à cet article
Réagir
Publier
loader
altertrade
Le 22/05/2019 16:05
arrow option
tres bel article

nos elus et nos commissaires europeens jouent contre nous c est inadmissibles ....

la banque centrale chinoise finance les champions industriels chinois et leur permet de proposer des contrats bas cout ce qu inbterdit la banque centrale europeenne et la commission de bruxelles à nos champions


L EUROPE DOIT CESSER DE SE COUCHER
  
  
Toute l'actualité sur NASDAQ 100
19/06Wall Street : la FED ne délivre pas de message accommodant
CF
19/06Wall Street salue la forte possibilité d'une baisse des taux
RE
19/06Wall Street termine en hausse, soutenue par la Fed
AW
19/06BOURSE DE WALL STREET : Wall Street en légère hausse après la décision de la Fed
DJ
19/06Wall Street monte et le dollar baisse légèrement après la décision de la Fed
AW
19/06Prudence sur les actions avant la fin du suspense sur la Fed
RE
19/06EUROPE : Les Bourses européennes en ordre dispersé avant la Fed
AW
19/06CAC40 : teste un nouveau sommet, WStreet temporise avant FED
CF
19/06La valeur du jour à Wall Street - ADOBE se distingue grâce à ses bons résulta..
AO
19/06Wall Street : tendance hésitante avant la décision de la Fed
CF
Plus d'actualités
Graphique NASDAQ 100
Durée : Période :
NASDAQ 100 : Graphique analyse technique NASDAQ 100 | NDX | US6311011026 | Zone bourse
Tendances analyse technique NASDAQ 100
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreHaussièreNeutre
Palmarès NASDAQ 100
ADOBE291.21 Cours en différé.5.21%
CADENCE DESIGN SYSTEMS INC.71.44 Cours en différé.3.22%
ULTA BEAUTY357.84 Cours en différé.3.06%
MERCADOLIBRE641.39 Cours en différé.2.99%
T-MOBILE US78.28 Cours en différé.2.41%
ACTIVISION BLIZZARD45.33 Cours en différé.-0.96%
MICRON TECHNOLOGY33.95 Cours en différé.-0.99%
O'REILLY AUTOMOTIVE INC379 Cours en différé.-1.64%
COGNIZANT TECHNOLOGY SOLUTIONS62.6 Cours en différé.-1.76%
NETEASE259.96 Cours en différé.-2.32%
Heatmap :