Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Nasdaq  >  Facebook    FB

FACEBOOK

(FB)
  Rapport  
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses ZonebourseRecommandations des analystes

Les Européens veulent imposer un veto à la Libra, la monnaie numérique de

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
18/10/2019 | 20:58

Facebook

Ajoute position d'un responsable du FMI en fin de dépêche

WASHINGTON (awp/afp) - La France, l'Italie et l'Allemagne préparent ensemble une série de mesures pour interdire en Europe la future cryptomonnaie de Facebook, a annoncé vendredi Bruno Le Maire, le ministre français de l'Economie, listant les nombreuses menaces que la Libra fait peser sur les Etats.

"Nous prendrons dans les semaines qui viennent notamment avec Olaf Scholz et Roberto Gualtieri, mes homologues allemand et italien, un certain nombre d'initiatives pour marquer clairement que la Libra n'est pas la bienvenue en Europe, parce que c'est notre souveraineté qui est en jeu", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse en marge des réunions du FMI et de la Banque mondiale à Washington.

"Nous n'accepterons pas qu'une entreprise multinationale privée ait (...) la même puissance monétaire que les Etats souverains qui sont soumis au contrôle démocratique; car la grande différence entre Facebook et les Etats, c'est que nous sommes soumis au contrôle démocratique, c'est-à-dire au contrôle du peuple", a-t-il ajouté.

Le G7, le Groupe des sept pays les plus industrialisés (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande Bretagne, Italie et Japon), réuni à Washington jeudi, avait déjà convenu que la condition sine qua non pour lancer les cryptomonnaies stables, comme la Libra, était l'instauration d'un cadre juridique.

De leur côté, les ministres des Finances du G20 ont préconisé vendredi d'"évaluer" les risques que posent les monnaies numériques stables, c'est-à-dire adossées à un panier de devises telles que l'euro ou le dollar et d'y "remédier" avant que celles-ci ne soient lancées.

Citant en particulier le blanchiment d'argent, le financement illicite ou la fragilisation de la protection des consommateurs et des investisseurs, la présidence japonaise du G20 a de plus demandé au FMI d'examiner les implications macroéconomiques "incluant les problématiques de souveraineté monétaire des Etats membres en prenant en compte les caractéristiques des pays".

Mais les Européens semblent vouloir aller plus loin, en interdisant purement et simplement la monnaie de Facebook.

Olaf Scholz a emboîté le pas de son homologue français: "je suis favorable à ne pas permettre l'instauration d'une telle monnaie mondiale, car c'est la tâche des Etats démocratiques".

Il reconnaît également la nécessité de réformer le secteur des banques et des services financiers pour rendre les paiements internationaux transfrontaliers plus simples, plus rapides et moins chers, "mais en même temps, il est nécessaire de préserver l'autonomie des Etats démocratiques", a-t-il poursuivi.

"Questions légitimes"

De son côté, le ministre italien des Finances Roberto Gualtieri a souligné: "il y a un fort consensus de la communauté internationale pour ne pas autoriser le développement des monnaies privées", relevant "un trop grand risque systémique" et qu'"à la place, il fallait moderniser" les services bancaires.

"Je le répète, notre priorité aujourd'hui est de travailler avec les régulateurs pour répondre à leurs questions légitimes et leur donner toutes les garanties nécessaires", a réagi Bertrand Perez, le directeur général de l'Association Libra, officiellement lancée lundi à Genève.

"Le projet Libra a été créé pour compléter le système existant et non pour remplacer les monnaies souveraines", a en outre commenté l'Association dans un communiqué.

Bruno Le Maire a semblé écarter l'idée de travailler main dans la main avec Facebook, relevant un élément litigieux: le fait que la Libra sera adossée à un panier de devises.

"Il suffira que Facebook décide d'avoir plus d'euros ou plus de dollars pour avoir un impact sur le niveau de change de l'euro ou du dollar et donc un impact direct sur le commerce, l'industrie, les Etats qui ont comme monnaie de référence l'euro ou le dollar", a-t-il ajouté y voyant un affaiblissement potentiel de l'indépendance de la politique monétaire.

"Veut-on que la politique monétaire soit aux mains d'une multinationale privée comme Facebook ? Ma réponse est clairement non", a-t-il conclu.

Il a toutefois souligné qu'il n'était pas contre l'établissement d'une monnaie numérique publique, sur laquelle la France est disposée à travailler "dans un cadre européen".

Le FMI a rappelé vendredi sa position sur les monnaies virtuelles stables: tirer les bénéfices de l'innovation tout en minimisant les risques.

Si ces monnaies offrent la promesse d'inclure plus de personnes dans les systèmes de paiement, pour l'heure, "elles n'ont pas encore été généralement testées et posent des risques importants, tels que la stabilité et l'intégrité financières, la protection des consommateurs et de la vie privée", a commenté pour l'AFP Tobias Adrian, directeur des marchés des capitaux.

Dt/arz/la

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
EBAY INC. 0.56%35.055 Cours en différé.24.90%
FACEBOOK 0.71%198.91 Cours en différé.50.67%
ILIAD -0.78%115 Cours en temps réel.-5.50%
MASTERCARD -0.34%284.4 Cours en différé.51.24%
SPOTIFY TECHNOLOGY S.A. 0.67%138.97 Cours en différé.21.61%
UBER TECHNOLOGIES, INC. 4.91%29.41 Cours en différé.0.00%
VISA -0.91%180.01 Cours en différé.37.68%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur FACEBOOK
08:43FACEBOOK : Google revoit ses règles en matière de publicités politiques
RE
06:33GOOGLE : les publicités politiques autorisées mais contrôlées
AW
01:41ALPHABET : Google revoit ses règles en matière de publicités politiques
RE
19/11Le Dow Jones en baisse, Home Depot pèse sur la tendance
RE
19/11Le réal brésilien au plus bas face au dollar
AW
19/11MARCHÉ : nouvelle cascade de records à Wall Street
CF
18/11Wall Street : enchaîne les records, lourdeur des pétrolières
CF
18/11MARCHÉ : nouvelle avalanche de records à Wall Street
CF
17/11WallStreet : séance des '3 sorcières' sous stéroïde monétaire
CF
17/11HONG KONG : la police menace d'utiliser des "balles réelles" face aux
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur FACEBOOK
Plus de recommandations
Données financières (USD)
CA 2019 70 463 M
EBIT 2019 24 555 M
Résultat net 2019 18 276 M
Trésorerie 2019 52 949 M
Rendement 2019 -
PER 2019 31,1x
PER 2020 21,9x
VE / CA2019 7,24x
VE / CA2020 5,74x
Capitalisation 563 Mrd
Graphique FACEBOOK
Durée : Période :
Facebook : Graphique analyse technique Facebook | FB | US30303M1027 | Zone bourse
Tendances analyse technique FACEBOOK
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreNeutreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACHETER
Nombre d'Analystes 49
Objectif de cours Moyen 235,38  $
Dernier Cours de Cloture 197,51  $
Ecart / Objectif Haut 36,7%
Ecart / Objectif Moyen 19,2%
Ecart / Objectif Bas -39,2%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Mark Elliot Zuckerberg Chairman & Chief Executive Officer
Sheryl Kara Sandberg Chief Operating Officer & Director
David M. Wehner Chief Financial Officer
Michael Todd Schroepfer Chief Technology Officer
Atish Banerjea Chief Information Officer
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
FACEBOOK50.67%563 248
TWITTER1.50%22 603
MATCH GROUP, INC.64.77%19 730
LINE CORPORATION39.27%11 366
SINA CORPORATION-40.53%2 219
NEW WORK SE16.84%1 726