Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Nasdaq  >  Facebook    FB

FACEBOOK

(FB)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses ZonebourseRecommandations des analystes

Nigeria: les "fake news" alimentent la crise ethnico-religieuse

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
14/04/2019 | 07:57

LAGOS (awp/afp) - Désinformation et "fake news" risquent d'aggraver les tensions ethniques et religieuses au Nigeria, en proie à de graves menaces sécuritaires et à des tensions communautaires, craignent des experts.

Pour Simon Kolawole, qui dirige le média en ligne The Cable, les fake news "contribuent à affaiblir l'équilibre ethnico-religieux précaire au Nigeria et portent atteinte à la crédibilité de la presse dans le pays".

Les mois qui ont précédé les récentes élections présidentielle et législatives ont ainsi été marqués par une série de fausses informations propagées par des hommes politiques, dans le but d'influencer le scrutin.

Le président sortant Muhammadu Buhari, un musulman du Nord du pays, réélu en février 2019, a ainsi été accusé de vouloir appliquer la charia à l'ensemble du territoire.

Son adversaire malheureux lors de la présidentielle, Atiku Abubakar, a lui aussi été victime de rumeurs, assurant qu'il était soutenu par la communauté gay et lesbienne, une manoeuvre destinée à le discréditer auprès de l'électorat conservateur dans le Nord du pays.

Le Nigeria est confronté à de multiples défis sécuritaires, dont l'insurrection des jihadistes de Boko Haram dans le Nord-Est et des violences meurtrières opposant éleveurs musulmans et agriculteurs chrétiens dans le centre.

Ce dernier conflit, qui concerne principalement l'accès à la terre et à l'eau, a pris ces dernières années une dimension ethnique et religieuse, aggravée par l'explosion démographique dans le pays le plus peuplé d'Afrique (190 millions d'habitants, plus de 250 groupes ethniques) et par l'instrumentalisation qu'en font souvent les politiciens locaux.

La désinformation et les discours de haine "menacent la paix, l'unité, la sécurité et la vie des Nigérians", estime ainsi le ministre de l'information Lai Mohammed.

Président "cloné"

La propagation de rumeurs ou de fausses nouvelles qui jouent sur la division du pays, entre un Nord musulman et un Sud chrétien, l'inquiète tout particulièrement.

"Quand vous êtes sur les réseaux sociaux, vous avez l'impression que le Nigeria est en guerre, que des musulmans tuent des chrétiens", souligne-t-il.

Dans ce pays où l'immense majorité de la population vit dans la grande pauvreté et où le niveau d'alphabétisation est très faible (59%), les fausses informations se propagent comme une traînée de poudre sur les 140 millions de téléphones portables que compte le pays.

Il est vrai que la désinformation est utilisée de longue date au Nigeria.

En novembre 1989, la télévision d'Etat NTA avait ainsi annoncé la mort de Nnamdi Azikwe, le premier président nigérian, une nouvelle reprise par la majorité des journaux... alors que Zik, comme il était surnommé était alors bien vivant - il est mort en 1996.

Trente ans plus tard, des rumeurs ont circulé, faisant état de la mort du président en exercice, Muhammadu Buhari, en 2017 - il aurait depuis cette date été "cloné" ou remplacé par un sosie originaire du Soudan...

Les réseaux sociaux se sont enflammés au point que Muhammadu Buhari a dû évoquer le sujet au cours d'une conférence de presse, en Pologne, en décembre 2018: "Je suis le vrai moi", a-t-il assuré.

Le fait qu'un président en exercice doive démentir sa propre mort démontre l'ampleur du problème provoqué par la désinformation au Nigeria - et celle de la tâche des médias et des organismes luttant contre la désinformation.

Une désinformation qui a souvent sa source au sein des partis politiques eux-mêmes: si les rumeurs sur la mort de M. Buhari ont été initialement propagées par un groupe séparatiste biafrais, "c'est un secret de polichinelle" que les deux principaux partis nigérians ont créé des cellules "média" dédiées à la désinformation, à l'occasion des élections, assure l'analyste politique et éditorialiste Fredrick Nwabufo.

ot/phz/thm/sd/sba

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
DOW JONES AFRICA TITANS 50 INDEX -1.03%426.24 Cours en différé.-19.84%
FACEBOOK -1.15%232.2 Cours en différé.13.13%
S&P AFRICA 40 INDEX -1.55%136.95 Cours en différé.-20.51%
TWITTER 4.26%34.01 Cours en différé.6.12%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur FACEBOOK
26/05EN DIRECT DES MARCHES : Sanofi, Renault, Scor, Vinci, Korian, Lufthansa, Siem..
26/05Wall Street et la City de retour
25/05En Direct des Marchés : Lagardère, Renault, AXA, Bouygues, Akwel, Claranova, ..
25/05Londres et New York bullent, coup de froid à Pékin
25/05Taiwan promet à la population de Hong Kong l'aide "nécessaire"
RE
24/05ROUVRIR L'AMÉRIQUE : un débat enflammé, de la rue aux réseaux sociaux
AW
24/05Clubhouse anime les soirées virtuelles des geeks de la Silicon Valley
AW
21/05Rami Makhlouf, homme d'affaire et cousin d'Assad, interdit de sortie du terri..
RE
21/05Wall Street finit en baisse, les montagnes russes continuent
AW
21/05Wall Street quasiment stable après les nouvelles inscriptions au chômage
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur FACEBOOK
Plus de recommandations
Données financières (USD)
CA 2020 77 025 M
EBIT 2020 25 127 M
Résultat net 2020 20 813 M
Trésorerie 2020 63 175 M
Rendement 2020 -
PER 2020 32,3x
PER 2021 24,0x
VE / CA2020 7,77x
VE / CA2021 6,05x
Capitalisation 662 Mrd
Graphique FACEBOOK
Durée : Période :
Facebook : Graphique analyse technique Facebook | FB | US30303M1027 | Zone bourse
Tendances analyse technique FACEBOOK
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreHaussièreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACHETER
Nombre d'Analystes 50
Objectif de cours Moyen 240,60 $
Dernier Cours de Cloture 232,20 $
Ecart / Objectif Haut 29,2%
Ecart / Objectif Moyen 3,62%
Ecart / Objectif Bas -48,3%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Mark Elliot Zuckerberg Chairman & Chief Executive Officer
Sheryl Kara Sandberg Chief Operating Officer & Director
David M. Wehner Chief Financial Officer
Michael Todd Schroepfer Chief Technology Officer
Atish Banerjea Chief Information Officer
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
FACEBOOK13.13%669 283
TWITTER1.78%25 546
MATCH GROUP, INC.3.43%24 132
LINE CORPORATION0.00%11 939
SINA CORPORATION-24.78%1 964
NEW WORK SE-5.99%1 681